•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voyage du pape au Canada : la FSIN réclame une visite en Saskatchewan

Chargement de l’image

La Saskatchewan comptait l'un des plus grands nombres de pensionnats pour Autochtones du Canada. (archives)

Photo : Reuters / Vatican Media

Chargement de l’image

La Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN) souhaite que le pape François visite la province lors de son prochain voyage au Canada.

La FSIN appelle le souverain pontife à se rendre dans l’un des lieux de sépulture des pensionnats pour Autochtones de la province, comme le pensionnat de Muskowekwan.

La direction de la FSIN demande à la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) de faire en sorte que la visite papale passe par la Saskatchewan.

Les dirigeants de la FSIN font valoir que la religion catholique continue d'être pratiquée par certaines Premières Nations de la Saskatchewan et que le pape, en tant que chef de cette Église, doit rendre des comptes à ses membres.

La Saskatchewan comptait l'un des plus grands nombres de pensionnats au pays, soit 22, qui abritaient de force des milliers d'enfants des Premières Nations.

« Nos communautés souffrent encore beaucoup des traumatismes intergénérationnels créés par les torts commis entre les murs de ces écoles. »

— Une citation de  Marie-Anne Daywalker-Pelletier

Marie-Anne Daywalker-Pelletier, qui a fait partie de la délégation qui a rencontré le pape, formule le vœu que le pape François visite le pensionnat de Muskowewan. Lors de sa visite au Vatican, elle lui avait offert des mocassins pour bébé.

Les marches du pensionnat Muskowekwan seraient un endroit idéal pour que le pape François y dépose ces petits mocassins, à la mémoire de nos enfants qui ne reviendront jamais chez eux et de ceux qui sont revenus changés à jamais, estime Marie-Anne Daywalker-Pelletier.

Le pape doit des excuses à tous les survivants, à toutes les familles et à toutes les communautés touchées par les pensionnats administrés par l'Église catholique sur notre propre territoire de traité , conclut le chef de la FSIN, Bobby Cameron.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !