•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille de Laval décimée par un accident de la route en Ontario

Anik Legault, sa mère Chantal et sa fille Maélie dans un aréna.

Anik Legault, sa mère Chantal et sa fille Maélie en voyage à Toronto.

Photo : Fournie par Anik Legault

Radio-Canada

La conductrice d’un véhicule impliqué dans une collision qui a coûté la vie à ses deux enfants et à sa mère se dit grandement émue du soutien des agences et des résidents qui lui sont venus en aide le 18 avril.

En entrevue à Radio-Canada, Anik Legault, 38 ans, dit avoir ressenti la tendresse humaine des gens sur les lieux de l’accident, mais aussi à l’Hôpital général de Brockville.

Je ne suis pas prête maintenant, mais un jour je me promets de retourner rencontrer quelques personnes significatives là-bas, confie-t-elle.

Des gens qui ont aidé à redresser la voiture, le personnel hospitalier, ce sont toutes des personnes que je ne remercierai jamais assez. Un policier qui a installé une croix sur les lieux de l’accident, avec les noms de mes enfants et de ma mère.

Le 18 avril vers 19 h 30, la voiture d’Anik Legault a été percutée par un camion semi-remorque sur l'autoroute 401, dans le canton d'Augusta, dans l'Est de l'Ontario.

L'accident s'est produit juste à l'est de Brockville, à environ 100 kilomètres au sud d'Ottawa alors qu’Anik Legault, son frère jumeau Erik Legault, ses deux enfants Émerik Giroux, 7 ans, Maélie Giroux, 3 ans, ainsi que sa mère Chantal Dendooven-Legault, 68 ans, revenaient d’un voyage à Toronto.

À la suite de la collision, le véhicule que conduisait Anik Legault a fait plusieurs tonneaux. Ses enfants et sa mère, qui se trouvaient à l'arrière, n’ont pas survécu.

Erik Legault et Émerik Giroux dans un aréna.

Erik Legault et son neveu, Émerik Giroux

Photo : Fournie par Anik Legault

Trois générations sous le même toit

Une semaine après la tragédie, Mme Legault tenait à rendre hommage à ses enfants et sa mère qui ont péri dans l’accident.

Les grands-parents, Anik, son conjoint et leurs enfants habitaient ensemble dans une résidence multigénérationnelle, à Laval.

Les cinq occupants du véhicule impliqué dans l’accident avaient profité du congé de Pâques pour faire un voyage à Toronto. Ensemble, ils ont assisté à un match de hockey des Marlies de Toronto, ont visité le Musée royal de l'Ontario et l’aquarium de Ripley.

Le conjoint d’Anik était quant à lui resté à la maison pour s'occuper du chien.

On était des amateurs de road trips, soutient Anik Legault, et mes enfants adoraient la nature et les animaux.

C’est certain que je me dis, est-ce que ce serait arrivé si on était partis plus tôt, où si on avait fait un arrêt quelconque, ajoute Mme Legault. Je regarde les photos qu’on a prises à Toronto et je ne ressens aucune culpabilité d’avoir fait ce voyage. Les trois étaient tellement heureux de faire ce voyage.

Elle trouve également du réconfort dans le fait que ses enfants et sa mère n’ont pas souffert dans l’accident.

De tendres souvenirs

Ma mère était en fusion avec les enfants, une grand-maman dévouée, une maman dévouée, se rappelle-t-elle.

Elle décrit son garçon, Émerik, comme un enfant très sensible et un grand amateur de hockey.

Émerik était actif, aimait le sport, le soccer, hockey, les statistiques de hockey. Il était un fan de gardiens de but qui aimait les Bruins de Boston.

Sa fille, Maélie, affichait quant à elle un caractère bien trempé du haut de ses 3 ans. Elle aurait eu 4 ans en mai.

Et Maélie avait le caractère de sa mère, on a des têtes de cochon. Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds, mais elle était pleine de tendresse. Elle aimait aussi la danse.

Je l’appelais ma princesse, ma poule, se souvient Anik. Ma fille me disait : je ne suis pas juste une princesse, je suis un ange et une danseuse.

Dans un communiqué, la Police provinciale de l'Ontario (PPO) confirme que l’enquête est toujours en cours pour tenter de déterminer les causes du drame.

La PPO demande à toute personne qui aurait des informations en lien avec cette collision de l'appeler au 1-888-310-1122.

Avec les informations de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !