•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les voyageurs sont invités à arriver tôt et s’armer de patience à l’aéroport de Vancouver

Chargement de l’image

Les retards sont notamment liés au manque de personnel de l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien, qui gère les points de contrôle de sécurité des voyageurs. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

Avec la levée des restrictions sanitaires liées à la COVID-19, le nombre de voyageurs qui passent par l’Aéroport international de Vancouver augmente en flèche, mais le personnel appelé à les accueillir peine à répondre à la demande. Les autorités invitent donc les voyageurs à arriver tôt et à faire preuve de patience.

Joni Low, par exemple, raconte s’être présentée à l’aéroport 90 minutes avant son vol pour Saskatoon, mais dit avoir attendu suffisamment longtemps à la sécurité pour manquer son avion.

J’ai manqué mon vol de 9 h 05 par environ 2 minutes à cause des files d’attente extraordinairement et inutilement longues à la sécurité, déplore-t-elle.

Je suis arrivée à l’heure indiquée, mais un des points de contrôle était fermé.

Conjuguer abondance de voyageurs et pénurie d’employés

À la direction de l’Aéroport international de Vancouver (YVR), le responsable des affaires externes, Mike McNaney, explique que l’attente des voyageurs est notamment liée à une pénurie de personnel de l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA), qui est responsable des points de contrôle de sécurité de l’aéroport.

Dans les dernières 24 à 48 heures, nous avons vu des délais jamais vus, note-t-il. Selon lui, l’aéroport accueille actuellement quelque 45 000 passagers par jour et s’attend à voir ce nombre augmenter à l’approche de l’été.

Nous avons quelques inquiétudes liées à l’augmentation de la demande cet été et nous sommes en contact avec la direction de l’ACSTA pour connaître leur plan de gestion des défis [de la pénurie de personnel] à court terme, ajoute Mike McNaney.

Entre-temps, l’ACSTA demande aux voyageurs d’arriver à l’aéroport au moins deux heures à l’avance pour les vols intérieurs et trois heures à l’avance pour les vols transfrontaliers ou internationaux.

« Avec la reprise du transport aérien, nous faisons face à des pics de demande lors desquels un grand nombre de passagers se présentent en même temps à tous les points de contrôle, ce qui rend plus difficile la redistribution des ressources, indique l’agence dans un courriel.

Avec les informations de Christina Jun

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !