•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les urgences de la Côte-Nord débordent, mais les autres de l’Est-du-Québec se démarquent

Des gens attendent à l'urgence d'un hôpital.

Le premier rang du meilleur temps au Québec d'un séjour à l'urgence est au CLSC de Pohénégamook.

Photo : iStock / Chinnapong

Radio-Canada

Un document d’une vingtaine de pages du ministère de la Santé et des Services sociaux présente clairement les disparités régionales en ce qui a trait à la durée du séjour à l'urgence pour les cinq dernières années. Dans l'Est-du-Québec, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine font bonne figure, mais pas la Côte-Nord.

La Côte-Nord sous la moyenne provinciale

La moyenne régionale se situe sous la moyenne provinciale avec une durée de séjour de 6 h 41. Cependant, les chiffres de certains hôpitaux de la région se comparent à ceux de la région de Montréal, avec une durée de plus de 10 h.

Durée moyenne de séjour à l’urgence

Sept-Îles

Baie-Comeau

2017-2018

2017-2018

5 h 25

6 h 52

2021-2022

2021-2022

10 h 30

10 h 41

La durée moyenne d'un séjour à l'urgence à Sept-Îles a bondi de 94 % en cinq ans. Pour l’Hôpital Le Royer à Baie-Comeau, c'est plutôt une augmentation de 56 % de 2017-2018 à 2021-2022.

La durée moyenne d’un séjour à l’hôpital de Sept-Îles est de 10 h 32 en 2021-2022, mais ces données sont sous-estimées puisqu’elles ne prennent pas seulement en compte les patients sur civière. Selon les données du ministère de la Santé, ceux-ci restent plus longtemps, soit 22 h 49 en moyenne à Sept-Îles, ce qui est au-dessus de la moyenne québécoise de 16 h 45.

De plus, les documents obtenus par Radio-Canada révèlent que les gains réalisés de 2014 à 2018 par rapport au temps passé sur une civière aux urgences se sont estompés au cours des dernières années.

La présidente de l’Association des médecins d’urgence du Québec, Judy Morris, explique que le manque de personnel peut expliquer ces données.

Quand on est occupé avec des débordements de civières, le personnel s’occupe de ces patients-là et parfois ça a un impact même sur les patients en salle d’attente, mentionne Judy Morris.

Toutefois, il faut noter que chaque région détient une réalité différente quant aux installations et au nombre d’habitants, ce qui influence la durée de séjour à l’urgence.

Le Bas-Saint-Laurent en première place au Québec

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent figure en première position au Québec pour le meilleur temps de séjour dans ses hôpitaux en moyenne.

Durée moyenne d’un séjour au Bas-Saint-Laurent

Durée moyenne d'un séjour au Bas-Saint-Laurent

2017-2018

3 h 51

2021-2022

4 h 09

La moyenne québécoise de la durée moyenne de séjour dans un hôpital est de 8 h 24. Au Bas-Saint-Laurent, ce chiffre est plutôt réduit de moitié et équivaut à 4 h 09.

L'établissement avec le plus court temps au Québec pour un séjour à l’urgence est le CLSC de Pohénégamook avec 1 h 28.

Le président-directeur général adjoint du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Jean-Christophe Carvalho, explique ce tour de force par une meilleure gestion des hôpitaux et des initiatives mises en place dans les dernières années, comme le guichet d’accès première ligne.

Portrait de M. Carvalho

Le président-directeur général adjoint du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Jean-Christophe Carvalho

Photo : Radio-Canada / Francois Gagnon

« On a une performance qui est très intéressante. »

— Une citation de  Jean-Christophe Carvalho, président-directeur général adjoint du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Avant la création de ce guichet là, on avait quand même plus de patients orphelins qui auraient dû d’emblée consulter à l’urgence pour quelque chose qui aurait pu être vu par une autre ressource. Donc ça aussi, ça aurait pu permettre d’aider à moduler la pression, soulève Dr Carvalho.

La Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine montrent l’exemple

En moyenne, le CISSS de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine détient pour sa part un temps de 5 h 10 en 2021-2022.

Le temps a quand même augmenté depuis les cinq dernières années, avec 4 h 06 en 2017-2018. Cependant, si l'on compare au reste de la province, c’est une légère augmentation.

La pandémie a certainement eu un impact sur la capacité hospitalière et l’occupation des civières.

Ça a nécessité une réorganisation, autrement les urgences auraient pu quand même être plus engorgées que ce qu’on observe. Quoique sur le terrain, on voit quand même des pointes d’activités et les gens travaillent très fort dans les urgences pour offrir un service à la population, explique Dr Carvalho.

Avec les informations de Sophie Martin, Félix Lebel et Daniel Boily.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !