•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix de l’essence frôle les 2 $ le litre au Québec

L'essence est affichée à 196,9 ¢ le litre sur une affiche d'une station-service.

Le prix de l'essence s'approche de 2 $ par litre à cette station-service de Québec.

Photo : Radio-Canada / Victor Paré-Dechene

Ça y est! Une importante barrière psychologique qui fera rager les automobilistes est sur le point d'être franchie. Le prix de l'essence frôle désormais les 2 $ le litre dans plusieurs stations-service du Québec.

Que vous rouliez sur la route 138 entre Huntingdon et Havre-Saint-Pierre ou sur la route 132 entre Salaberry-de-Valleyfield et Mont-Joli, le constat sera le même. La province regorge de stations-service dont le prix s'approche dangereusement des 2 $ le litre d'essence ordinaire.

Premier lieu découvert par le célèbre explorateur Jacques Cartier, Gaspé risque de passer à l'histoire cette fois en tant que première municipalité à fracasser la barrière des 2 $ au Québec, du moins parmi les régions les plus populeuses.

À 13 h, une station-service de la rue Jacques-Cartier affichait d'ailleurs à 199,9 ¢/litre le prix de l'essence ordinaire.

À Québec, un automobiliste désireux d'épargner quelques sous devait faire vite. À l'aube du week-end, de plus en plus de stations affichent 196,9 ¢/litre, que ce soit sur la Grande Allée ou le boulevard Charest.

Instabilité

Pour le vice-président de l'Association canadienne des carburants, Carol Montreuil, ce n'est plus qu'une question de temps avant que la barrière psychologique des 2 $ soit franchie au Québec.

La situation qu'on remarque ce matin n'est pas unique. C'est généralisé, non seulement à Québec, mais dans l'ensemble du Canada, dit-il.

L'instabilité géopolitique en Europe, qui n'est d'ailleurs pas sur le point de se résorber, est à l'origine de cette nouvelle flambée. Inutile de préciser que chaque hausse du prix de l'essence ces derniers temps est un record.

« La géopolitique est ce qui influe le plus sur la volatilité des prix. Les gens sont nerveux, on l'a vu. D'autres missiles ont été lancés sur Kiev en présence des membres de l'ONU, jeudi. Ça énerve énormément les marchés. »

— Une citation de  Carol Montreuil
Le prix d'un litre d'essence à Saint-Jean, T.-N.-L.

Ailleurs au pays, la barrière psychologique a été dépassée. Voici le prix d'un litre d'essence à Saint-Jean, T.-N.-L., en mars dernier.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Jusqu'où ça ira?

Où s'arrêtera cette flambée des prix de l'essence qui est indubitablement associée à l'inflation et à la hausse du prix des aliments? Impossible de le savoir, selon Carol Montreuil.

Pour prédire quels seront les prix dans l'avenir, il faudrait prévoir le dénouement du conflit en Ukraine et aussi prévoir où s'en va la reprise postpandémique. Il faut avoir des réponses à ces deux questions-là, croit le vice-président.

Rappelons qu'au début de la pandémie, en 2020, l'essence se vendait à peine plus d'un dollar le litre.

Avec la collaboration de Camille Carpentier et d'Érik Chouinard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !