•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une indemnité de 100 000 $ pour l’ex-chef de cabinet de Jyoti Gondek

Des conseillers municipaux et un fonctionnaire s’étaient plaints du comportement de Stephen Carter.

Chargement de l’image

Stephen Carter a été le directeur de campagne de Jyoti Gondek, puis son chef de cabinet, avant d'être congédié en février.

Photo :  (CBC/Radio-Canada) / Sam Martin

Radio-Canada

Stephen Carter a reçu une indemnité de 100 000 $ lorsqu’il a été renvoyé de son poste de chef de cabinet de la mairesse de Calgary, Jyoti Gondek, en février.

Après avoir dirigé la campagne qui l’a menée au pouvoir, Stephen Carter, a été embauché comme chef de cabinet de Jyoti Gondek cet automne. Il a été renvoyé quatre mois plus tard.

Je n’ai pas demandé à être renvoyé et aucune raison n’a été fournie. Dans notre système d’emploi, quand un employé est renvoyé sans cause, une indemnité lui est versée pour éviter qu’un litige ne suive, a déclaré Stephen Carter par écrit.

La mairesse n’a jamais donné d’explications officielles pour le départ forcé de son chef de cabinet.

Toutefois, au moins trois conseillers municipaux et un fonctionnaire avaient déposé des plaintes contre lui pour avoir enfreint la politique de lieu de travail respectueux de la Ville. La Ville avait engagé une firme indépendante pour enquêter là-dessus.

En février, un employé de la Ville avait dit à CBC que Stephen Carter n’aurait pas d’indemnité de départ.

Stephen Carter croit qu'on lui en a versé une en partie pour l'encourager à se taire.

Mon indemnité, à mon avis, m’a été donnée pour deux raisons : s’assurer que je ne parle pas de la nature injuste de mon congédiement et éviter un litige embarrassant, affirme-t-il.

Ceci dit, l’indemnité n’était pas conditionnelle à ce que je renonce à un litige. Si les [calomnies] à mon propos continuent, je pourrais être poussé à entreprendre une action devant les tribunaux.

Jyoti Gondek n’a pas voulu commenter le congédiement de Stephen Carter ni son indemnité de départ.

Avec les informations de Scott Dippel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !