•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Selon Washington, le Canada enverra huit véhicules blindés en Ukraine

L'Allemagne a pour sa part confirmé l'envoi de chars de défense à deux canons antiaériens à l'Ukraine.

Chargement de l’image

La ministre canadienne de la Défense, Anita Anand, en point de presse, mardi, sur la base militaire américaine de Ramstein, en Allemagne.

Photo : Getty Images / Thomas Lohnes

Radio-Canada

Le Canada enverra huit véhicules blindés en Ukraine, a annoncé mardi le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, au terme d'une rencontre de pays alliés tenue à la base aérienne américaine de Ramstein, en Allemagne.

La rencontre avait pour objectif d'accélérer les livraisons d'équipements militaires que l'Ukraine réclame pour repousser l'invasion russe, en cours depuis le 24 février.

Nous allons envoyer des véhicules blindés en Ukraine, avait déclaré la ministre canadienne de la Défense, Anita Anand, avant la rencontre, mais sans en préciser le nombre.

Dans un communiqué publié vendredi, la Défense nationale disait travailler à finaliser des contrats relatifs à un certain nombre de véhicules blindés de marque commerciale qui seront envoyés en Ukraine dès que possible.

Elle avait annoncé par la même occasion l'envoi d'obusiers tractés légers M777 de 155 mmm et de munitions antichars Carl Gustaf.

Mme Anand n'avait pas précisé non plus le nombre d'obusiers envoyés à l'Ukraine. Selon CBC, il y en a quatre. La ministre a toutefois indiqué mardi qu'Ottawa a envoyé des milliers de munitions antichars.

Un possible contrat de service pour l’entretien et la réparation des caméras spécialisées pour drones que le Canada a déjà fait parvenir à l’Ukraine était aussi en voie d'être finalisé.

Selon Mme Anand, le Canada va continuer à envoyer des armes à l'Ukraine, qu'elles proviennent des stocks des Forces armées canadiennes ou de fournisseurs d'armes avec lesquels Ottawa conclura des ententes.

« La situation est volatile, et nous devons continuer, en tant qu'alliés, à faire tout ce que nous pouvons pour soutenir l'Ukraine, sa souveraineté, sa stabilité et sa sécurité. »

— Une citation de  Anita Anand, ministre de la Défense du Canada

Un tournant pour l'Allemagne

En matière d'envoi d'armes à l'Ukraine, la principale annonce est toutefois venue du gouvernement allemand, qui a confirmé l'envoi de chars de défense antiaérienne Gepard à l'Ukraine.

Selon plusieurs sources, l'annonce concerne une cinquantaine de ces blindés, équipés de deux radars et de deux canons destinés à abattre les avions ennemis.

Nous avons décidé [lundi] que l'Allemagne allait faciliter la livraison de chars de défense antiaérienne Gepard à l'Ukraine, a déclaré la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, lors de la conférence, selon le texte de son discours.

L'envoi d'armes lourdes est une première pour le gouvernement du chancelier Olaf Scholz, qui a été critiqué ces dernières semaines pour son peu d'empressement à armer l'Ukraine.

La grogne se constatait au sein même de la coalition gouvernementale qu'il dirige, les verts et les libéraux jugeant le soutien allemand apporté à Kiev insuffisant.

Selon l'AFP, qui cite des sources gouvernementales, les chars allemands ne proviendront pas directement de l'armée allemande, mais des stocks détenus par le groupe d'armement Krauss-Maffei Wegmann. Retirés du service il y a 10 ans, ils doivent subir une mise à jour technique, ont précisé ces mêmes sources.

Le secrétaire d'État américain à la Défense Lloyd Austin a salué cette décision particulièrement bienvenue du gouvernement allemand.

Chargement de l’image

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, en conférence de presse, mardi, après la rencontre des alliés sur la base militaire américaine de Ramstein, en Allemagne.

Photo : Reuters / KAI PFAFFENBACH

La ministre Lambrecht n'a pas exclu que Berlin approuve d'autres livraisons d'armes lourdes que des entreprises allemandes ont proposé de fournir à Kiev.

Lundi, un porte-parole du gouvernement a indiqué que l'Allemagne déciderait « bientôt » si elle approuve la livraison de 100 véhicules de combat d'infanterie Marder d'occasion à l'Ukraine, à la suite d'une demande de l'industriel allemand de l'armement Rheinmetall.

Le gouvernement néerlandais a de son côté confirmé mardi que les Pays-Bas fourniraient à Kiev des obusiers blindés de type Panzerhaubitze 2000, décrits comme étant parmi les plus puissants dont dispose l'armée néerlandaise.

L'agence de presse ANP avait d'abord rapporté la nouvelle, évoquant la livraison future d'un nombre limité d'obusiers blindés. Elle avait précisé que les obusiers seraient livrés en coopération avec l'Allemagne, qui fournira la formation et les munitions.

Après avoir initialement rechigné à fournir des armes offensives à l'Ukraine par crainte d'une escalade, plusieurs pays occidentaux, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et la République tchèque, ont ainsi finalement sauté le pas.

Une rencontre désormais mensuelle

Selon Lloyd Austin, la rencontre des quelque 40 alliés se reproduira désormais mensuellement, en personne ou en mode virtuel.

La réunion d'aujourd'hui deviendra un groupe de contact mensuel sur la défense de l'Ukraine, a-t-il expliqué au terme de la réunion.

M. Austin dit vouloir organiser l'action des nations de bonne volonté pour intensifier nos efforts, coordonner notre assistance, et nous concentrer sur la victoire du combat d'aujourd'hui et des combats à venir.

À l'ouverture de la rencontre, le général américain à la retraite avait affiché sa détermination à aider l'Ukraine, au moment où Moscou semble résolu à utiliser l'arme de ses livraisons de gaz naturel.

« L'Ukraine croit clairement qu'elle peut gagner et c'est aussi le cas de tout le monde ici. Nous allons continuer à remuer ciel et terre pour les satisfaire. »

— Une citation de  Lloyd Austin, secrétaire à la Défense des États-Unis

La secrétaire Austin et la ministre Anand tiendront par ailleurs une rencontre bilatérale jeudi au Pentagone à Washington. Il s'agira de la première visite officielle de Mme Anand aux États-Unis depuis sa nomination.

Selon son ministère, ils discuteront des relations entre les deux pays sur le plan de la défense, des principales priorités comme la modernisation du NORAD et des efforts du Canada et des États-Unis pour appuyer l’Ukraine.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !