•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec s’entend avec les médecins omnipraticiens

Christian Dubé en point de presse.

Le ministre québécois de la Santé Christian Dubé, affirme que cette entente permettra à 500 000 Québécois d'avoir accès à un groupe de médecine familiale d'ici mars 2023.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Le gouvernement Legault a conclu une entente de principe avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) pour améliorer l’accès à la première ligne.

En vertu de cette entente, les patients inscrits au guichet d’accès à un médecin de famille (GAMF) seront progressivement inscrits à un groupe de médecine familiale (GMF).

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a affirmé en entrevue au Téléjournal que ce système permettra à 500 000 Québécois, soit la moitié de tous ceux qui sont sans médecin de famille, d’être pris en charge par un GMF d’ici le 31 mars 2023.

Selon le ministre, l’entente fera également en sorte d’améliorer l’accès à des consultations pour ceux qui ont un médecin de famille et qui se plaignent de ne pas pouvoir en obtenir dans un délai raisonnable.

En vertu du principe d’accès adapté, un patient dont la situation clinique est considérée comme grave ou importante pourra voir son médecin de famille ou un autre médecin de son GMF dans un délai de 36 heures à 72 heures.

Les médecins se verront obligés de réserver une proportion de plages de rendez-vous pour les besoins urgents afin de favoriser ce changement de pratique.

Le guichet d'accès à la première ligne

L’accord prévoit également que le guichet d'accès à la première ligne (GAP), en cours de déploiement dans la province, devienne graduellement la porte d’entrée unique pour les patients sans médecin de famille, afin d’être pris en charge par le bon professionnel dans un délai raisonnable.

Le ministre Dubé confirme que les Québécois qui passent par le GAP pourront également obtenir un rendez-vous dans un délai de 36 à 72 heures, selon leur situation clinique.

La mise sur pied du GAP est l’une des pièces maîtresses du plan de réforme de la santé présenté par le gouvernement le 29 mars dernier.

En annonçant cette entente, le ministre de la Santé a tenu à saluer la collaboration de la FMOQ et son ouverture à vouloir repenser l'accès à la première ligne.

L’entente de principe que nous annonçons aujourd’hui est le fruit de plusieurs mois de discussions, parfois intenses, mais toujours avec la vision partagée que le statu quo n’est plus une option en matière d’accès, a dit le ministre.

Des mesures « novatrices »

Dans un communiqué, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec a pour sa part souligné des mesures novatrices pour améliorer l’accès, notamment le déploiement de guichets d'accès à la première ligne fonctionnels à la grandeur du Québec, une mesure qu’elle propose depuis des mois.

La Fédération souligne que les médecins de famille ne peuvent pas être l'unique solution aux problèmes d'accès en raison notamment d'une pénurie d'approximativement 1000 omnipraticiens au Québec.

Or, le déploiement du GAP permettra à plusieurs autres professionnels de la santé d'être la porte d'entrée du système de soins.

Il est temps de faire les choses différemment au Québec, notamment en partageant la responsabilité collective de l'accès aux soins avec d'autres professionnels de la santé et en investissant massivement dans notre première ligne de soins, a souligné le président de la FMOQ, le Dr Marc-André Amyot.

Malgré cela, la FMOQ soutient que cette entente n’indique d’aucune façon la fin de son opposition à d’autres mesures contreproductives du projet de loi 11 visant justement à améliorer l’offre de services en première ligne.

Les 9500 membres de la FMOQ devront se prononcer sur cette entente de principe au cours des prochaines semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !