•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recensement 2021 : la population du Nord reste la plus jeune du pays

Montage photo de trois capitales du Nord en hiver.

Les trois capitales des territoires du Grand Nord, Whitehorse, Yellowknife et Iqaluit.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

D’après le rapport de Statistique Canada publié mercredi, la population des territoires reste plus jeune que celle du reste du Canada, même si des disparités s’y observent.

Le Canada connaît un vieillissement rapide, et celui-ci s’est accéléré au cours des dernières années, explique Laurent Martel, le directeur du centre de démographie à Statistique Canada. C’est notamment dû au vieillissement des baby-boomers, une très vaste génération née après la Seconde Guerre mondiale.

Le Nord, des situations contrastées

Les trois territoires présentent une population différente de celle du reste du Canada, affirme Laurent Martel, même si le Yukon se rapproche de la moyenne canadienne, là où les Territoires du Nord-Ouest, et avant tout le Nunavut, se démarquent par la jeunesse de leur population. La génération Z, les personnes âgées de 9 à 24 ans, et les millénariaux, âgés de 24 à 40 ans, représentent la plus grande proportion de la population du Nunavut, des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon.

Si les Canadiens les plus jeunes, âgés de moins de 15 ans, ne représentent que 16,3 % de la population canadienne, ils sont 17 % au Yukon, 20,6 %, aux Territoires du Nord-Ouest, et 32,8 %, au Nunavut, soit près d’un Nunavummiut sur trois. Le plus jeune territoire canadien possède donc la population la plus jeune du pays.

Laurent Martel précise que le Yukon connaît une croissance démographique forte grâce à la migration interne, contrairement aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut qui, eux, doivent leur évolution à l’accroissement naturel.

La jeunesse du Nunavut s’explique par la fécondité de sa population bien supérieure à celle des autres régions.

Laurent Martel explique qu'en 2020 le Canada a connu la plus faible fécondité jamais enregistrée, avec 1,4 enfant par femme, alors qu’au Nunavut elle était de 2,7 enfants par femme. Si on veut retrouver une fécondité de 2,7 enfants par femme au Canada, il faut retourner à la fin des années 1960 .

La jeunesse de la population du Nunavut s’explique aussi par une espérance de vie plus faible, puisque, au territoire, seule 1 personne sur 20 est âgée de plus de 65 ans.

« Le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut n'échappent pas à cette réalité, mais à une échelle un peu moins rapide que dans d’autres régions, comme les Maritimes. »

— Une citation de  Laurent Martel, directeur du centre de démographie, Statistique Canada

Toutefois, cette jeunesse des territoires cache aussi une autre donnée, celle du vieillissement du Yukon, par exemple. Si l'âge moyen (39,9 ans) reste inférieur à la moyenne nationale (41,9 ans), entre 2016 et 2021, le nombre de Yukonnais âgés de plus de 65 ans a augmenté de 42 %, un record au pays.

La population du Canada augmente, celle du Yukon aussi, mais, en même temps, la population vieillit, la structure-âge de la population évolue avec le vieillissement de la génération du baby-boom. Alors, cela provoque une accélération de ce vieillissement démographique, conclut Laurent Martel.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !