•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq choses à savoir sur Jeanne Sauvé qui aurait eu 100 ans le 26 avril

Cette ancienne gouverneure générale a tracé la voie pour plusieurs femmes en politique.

Jeanne Sauvé, souriante, assise dans un fauteuil.

Jeanne Sauvé, animatrice de l'émission « Opinions », en 1961.

Photo : Radio-Canada / André Le Coz

Radio-Canada

Le 26 avril 2022 marque le 100e anniversaire de naissance de Jeanne Sauvé qui, entre autres succès, a été la première femme gouverneure générale du Canada.

Voici cinq choses à savoir sur cette pionnière de l’histoire canadienne.

1. Elle est née dans les Prairies

Jeanne Sauvé est née dans la communauté de Prud’homme, en Saskatchewan, située à environ 70 kilomètres au nord-est de Saskatoon.

2. Elle a été journaliste et animatrice

Entre 1952 et 1972, Jeanne Sauvé a été journaliste à Radio-Canada, à CTV et elle a collaboré à des réseaux américains comme NBC et CBS.

De 1956 à 1963, elle a animé l’émission Opinions, un forum pour adolescents qui explorait plusieurs sujets touchant de près la jeunesse : sexualité, autorité parentale, conformisme, etc.

Le Dr Lazure et Jeanne Sauvé en discussion, assis sur des chaises de bois

L'animatrice Jeanne Sauvé en entrevue avec le psychiatre Denis Lazure, à l'émission « Opinions » du 15 janvier 1961.

Photo : Radio-Canada / André Le Coz

3. Des plafonds de verre brisés en politique canadienne

En 1972, elle s'est lancée en politique fédérale sous la bannière libérale avec Pierre Elliot Trudeau. Elle est élue dans la circonscription montréalaise d'Ahuntsic. Entre 1972 et 1979, elle a été ministre de la Science et de la Technologie, ministre de l’Environnement et ministre des Communications.

Nommée dans le Cabinet de Pierre Elliott Trudeau en 1972, elle a été la première femme francophone à devenir ministre dans un gouvernement fédéral.

Après les élections remportées par le Parti libéral du Canada en 1980, Jeanne Sauvé a été nommée présidente de la Chambre des communes. Elle est ainsi devenue la première femme de l’histoire canadienne à accéder à ce poste.

La Chambre des communes à Ottawa.

Au centre de la Chambre des communes se trouve le siège occupé par le président ou la présidente.

Photo : Reuters / Patrick Doyle

Le 14 mai 1984, elle est également devenue la première femme à occuper le poste de gouverneure générale au pays, en 116 ans d’histoire. Elle a occupé cette fonction jusqu’en 1990.

4. Première garderie au Parlement

Pendant son mandat de présidente de la Chambre des communes, elle a ouvert la première garderie sur la colline du Parlement, la seule installation de ce genre dans le gouvernement fédéral.

5. Priorité aux jeunes et importance du sport

Au cours de sa vie, Jeanne Sauvé a évoqué à plusieurs reprises l’importance de la jeunesse et du sport.

Elle a ainsi travaillé comme adjointe au directeur du Secrétariat à la jeunesse de l'UNESCO, et a agi comme secrétaire du comité canadien de l'Assemblée mondiale de la jeunesse.

À Rideau Hall, elle a instauré deux récompenses pour des élèves désireux de faire carrière dans le domaine de l'enseignement spécial destiné aux enfants doués.

Rideau Hall avec des plantes et des arbres.

Rideau Hall, la demeure de la gouverneure générale est située à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Jean-Denis Scott

À la fin de son mandat comme gouverneure générale, elle a créé la Fondation Jeanne-Sauvé pour la jeunesse, pour la promotion de l'excellence chez les jeunes du Canada.

Un trophée en son nom sera créé pour le Championnat mondial de hockey féminin sur gazon et la Coupe Jeanne Sauvé sera établie pour les championnes canadiennes en ringuette.

Finalement, le Prix Jeanne-Sauvé va récompenser les athlètes canadiens pour leur esprit sportif.

Jeanne Sauvé a pris sa retraite en 1990. Elle a succombé à une longue maladie, le 26 janvier 1993.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !