•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étagères sont vides dans les banques alimentaires, disent des activistes

Un portrait de deux personnes.

Julie LeJeune, directrice exécutive de la banque alimentaire de Fort York, et Jonathan Patterson, un bénévole de longue date, devant la banque alimentaire sur la rue College.

Photo : Radio-Canada / Darek Zdzienicki/CBC

Radio-Canada

Des activistes de la région de Toronto affirment que la demande est si grande dans les banques alimentaires que les étagères sont vides et que les impacts sont graves chez les gens affectés.

Lorsque la directrice générale Julie LeJeune s'est présentée à la banque alimentaire de Fort York dimanche, elle a réalisé qu'elle avait une crise sur les bras.

Elle affirme qu’environ 450 personnes s’y sont présentées, dimanche, en espérant y trouver à manger. Ils ont dû repartir avec seulement une partie de ce qu’elles espéraient y trouver.

De plus, la banque alimentaire n’avait toujours pas tous les produits dont elle a besoin à sa réouverture, mardi.

Nous n'avons rien à mettre sur nos étagères, a déclaré Mme LeJeune. Je n’ai jamais vu la banque alimentaire complètement à court de produits de base comme ça.

Grâce à un appel aux dons et à une réponse de la communauté, la banque alimentaire a maintenant assez de provisions pour ouvrir ses portes. La banque alimentaire se trouve sur la rue College, à l'ouest de la rue Bathurst. Mais Mme LeJeune est inquiète. Selon elle, la demande dépasse l’offre.

Une augmentation rapide

Mme LeJeune n'est pas la seule à constater une augmentation du nombre d'utilisateurs. Selon la Daily Bread Food Bank, il y a maintenant 160 000 visites de clients des banques alimentaires par mois dans la ville. Il y en avait 60 000 il y a deux ans. Les banques alimentaires ont accueilli 5700 nouveaux clients le mois dernier, un record, selon la Daily Bread Food Bank.

Bien que la crise de cette semaine ait été aiguë, il ne s'agit pas d'un problème isolé, dit Mme LeJeune.

La banque alimentaire de Fort York a reçu du lait, des pommes de terre et plusieurs autres articles, mais est toujours à court de thon en conserve, de riz, de pâtes, de haricots et de légumes en conserve.

Nous enregistrons de nouveaux clients chaque jour, a-t-elle ajouté.

Les banques alimentaires comme celle de Fort York reçoivent une partie de leur nourriture de la Daily Bread Food Bank et une autre partie des dons directs de la communauté, qui peuvent prendre la forme de nourriture ou d'argent, explique Neil Hetherington, le PDG de la Daily Bread Food Bank.

De plus en plus, nous voyons des personnes qui n'ont jamais eu l'habitude de venir dans une banque alimentaire, dit-il.

Le coût de la vie en cause

Selon M. Hetherington, le coût de la vie excessivement cher à Toronto est en lien direct avec la crise. Nous connaissons les causes qui expliquent pourquoi il y a plus de gens qui viennent aux banques alimentaires.

Il ajoute que la Daily Bread Food Bank souhaite que tous les partis parlent de ces questions lors des prochaines élections en Ontario.

Dans sa recherche de solutions, Mme LeJeune a écrit au conseiller municipal Mike Layton. Celui-ci a répondu en déposant un sac de denrées de base lundi à la banque alimentaire de Fort York.

Il existe de véritables solutions aux problèmes systémiques ici. La plupart d'entre elles commencent au niveau provincial, a déclaré M. Layton à CBC News.

Et nous devons nous assurer que les candidats qui se présentent aux élections comprennent que nous voulons des actions.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !