•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Norme sur le nickel : la santé publique nationale maintient son appui à Québec

Vue sur le port de Québec.

Du nickel est transbordé, entre autres au port de Québec. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Le directeur national de santé publique par intérim, Luc Boileau, maintient son appui au rehaussement de la norme de nickel dans l'air, malgré l'inquiétude des résidents du centre-ville de Québec.

En conférence de presse, jeudi, le Dr Luc Boileau n'a toutefois pas fermé la porte à une réévaluation du dossier si de nouveaux faits étaient portés à son attention. Ce n'est pas un dossier qui a été mal fait du côté de la direction qui m'a précédé. Maintenant, ça, c'est une partie de l'enjeu. Il en a d'autres.

L'augmentation de la norme de nickel dans l'air s'appuie sur des études indépendantes solides, estime Luc Boileau. Selon lui, les enjeux liés à la nouvelle norme ont été évalués correctement par le précédent directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda.

Le Dr Boileau en conférence de presse.

Le Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique par intérim.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

« Je n'ai pas réouvert le dossier pour regarder toutes les études et toutes ces années-là de travaux. Je n'ai pas eu le temps de faire ça. C'est comme si vous me demandiez si le patient vu par un de mes collègues a été diagnostiqué. Il n'a pas de raison pour lesquelles je dirais qu'il n'a pas bien suivi ça. »

— Une citation de  Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique par intérim

Le ministre de l'Environnement de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, se réjouit de la sortie du Dr Boileau. J'ai pu écouter le Dr Boileau. Il confirme essentiellement ce que je dis depuis plusieurs semaines. C'est une démarche scientifique extrêmement rigoureuse qui nous a amenés à prendre cette décision-là. Nous sommes réconfortés dans la décision prise.

Le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, en conférence de presse, le 28 avril 2022.

Le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, en conférence de presse, le 28 avril 2022

Photo : Radio-Canada

Rappelons qu'en février, les 18 directions régionales de la province ont fait front commun contre l'assouplissement de la norme et contre l'avis de la Direction générale de la santé publique.

Cette dernière ne partageait pas cet avis et autorisait la hausse de la norme de la quantité de nickel permis dans l'air.

Cette nouvelle norme est entrée officiellement en vigueur jeudi.

Avec la collaboration de Jonathan Lavoie et d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !