•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ukraine craint des pertes de dizaines de millions de tonnes de céréales

Chargement de l’image

Un entrepôt de blé dans le village de Luky, dans l'ouest de l'Ukraine, en mars. Les difficultés d'exportations de céréales ukrainiennes pourraient bénéficier à la Russie, alors que des rapports font état d'attaques ciblées contre les infrastructures céréalières par les forces russes.

Photo : Associated Press / Nariman El-Mofty

Radio-Canada

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a prévenu lundi que le blocus russe imposé aux ports ukrainiens sur la mer Noire pourrait entraîner la perte de dizaines de millions de tonnes de céréales, ce qui pourrait déclencher une crise alimentaire susceptible de toucher l’Europe, l’Afrique et l’Asie.

La Russie, qui contrôle la mer Noire, ne laisse ni entrer ni sortir les navires, a dit M. Zelensky lors d’une entrevue accordée au magazine d’information télévisé australien 60Minutes.

Le ministère ukrainien de l’Agriculture a par ailleurs annoncé lundi la fermeture de quatre de ses ports contrôlés par les forces russes. Ainsi, les ports de Marioupol, de Berdiansk et de Skadovsk, sur la mer d’Azov, et de Kherson, sur la mer Noire, seront fermés jusqu’au rétablissement [de leur] contrôle par les Ukrainiens, ajoute le ministère dans un communiqué.

La Russie veut bloquer complètement l’économie de notre pays, a déclaré le président Zelensky. L’Ukraine est l’un des principaux producteurs et exportateurs mondiaux de produits agricoles, en particulier de céréales.

Chargement de l’image

Un fermier ukrainien laboure son champ d'avoine à l'est de Kiev, deux mois après le début de l'invasion du pays par la Russie. Les difficultés d'exportations pourraient signifier la perte de dizaines de millions de tonnes de céréales.

Photo : afp via getty images / GENYA SAVILOV

L’agriculture sera au cœur du prochain sommet du G7

Le ministre allemand de l’Agriculture, Cem Özdemir, a quant à lui évoqué des attaques menées par les forces russes contre les infrastructures céréalières ukrainiennes, laissant entendre que la Russie cherchait à affaiblir un concurrent sur le marché des céréales.

Nous recevons régulièrement des rapports faisant état d'attaques russes ciblées contre des silos de stockage de céréales, des entrepôts d'engrais, des zones de culture et des infrastructures, a indiqué M. Özdemir au groupe de presse régionale Redaktionsnetzwerk Deutschland.

Selon les propos du ministre allemand rapportés par la presse, Vladimir Poutine chercherait à se débarrasser de la concurrence ukrainienne à long terme, tandis qu'à court terme, Moscou bénéficie de la hausse des prix sur les marchés agricoles, ce qui rapporte à la Russie davantage de capitaux.

Chargement de l’image

Le ministre allemand de l'Agriculture, Cem Özdemir.

Photo : Getty Images / Pool

Depuis le début du blocus de ses ports, le volume des exportations céréalières de l'Ukraine s’est effondré. Kiev a tenté d’augmenter le transport des céréales par train, mais se heurte à des problèmes de compatibilité entre les réseaux ferroviaires ukrainien et européen.

Cem Özdemir a mentionné que l'aide aux exportations céréalières de l’Ukraine sera soulevée lors d’une réunion des ministres de l’Agriculture à la prochaine rencontre du G7, prévue les 13 et 14 mai prochains.

Nous devons chercher d'autres méthodes de transport, a-t-il expliqué. Le transport ferroviaire peut être une option pour augmenter les exportations de céréales, même si cela demandera beaucoup d'efforts pour un volume limité.

Notre dossier Guerre en Ukraine
Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !