•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : le chef de la Première Nation Peguis demande l’intervention de l’armée

Chargement de l’image

Par tous les moyens les gens de la Première Nation de Peguis tentent de protéger leur maison de la crue printanière.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Bergeron

Radio-Canada

Le chef de la Première Nation Peguis, Glenn Hudson, a officiellement demandé au gouvernement fédéral d'envoyer l'armée sur son territoire pour aider à combattre les inondations, lundi.

C'est pire que l'inondation de 2011, qui a été un événement énorme pour nous. Je crois que c'est l'une des pires jamais enregistrées…, a témoigné Glenn Hudson à l'émission matinale de CBCInformation radio. 

L’appel a été réitéré par la députée fédérale de la circonscription de Churchill-Keewatinook Aski dans le nord du Manitoba, la néo-démocrate Niki Ashton, lors de la période des questions à la Chambre des communes.

Plus de 1000 personnes ont été évacuées, logeant maintenant dans des hôtels de Winnipeg. Des centaines d'autres personnes devraient également faire de même.

Chargement de l’image

480 maisons seraient entourées par les eaux, selon le Chef Glenn Hudson.

Photo : Facebook/Première Nation de Peguis

L’accumulation de glace à l’embouchure de la rivière Fisher avait provoqué des inondations cette fin de semaine.

Dans la soirée de dimanche, les autorités locales ont publié sur Facebook un avis d’évacuation en raison de l’inondation qui constitue une urgence extrême.

L'avis indique également que, lundi matin, des équipes d’intervention seraient présentes pour venir en aide aux personnes à mobilité réduite ou incapables de se déplacer.

Située à 160 km au nord de Winnipeg, dans la région d’Entre-les-Lacs, la Première Nation de Peguis est la plus importante de la province, avec 11 000 membres et 4800 personnes vivant dans la communauté.

Il y aurait 480 maisons entourées par les eaux, selon le chef de la Première Nation, Glenn Hudson.4

Chargement de l’image

Plusieurs routes de la Première Nation de Peguis sont inondées dont plusieurs sont maintenant impraticables.

Photo : Facebook/ Première Nation de Peguis

La région a reçu en moyenne entre 30 et 50 mm de précipitations durant la fin de la semaine, alors que des pluies importantes et des chutes de neige avaient déjà saturé le sol, selon Transport et infrastructure Manitoba.

Au moins six routes sont impraticables en raison des inondations, selon M. Hudson. Quand il s'agit de services d'urgence comme les ambulances, les pompiers, la GRC, etc., ces routes sont complètement coupées, avertit-il.

Des autobus transportent actuellement des résidents de la communauté jusqu'à Winnipeg, où ils seront logés dans des hôtels.

Des moments stressants

Arlene Spence a passé plus de deux ans loin de sa maison après l'inondation de 2011. Mme Spence, dont la résidence a été l'une des premières évacuées, affirme que les conditions cette année semblent encore pires.

C'est très stressant. C'est très dur. Même moi, j'ai fondu en larmes parce que je n'avais jamais vu une situation pareille, relate-t-elle.

Chargement de l’image

Cette image aérienne a été prise le 1 mai 2022 dans la Première Nation de Peguis au Manitoba.

Photo : Kyle Mccorrister

Son mari et elle ont dû se séparer de 6 de leurs 7 chiens parce qu'ils ne pouvaient pas s'en occuper pendant l'inondation. Arlene Spence s'inquiète de l'état dans lequel sera leur demeure à leur retour.

Qu'est-ce que vous emportez ? Tout ce qu'il y a dans notre maison est comme neuf, et maintenant, tout va être gorgé d'eau, témoigne avec émotion Mme Spence.

Le chef de Peguis, Glenn Hudson, veut s'asseoir avec les fonctionnaires fédéraux et provinciaux pour discuter des plans de protection à long terme contre les inondations dans la communauté.

Avec les informations de Meaghan Ketcheson, Jérémie Bergeron et Sam Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !