•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les baby-boomers forment désormais moins du quart de la population

Des gens marchent dans la rue.

Le poids démographique des millénariaux a connnu la plus importante croissance au Canada entre 2016 et 2021.

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Après avoir constitué pendant des décennies l’un des groupes démographiques les plus importants et les plus influents, les baby-boomers (56 à 75 ans) représentent aujourd'hui moins de 25 % de la population canadienne, alors que les millénariaux (25 à 40 ans) connaissent la plus forte croissance au pays, nous apprend le recensement de 2021.

Selon les travaux de Statistique Canada sur les données du dernier recensement, les baby-boomers, qui représentaient 41,7 % de la population canadienne en 1966, ne représentent aujourd’hui que 24,9 % de la population, soit l’équivalent de 9 212 640 individus tous nés entre 1946 et 1965.

Le poids démographique des baby-boomers a reculé de 3,1 % entre 2016 et 2021.

C’est la première fois depuis 56 ans que le poids démographique des baby-boomers passe sous le cap des 25 %, principalement en raison de la mortalité plus élevée liée à leur groupe d’âge, mais aussi parce qu’ils ont dépassé l’âge où les immigrants arrivent en grand nombre au pays.

L’immigration n’est donc plus un facteur important d’accroissement de cette génération, souligne Statistique Canada.

Un Canada qui vieillit

L’espérance de vie élevée et le faible taux de fécondité au Canada font en sorte que la population canadienne est de plus en plus vieille. De 2016 à 2021, la proportion de personnes de 65 ans et plus a augmenté de 18,3 % pour atteindre 7 millions de personnes.

« Le nombre de personnes de 65 ans et plus a crû six fois plus vite que celui des enfants de 0 à 14 ans. »

— Une citation de  Extrait de Le Quotidien, Statistique Canada

Même si le Canada accueille beaucoup d’immigrants, leur arrivée au pays ne suffit pas à renverser cette tendance lourde, montrent les plus récentes données démographiques.

On comptait en 2021 plus de 861 000 personnes âgées de 85 ans et plus au pays, soit deux fois plus que lors du recensement de 2001.

Globalement, c'est dans les provinces de l'Ouest et les territoires que la population est la plus jeune au Canada, alors que c'est en Atlantique qu'elle est la plus vieille. C'est d'ailleurs à Terre-Neuve-et-Labrador que la proportion de 65 ans et plus a progressé le plus rapidement (+4,2 points de pourcentage).

Au Québec, les 65 ans et plus représentent 20,6 % de la population, soit plus de 1 personne sur 5.

Croissance rapide des millénariaux

Alors que les baby-boomers cèdent lentement leur place aux plus jeunes générations, ce sont ceux qu’on appelle les millénariaux ou la génération Y qui voient leur poids démographique augmenter le plus rapidement aux pays.

Nés entre 1981 et 1996, les millénariaux (Y) ont connu une croissance de 8,6 % de leur groupe d’âge entre 2016 et 2021 comparativement à 5,2 % pour l’ensemble de la population au cours de la même période.

C’est essentiellement à l’immigration que l’on doit cette croissance du poids démographique des millénariaux, explique Statistique Canada, qui souligne que plus de la moitié des immigrants accueillis au pays entre 2016 et 2021 étaient des millénariaux, c’est-à-dire des personnes âgées de 25 à 40 ans.

On recensait 7 926 575 millénariaux au Canada en 2021, soit 33,2 % de la population en âge de travailler.

Sept jeunes ayant chacun en main une tablette ou un cellulaire.

La génération Z, appelée aussi zoomer.

Photo : iStock

Très urbanisés, ils constituaient 35,1 % de la population des centres-villes dans les grandes agglomérations urbaines au pays, en 2021.

D'une génération à l'autre

La génération X, qui regroupe les personnes de 41 à 55 ans, qui comptait 7 069 355 individus lors du dernier recensement, a pour sa part crû de 2,3 % entre 2016 à 2021.

Le groupe des Z, âgés de 9 à 24 ans, a quant à lui augmenté de 6,4 % au cours de la même période. Il s’agit de la deuxième plus forte croissance démographique observée parmi toutes les générations, signale Statistique Canada.

La génération Alpha, âgée de 8 ans ou moins, comptait pour sa part 3 194 415 personnes en 2021. Elle est la seule génération qui bénéficie de la fécondité pour augmenter sa population, notent les statisticiens.

Chez les plus âgés, la génération grandiose (94 ans et plus) ainsi que la génération de l’entre-deux-guerres (76 à 93 ans) voient leur poids démographique diminuer graduellement au fil des ans en raison de leur avancée en âge, mais également parce que l’immigration ne constitue plus pour elles un facteur de croissance.

La génération grandiose, qui comptait 135 560 personnes en 2021, accuse un recul de 67,2 % de son poids démographique par rapport à 2016, tandis que la génération de l’entre-deux-guerres, avec 2 716 910 individus, a décru de 20,8 % au cours de la période.

Une société en plein changement

Ces transformations générationnelles auront certes un impact sur la société canadienne, estiment les chercheurs de Statistique Canada, notamment chez les baby-boomers vieillissants qui redéfiniront le concept de la retraite et de la fin de vie par rapport aux autres générations.

Le fait qu’ils aient eu moins d’enfants que leurs parents, qu’ils restent plus longtemps sur le marché du travail et qu’ils vivront probablement plus vieux que leurs parents aura certainement un impact sur la capitalisation des fonds de retraite, la pénurie de main-d'œuvre, les soins de santé et les services sociaux dont ils auront de plus en plus besoin au cours des prochaines années.

Une femme aînée qui travaille dans un commerce.

Les baby-boomers se distinguent de leurs parents notamment en demeurant plus longtemps sur le marché du travail.

Photo : iStock

Leur désir d’autonomie et leur nombre auront probablement aussi un impact notable sur le développement des soins à domicile. Les plus vieux d’entre eux auront 85 ans en 2031.

En revanche, les Z et les millénariaux, qui sont considérés comme étant plus scolarisés et diversifiés que les générations précédentes, incarnent aujourd’hui le changement dans la population en âge de travailler.

« Encore jeunes, ces générations sont davantage exposées à la diversité ethnoculturelle, religieuse et de genre, et ont grandi dans un univers technologique et interconnecté qui a une incidence importante sur leurs valeurs et leur mode de vie. »

— Une citation de  Extrait : Portrait générationnel de la population vieillissante du Canada selon le Recensement de 2021

Ces générations constituent désormais une part considérable de la population en âge de travailler, entraînant ainsi des transformations sur le marché du travail, souligne Statistique Canada dans son portrait générationnel.

La diversité des genres fait son entrée dans le recensement

En 2021, pour la première fois, le recensement intégrait des questions sur le genre des répondants en incluant une mention à la naissance afin de permettre aux personnes cisgenres, transgenres ou non binaires de déclarer leur genre.

Ainsi, 100 815 répondants de 15 ans et plus vivant dans un ménage privé se sont déclarés transgenres ou non-binaires, ce qui représente 0,33 % de cette tranche de la population.

Statistique Canada a aussi constaté que le nombre de personnes transgenres ou non binaires est de trois à sept fois plus élevé chez les membres de la génération Z et les millénariaux que dans les autres groupes générationnels.

Notons que le Canada est le premier pays à recueillir et à publier des données sur la diversité de genre provenant d'un recensement national, souligne Statistique Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !