•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peu de personnes en Saskatchewan se définissent comme transgenres et non binaires

Chargement de l’image

Les Canadiens ont eu la possibilité de se définir comme personne transgenre ou non binaire lors du recensement de 2021.

Photo : Flickr / torbakhopper

Radio-Canada

La Saskatchewan est la deuxième province canadienne après le Québec ayant la plus faible proportion de personnes qui se déclarent transgenres ou non binaires par rapport à sa population, selon des données de Statistique Canada issues du recensement de la population pour 2021.

Au Canada, un peu plus de 100 000 personnes se sont déclarées transgenres ou non binaires sur la population de plus de 30,5 millions de Canadiens âgés de 15 ans et plus. Cela représente 0,33 % de la population totale, soit environ 1 personne sur 300.

En Saskatchewan, près de 2530 personnes de plus de 15 ans se sont définies comme transgenres ou non binaires, selon les informations publiées mercredi dans le cadre de la deuxième vague de données du recensement de 2021.

Des données à considérer avec prudence

La directrice générale intérimaire du Centre pour la fierté et la diversité des genres de l'Université de Regina, Ariana Giroux, accueille ces données avec prudence.

Certaines personnes ne se sentent pas assez en sécurité pour se présenter comme transgenres ou non binaires lors du recensement, indique-t-elle. 

« Ces chiffres ne vont donc pas refléter pleinement notre communauté. »

— Une citation de  Ariana Giroux, directrice générale intérimaire du Centre pour la fierté et la diversité des genres de l'Université de Regina

Ariana Giroux affirme que les chiffres du recensement sous-estiment le nombre de personnes transgenres et non binaires en Saskatchewan, s’appuyant sur les données du Centre pour la fierté et la diversité des genres de l'Université de Regina.

Elle déclare toutefois que ces données constituent un bon début et un élément de base pour le recensement précis des populations transgenres et non binaires.

Elle invite également les décideurs à faire preuve de prudence lorsqu'ils élaborent des politiques à partir des données du recensement.

Les données globales publiées pour la Saskatchewan :

Personnes âgées de 15 ans et plus :

  • 665 hommes transgenres.
  • 790 femmes transgenres.
  • 1075 personnes non binaires.
  • 435 375 hommes cisgenres.
  • 444 880 femmes cisgenres.

Terminologie LGBTQ+

  • Non binaire : personne dont l'identité de genre se situe en dehors du modèle de genre binaire homme ou femme.
  • Transgenre : personne dont le genre ne correspond pas à celui qui lui a été assigné à la naissance.
  • Cisgenre : personne dont l'identité de genre correspond à son sexe assigné à la naissance.

Source : Lexique sur la diversité sexuelle et de genre du Gouvernement du Canada

La problématique dans la formulation de la question

Ariana Giroux explique la manière dont Statistique Canada a formulé la question dans le recensement de 2021. Deux questions ont été posées sur les personnes transgenres et non binaires.

La première porte sur le sexe assigné à la naissance, masculin ou féminin. La seconde concerne l'identité sexuelle, qui peut correspondre ou non au sexe assigné à la naissance.

« Cela met les gens dans des cases qui ne reflètent pas nécessairement la vérité et la réalité de l'existence humaine. »

— Une citation de  Ariana Giroux, directrice générale intérimaire du Centre pour la fierté et la diversité des genres de l'Université de Regina

Ariana Giroux affirme que les personnes qui ressentent ces choses peuvent choisir de ne pas participer à la question sur le genre. Selon elle, Statistique Canada devrait modifier la façon dont il présente la question lors des prochains recensements.

L'utilisation de l'expression sexe assigné à la naissance peut donner l'impression d'exclure les membres de la communauté transgenre ou de la communauté de la diversité sexuelle au Canada, souligne Ariana Giroux.

Les gens peuvent ne pas se sentir suffisamment en sécurité dans leur propre communauté pour se présenter comme faisant partie de ces groupes.

Selon Statistique Canada, le Canada est le premier pays au monde à enregistrer l'identité sexuelle de cette manière.

Ces changements visaient à refléter une reconnaissance sociale et législative croissante des personnes transgenres et non binaires et à combler une lacune dans les informations.

Avec les informations d'Alexander Quon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !