•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elon Musk rachète Twitter, et après?

Elon Musk

Le patron de Tesla, Elon Musk, s'est entendu avec Twitter lundi pour l'achat du réseau social, une transaction évaluée à 44 milliards de dollars américains.

Photo : Reuters / Patrick Pleul

Radio-Canada

La prochaine étape pour Elon Musk, qui vient de conclure un accord pour acheter Twitter, sera de planifier comment il pourra mettre en place les nouvelles fonctionnalités qu'il a promises, comme rendre l'algorithme du réseau social public et vaincre les robots.

Le milliardaire américain devra aussi définir comment Twitter va parvenir à authentifier tous les êtres humains sur la plateforme, comme il l'a écrit dans le communiqué annonçant l'accord qu'il a conclu avec l'entreprise, lundi.

Plusieurs spécialistes de Twitter se demandent si Elon Musk comprend réellement dans quoi il s'embarque en achetant le réseau social. Après tout, de nombreuses plateformes ont été lancées ces dernières années en vénérant la liberté d'expression, mais plusieurs d'entre elles ont eu de la difficulté à gérer le contenu toxique qui y était publié.

L'ancien PDG de Twitter, Jack Dorsey, qui témoigne devant un comité du sénat américain en 2018.

Jack Dorsey, le fondateur de Twitter et ancien PDG de l'entreprise, a salué l'achat du réseau social par Elon Musk.

Photo : Associated Press / Jose Luis Magana

Cette décision [de M. Musk] montre à quel point la modération des contenus a agacé les personnes en position d'autorité, a analysé la professeure en éthique de la technologie à l'Université Notre-Dame, Kirsten Martin. Je m'inquiéterais de la façon dont cela pourrait changer les valeurs de Twitter.

Par ailleurs, le fait qu'aucune personne potentiellement prête à investir dans l’entreprise ne se soit manifestée après l'annonce des intentions de M. Musk est un signe que plusieurs trouvent qu'il serait trop difficile d'améliorer Twitter, selon l'analyste de Third Bridge Scott Kessler.

La plateforme actuelle ressemble beaucoup à celle qui était en ligne au cours des 10 dernières années. Il y a beaucoup de personnes très compétentes qui ont tenté d'y apporter des améliorations, mais ça n'a pas été facile. Il sera probablement difficile de faire beaucoup de progrès.

Des réactions mitigées

M. Musk a reçu un appui inattendu, mais aussi plutôt abstrait, du cofondateur de Twitter Jack Dorsey. L'ancien PDG de l'entreprise a salué la décision de M. Musk de retirer Twitter de Wall Street.

« Elon est la seule solution à laquelle je fais confiance. J'ai confiance en sa mission d'étendre la lumière de la conscience. »

— Une citation de  Jack Dorsey

Sous un gazouillis comprenant la chanson Everything in Its Right Place de Radiohead, Jack Dorsey a déclaré que l'idée et le service Twitter sont tout ce qui compte pour lui, et qu’il fera tout ce qu’il faut pour les protéger.

Twitter en tant qu'entreprise a toujours été mon seul problème et mon plus grand regret. Elle a été détenue par Wall Street et le modèle publicitaire. La reprendre à Wall Street est une bonne première étape, a-t-il ajouté.

Mais d'autres personnes connaissant bien Twitter se disent toujours consternées par le fait que l'entreprise a accepté l'offre du patron de Tesla.

Twitter va laisser un homme qui agit comme un enfant essentiellement prendre le contrôle de sa plateforme, a affirmé Leslie Miley, un ancien employé de Twitter qui a également travaillé pour Google et Apple.

M. Miley, qui était le seul ingénieur noir de Twitter à occuper un poste de direction lorsqu'il a quitté l'entreprise en 2015, s'est aussi demandé si M. Musk saisit bien l'ampleur du défi qui l'attend.

Je ne suis pas sûr qu'Elon comprenne ce qu'il va acheter, a ajouté M. Miley. Il va peut-être se rendre compte que posséder Twitter, ce n'est pas la même chose que de vouloir Twitter.

Liberté d'expression et désinformation

L'approche moins stricte de la modération du contenu envisagée par M. Musk fait craindre à plusieurs utilisateurs et utilisatrices que la plateforme ne devienne davantage un refuge pour la désinformation, les discours de haine et l'intimidation.

Des analystes de Wall Street ont aussi prévenu que si M. Musk allait trop loin, cela pourrait repousser les publicitaires.

M. Musk s'est décrit comme un absolutiste de la liberté d'expression, mais il est également reconnu pour bloquer et dénigrer les autres internautes sur Twitter qui le questionnent ou ne sont pas d'accord avec lui.

Au cours des dernières semaines, il a proposé d'assouplir les restrictions de contenu sur Twitter – dont celles qui ont suspendu le compte de l'ancien président américain Donald Trump – tout en débarrassant la plateforme des faux comptes et en s'éloignant de la publicité comme principale source de revenus.

Le futur propriétaire pense qu'il peut augmenter les revenus de l'entreprise grâce à des abonnements qui offrent aux propriétaires de comptes payants une meilleure expérience, qui pourrait aller jusqu'à une version sans publicité de Twitter.

Lorsque des personnes qui participaient à une conférence TED lui ont demandé s'il y avait des limites à sa notion de liberté d'expression, M. Musk a assuré que Twitter respecterait les différentes lois nationales qui encadrent la liberté d'expression dans le monde.

Mais au-delà de ça, il serait très réticent à supprimer des messages ou à bannir les internautes qui enfreignent les règles de l'entreprise.

Ce ne sera pas parfait, d’après Elon Musk, mais je pense que nous voulons qu'il y ait vraiment la perception que la parole est aussi libre que raisonnablement possible, a-t-il précisé.

Les internautes réagissent

Des utilisateurs et utilisatrices du réseau social ont indiqué lundi leur intention de quitter la plateforme si Elon Musk en prenait possession. Ce à quoi il a répondu sur Twitter : J'espère que même mes pires détracteurs et détractrices resteront sur Twitter, car c'est ce que signifie la liberté d'expression.

La base d'utilisateurs et utilisatrices de Twitter – plus de 200 millions de personnes – reste bien inférieure à celle des concurrents comme Facebook et TikTok. Le service est populaire auprès des célébrités, des têtes dirigeantes, des journalistes et de l’intelligentsia mondiale.

M. Musk est lui-même un fidèle de Twitter. Son nombre de personnes abonnées – plus de 85 millions – n'a rien à envier à celui des plus grandes vedettes ou personnalités politiques.

Je suis si heureux que Twitter continue à servir la conversation publique. Autour du monde, et dans les étoiles!, a écrit Jack Dorsey en conclusion d’une série de gazouillis.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !