•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix des matériaux de construction fait des ravages dans les budgets municipaux

Chargement de l’image

Le pont 24-WG a été construit en 1922. Il est fermé à la circulation depuis 2018.

Photo : Radio-Canada / offerte par la municipalité de Centre Wellington

Radio-Canada

L’augmentation fulgurante du prix des matériaux de construction est si problématique pour les municipalités que certaines d’entre elles cherchent à annuler ou à repousser des travaux prévus.

Par exemple, un pont au nord de Fergus, près de Guelph en Ontario, doit être remplacé, mais les conseillers du canton de Centre Wellington ont voté pour suspendre le projet.

Le pont qui enjambe la rivière Irvine sur la route First Line a été construit en 1922 et a été fermé en juillet 2018 en raison d'une grave détérioration structurelle, peut-on lire dans les documents municipaux.

La Municipalité avait lancé un appel d'offres pour le remplacement du pont, mais une seule entreprise a répondu et le coût estimé était beaucoup plus élevé que ce que la Municipalité avait budgété.

Selon le maire Kelly Linton, il est décevant de n'avoir reçu qu'une seule offre.

J'espère [que les employés municipaux] pourront relancer l'appel d'offres aussi vite que possible. Et j'espère que ce n'était qu'un cas isolé, a-t-il déclaré à CBC News.

J'espère que l'inflation se stabilisera un peu. Nous pourrons alors voir de meilleurs prix à l'avenir, un peu plus de concurrence, a déclaré M. Linton.

M. Linton craint que prix n'augmentent encore, mais le conseil met rarement un projet en oeuvre lorsqu'il n'y a qu'une seule soumission.

M. Linton affirme qu’un certain nombre de raisons pour lesquelles les prix sont si élevés ont été évoquées. L’augmentation du coût des matériaux en fait partie.

De plus, certaines entreprises ont du mal à trouver des travailleurs. Cela peut également expliquer pourquoi une seule entreprise soumissionne au projet, dit-il.

Ce qui se passe à Centre Wellington est ressenti à Guelph également.

Le maire Cam Guthrie a déclaré que la Ville envisage de suspendre certains projets, notamment les travaux de construction d'un pont sur l'avenue Speedvale et un nouveau centre de loisirs prévu dans le sud de la ville. La Ville avait prévu un budget de 80 millions de dollars pour le projet de centre récréatif. Or, la soumission la plus basse était d'un peu plus de 121 millions de dollars.

Qu'il s'agisse d'un centre récréatif, d'un pont ou d'une route, si les coûts sont trop élevés, nous ne pouvons pas simplement hausser les épaules et nous dire : "Oh, eh bien, nous allons simplement passer à autre chose", a-t-il déclaré à CBC News.

Nous devons faire ce qui est responsable sur le plan financier, c'est-à-dire faire une pause et réévaluer comment aller de l'avant.

M. Guthrie, qui est également président du Caucus des maires des grandes villes de l'Ontario, a déclaré qu'il entendait des histoires similaires de la part de ses homologues de la province.

C'est quelque chose avec lequel les municipalités commencent vraiment à avoir des problèmes, a-t-il dit.

Lundi, le canton de Wellesley entame la construction d'un nouveau centre récréatif à Linwood. En juin 2021, le canton avait établi un budget de 22 millions de dollars, et la province avait accepté de verser 16,1 millions de dollars.

Chargement de l’image

Il s'agit d'une interprétation artistique de ce à quoi pourrait ressembler l'entrée et l'exposition d'art public d'un nouveau centre récréatif dans le sud de Guelph, une fois terminé.

Photo : offerte par la Ville de Guelph

En décembre 2021, le canton a approuvé un nouveau budget de 27,2 millions de dollars pour le même projet. La semaine dernière, le maire Joe Nowak a déclaré que le coût avait déjà augmenté d'un autre million de dollars en raison du coût des matériaux.

Cela a été pris en compte dans notre contingence et l'entrepreneur a bloqué les prix au début de la phase de conception, a déclaré M. Nowak.

Puisque le projet a reçu un financement provincial, nous devons aller de l'avant, a déclaré M. Nowak, même si les coûts augmentent.

Et lorsqu'il s'agit d'une subvention fédérale ou provinciale, les municipalités sont également tenues d'effectuer les travaux dans un délai déterminé, a déclaré Sue Foxton, mairesse de North Dumfries.

Les municipalités n'ont pas le droit de faire des déficits, donc ces dépassements de coûts doivent être couverts d'une manière ou d'une autre.

Selon M. Guthrie, l'argent mis de côté par les conseils, dans ce qu'on appelle des fonds de réserve, peut parfois être utilisé pour couvrir de telles augmentations de coûts.

Nous ne voulons pas avoir à [prendre cet argent chez] les contribuables. Aucune municipalité ne le fait, a-t-il dit. Elles peuvent plutôt se tourner vers les gouvernements fédéral ou provincial pour obtenir de l'aide.

Bien sûr, nous aimerions que les niveaux supérieurs du gouvernement nous aident à cet égard. Et c'est quelque chose que, non seulement du point de vue du maire de Guelph, mais aussi du Caucus des maires des grandes villes de l'Ontario, nous présentons à la table des gouvernements supérieurs pour essayer de nous aider à financer.

M. Guthrie et M. Linton ont tous deux déclaré que la suspension des projets fait courir le risque d'une augmentation des prix.

Je pense que nous sommes dans une sorte de bulle inflationniste en ce moment et nous espérons que les appels d'offres seront relancés et qu'il y aura une certaine concurrence, ce qui fera baisser les prix à un niveau plus proche de celui de notre budget, a-t-il déclaré.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !