•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La C.-B. veut modifier la loi sur les écoles pour un meilleur accès aux francophones

Chargement de l’image

La modification pour désigner les terres détenues par un conseil et les transférer au CSF était une demande de la part du CSF. (archives)

Photo : Radio-Canada / Kevin Mcintyre-Tor

La Colombie-Britannique a annoncé mardi vouloir modifier la loi sur les écoles de la province pour assurer un meilleur accès aux établissements de langue française aux francophones. Les modifications apportées par le projet de loi 22 proposent une nouvelle stratégie d’immobilisations à long terme pour le Conseil Scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF).

Cela vise, selon le communiqué de la province, à suivre les obligations constitutionnelles telles que définies dans la décision de la Cour suprême du Canada rendue en 2020.

Dans le cadre de la stratégie de la province, il s’agira également de faire des enquêtes pour évaluer la possibilité de tirer parti des terres de la Couronne afin de créer de futures écoles francophones.

C’est une bonne journée, a déclaré en souriant Patrick Gatien, président du conseil d'administration du CSF. La création d'un bureau de projet d’immobilisations dédié au CSF permettrait de travailler beaucoup plus étroitement avec le ministère pour trouver justement des immobilisations, juge Patrick Gatien.

Les modifications apportées à la Loi sur les écoles permettront également au ministre de l’Éducation et des Services à la petite enfance d’exiger de tous les conseils scolaires publics, y compris le CSF, qu’ils déclarent toutes les terres qu’ils possèdent ou qu’ils louent. Cela permettra au ministère de créer un inventaire de toutes les terres utilisées.

La modification pour désigner les terres détenues par un conseil et les transférer au CSF était elle aussi une demande du CSF.

Ces annonces auront assurément un impact sur la poursuite en cours du CSF contre la province, dit Patrick Gatien.

« Maintenant, il reste encore un peu de travail à faire avant de vraiment voir quel impact immédiat ou même à long terme [cela aura sur la poursuite]. On a plusieurs étapes à franchir. »

— Une citation de  Patrick Gatien, président, conseil d'administration du CSF

Mais mardi, l’heure était aux bonnes nouvelles qui vont définitivement dans le bon sens. Pour Patrick Gatien, on peut voir la volonté d'agir de la part du ministère.

Il se dit extrêmement fier du travail de toutes les équipes. Je pense que c'est une belle victoire pour la communauté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !