•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maisons des aînés : « Pari perdu », les nouveaux prix sont encore plus élevés

Québec avait annulé des appels d'offres parce que les soumissions étaient jugées trop chères, mais leur reprise a donné des résultats encore plus coûteux.

Chargement de l’image

Les maisons des aînés sont une promesse électorale de la Coalition avenir Québec. Le parti de François Legault promet 2600 nouvelles places avant la fin de l'année.

Photo : CAQ

Le gouvernement du Québec risque de perdre au moins 44 millions de dollars à cause d'un pari raté dans l'espoir d'économiser de l'argent pour la construction des maisons des aînés, révèle une analyse de Radio-Canada.

La reprise de sept appels d'offres jugés trop chers, qui ont été annulés entre juin et septembre 2021, a donné lieu à des soumissions encore plus élevées au cours des dernières semaines.

Parfois, c'est exactement le même entrepreneur qui demeure le plus bas soumissionnaire, la seconde fois, mais avec un prix plus haut. Résultat dans ce cas de figure : un surcoût de 7,5 millions de dollars pour la maison des aînés de Carignan, en Montérégie, et de 4,4 millions pour celle de Saint-Hilarion, dans Charlevoix.

La palme de l'augmentation la plus forte revient à la maison des aînés de Trois-Rivières, avec une hausse de près de 10 millions de dollars entre le premier et le deuxième appel d'offres, soit 18 % d'augmentation.

Au total, le surplus à payer de 44 millions de dollars correspond à la valeur d'une maison des aînés.

Le prix des matériaux a continué de grimper, au grand dam de Québec

C'est un pari perdu, commente le porte-parole de l’Association de la construction du Québec, Guillaume Houle. Mais ce dernier ne blâme pas le gouvernement.

Il rappelle que jusqu'en janvier 2022, on s’attendait à ce que la situation revienne à la normale au chapitre des prix des matériaux de construction, qui avaient explosé en raison de la pandémie.

Sauf que l'invasion de l'Ukraine par la Russie a changé la donne. Il faut aussi ajouter la pandémie qui paralyse le port de Shanghai, en Chine, depuis plusieurs semaines.

« Il y a tellement eu de fluctuations depuis le début de la pandémie que les entrepreneurs doivent se protéger face à des hausses des coûts et parce que la chaîne d’approvisionnement est complètement déréglée. On a de la difficulté à obtenir les matériaux commandés dans les délais. »

— Une citation de  Guillaume Houle, porte-parole de l'Association de la construction du Québec

Le contexte que vous mentionnez, jumelé à la pénurie de main-d’œuvre dans l’industrie de la construction, exerce une forte pression sur les coûts, rappelle la Société québécoise des infrastructures (SQI) qui gère les appels d'offres des maisons des aînés pour le gouvernement.

Après avoir annulé les premiers appels d'offres, la SQI avait révisé certaines exigences contractuelles, reporté des étapes ou des échéanciers, ou encore découpé des travaux par lots. Mais tout ça n'a pas suffi à obtenir des prix plus bas.

« La SQI utilise différentes stratégies pour contrer les résultats défavorables [peu ou pas de soumissionnaires, résultats trop élevés] et nous ne pouvons prédire la réaction du marché actuel. [...] Bien que la pratique de relance des appels d'offres ait régulièrement donné de bons résultats dans le passé, le contexte actuel étant inédit, il n’assurait aucune certitude de l’obtention de meilleurs résultats. »

— Une citation de  Martin Roy, porte-parole de la Société québécoise des infrastructures

Les résultats des seconds appels d'offres sont encore en analyse. Pourraient-ils être de nouveau annulés?

Lorsque la SQI considère que le prix soumis n’est pas le juste prix, elle se donne l’opportunité d’annuler l’appel d'offres, de changer la stratégie d’approvisionnement, de regrouper plusieurs lots, ou de les séparer selon le contexte, répond Martin Roy.

Le coût des matériaux de construction a augmenté de 35 % entre octobre 2020 et octobre 2021, rappelle l'Association de la construction du Québec. Entre décembre 2021 et janvier 2022, le prix du bois a augmenté de près de 150 % et le prix de l'acier, de 75 % entre 2020 et 2021.

Chargement de l’image

Chantier de la future maison des aînés de Saguenay

Photo : Avec l'autorisation de la Société québécoise des infrastructures (SQI)

Les premières maisons des aînés livrées devraient être celles de Sainte-Anne-des-Plaines et de Sainte-Agathe-des-Monts, dans les Laurentides, au début d'août, suivies de Saguenay et de Roberval, à la mi-août.

Les chantiers de 34 des 46 maisons des aînés sont déjà commencés.

Aux dernières nouvelles, le budget total planifié était de 2,4 milliards de dollars.

Près de 600 000 $ en moyenne pour construire une place

Le coût de construction le plus élevé pour une maison des aînés est à Havre-Saint-Pierre, à 42,4 millions de dollars pour 48 places, soit 883 000 $ par place.

Dans les nouveaux appels d'offres, la soumission la moins élevée pour celle de Salaberry-de-Valleyfield est de 67,5 millions de dollars pour 96 places, soit 703 500 $ la place.

Une erreur de calcul indiquait dans une version précédente de cet article que la maison des aînés de Salaberry-de-Valleyfield était estimée à 938 000 $ la place.

La moyenne du coût de construction par place avoisine les 600 000 $, selon notre compilation, mais cela n'inclut pas tous les frais qui pourraient s'ajouter.

Selon nos informations, le gouvernement prévoit, par exemple, 500,5 millions de dollars en coûts de services, soit 143 800 $ par place.

On réalise que la facture monte toujours, déplore la porte-parole libérale pour les aînés, Monique Sauvé.

« Ce projet d’une génération, ce sera finalement la dette d’une génération. »

— Une citation de  Monique Sauvé, porte-parole de l'opposition officielle pour les aînés et les proches aidants
Chargement de l’image

La porte-parole de l'opposition officielle pour les aînés et les proches aidants, Monique Sauvé

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Rousselle

Les partis d'oppositions demandent d'abandonner le vaste projet

La SQI prévoit livrer au moins 2600 des 3480 places prévues dans les maisons des aînés à l'automne 2022, comme l'a promis le gouvernement Legault.

Il ne faut surtout pas envisager la construction de maisons des aînés additionnelles avant d’avoir fait une véritable réflexion, croit Monique Sauvé.

Comme le Parti québécois et Québec solidaire, elle convient de terminer les chantiers déjà commencés.

Le sujet des maisons des aînés devrait refaire parler de lui, mercredi, à l'Assemblée nationale, alors que la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, sera questionnée par les partis d'opposition dans le cadre de l'étude des crédits de son ministère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !