•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Don électoral : le conseiller Alain Lafontaine refuse de se retirer du conseil exécutif

Chargement de l’image

Alain Lafontaine a reçu un chèque de 200 $ d’une entreprise de ciment de Trois-Rivières ayant des contrats auprès de la Ville.

Photo : iStock

Chargement de l’image

Malgré les demandes du parti Action civique de Trois-Rivières, le conseiller du district des Forges, Alain Lafontaine, n’a pas l’intention de se retirer du conseil exécutif le temps que le Directeur général des élections (DGEQ) fasse enquête sur l’encaissement d’un don lors de la dernière campagne électorale municipale.

M. Lafontaine a alors reçu un chèque de 200 $ d’une entreprise de ciment de Trois-Rivières ayant des contrats auprès de la Ville. Ce dernier l’a remis à son agent officiel qui l’a encaissé. Ils affirment s’être rendu compte qu’il s’agissait d’un chèque de compagnie et ont remboursé la somme dans la même journée.

Le propriétaire de l’entreprise, une personne proche d’Alain Lafontaine, a rédigé un nouveau chèque, cette fois à titre personnel.

Le conseiller s’est défendu, affirmant qu’il s’agissait d’une erreur de bonne foi, des propos repris également par le maire Jean Lamarche.

Qu’à cela ne tienne, aux yeux du chef d’Action civique de Trois-Rivières, Jean-Claude Ayotte, il y a apparence de conflit d’intérêts.

On pense que M. Lafontaine est placé dans une situation où son jugement, son influence lorsqu’il a à prendre des décisions autour de la table du conseil exécutif, peut être affecté par la sollicitation et l’encaissement de ce chèque-là, a-t-il lancé au micro de l’émission Toujours le matin.

Chargement de l’image

Jean-Claude Ayotte (Archives)

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Selon lui, Alain Lafontaine doit donc être suspendu de son poste au sein du conseil exécutif le temps que le DGEQ fasse part de ses conclusions.

M. Ayotte ne [s]'explique pas comment une personne en 2021 puisse solliciter une entreprise qui a des contrats avec la Ville de Trois-Rivières.

Le chef de parti estime également qu’en refusant de sévir à l’endroit du conseiller, le maire a failli à son rôle de maintenir de hauts standards d’honnêteté et d’impartialité au sein du conseil de ville et également au sein de son conseil exécutif.

« On a compris que le maire, actuellement, a fait un choix de préserver l’amitié qu’il avait auprès de M. Lafontaine plutôt que l’intégrité de son conseil de ville. Moi, je pense que ce n’est pas la bonne décision à prendre. »

— Une citation de  Jean-Claude Ayotte, chef d’Action civique de Trois-Rivières

En entrevue, il est même allé jusqu’à tracer un parallèle sans nuance entre cette situation et les débuts de ce qui a mené au déclenchement de la commission Charbonneau. Ça commence comme ça, ces choses-là, a-t-il ajouté.

Tout le monde était au courant, dit le conseiller

Sur nos ondes, Alain Lafontaine s’est à nouveau défendu d’avoir voulu défier les règles électorales. Tout le monde était au courant des faits et gestes. Vous pouvez parler à la Ville, à ceux qui ont fait les autorisations de dépenses et ainsi de suite. J’ai suivi le plan de match.

Le conseiller du district des Forges dit être content du travail que j’ai fait autant l’exécutif que sur tous les comités sur lesquels je peux siéger. J’y vais avec cœur et dévotion.

Il a profité de son passage à l’émission Toujours le matin pour décocher quelques flèches à l’endroit de Jean-Claude Ayotte. Il est payé par rapport à la Ville parce que c’est un parti politique municipal. Il faut qu’il justifie pourquoi il a des sous ce monsieur-là et là il cherche des dossiers. Qu’ils se tiennent ou qu’ils ne se tiennent pas, il en parle.

M. Ayotte n’exclut pas être présent lors de la séance publique du conseil municipal ce soir dans le but de questionner les élus à ce sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !