•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ordre des urbanistes pourfend le discours de la CAQ sur le 3e lien

Esquisse du projet de troisième lien montrant deux tunnels juxtaposés sous le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Québec.

L'Ordre des urbanistes du Québec croit que la construction du troisième lien créera un incitatif à l'étalement et à l'utilisation de l'automobile.

Photo : site du Réseau express de la capitale

L’Ordre des urbanistes du Québec accuse le gouvernement Legault de « semer la confusion » à l’égard du projet de troisième lien en multipliant les « déclarations tendancieuses » qui ne reposent sur aucune preuve scientifique.

Dans une lettre ouverte d’abord publiée dimanche dans le quotidien Le Soleil, le président de l’ordre, Sylvain Gariépy, dénonce des propos tenus au cours des dernières semaines par le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, et son collègue aux Transports, François Bonnardel.

Il reproche au premier d’avoir affirmé que la construction d’un tunnel entre Québec et Lévis constituait un frein à l’étalement urbain.

Consensus

Pourtant, le consensus chez les experts est que l’augmentation de la capacité routière constitue un puissant incitatif à l’étalement et à l’utilisation de l’automobile, écrit M. Gariépy.

Le président contredit également l’argument de François Bonnardel voulant que l’aménagement de quartiers-dortoirs éloignés des principaux pôles d’emploi, sur la Rive-Sud, ne représente pas de l’étalement urbain, mais plutôt une revitalisation et un rééquilibrage.

Sylvain Gariépy accorde une entrevue à Radio-Canada à proximité d'un cours d'eau en été.

Sylvain Gariépy a tenu à « remettre les pendules à l'heure » à la suite de récentes déclarations de deux ministres du gouvernement Legault concernant le projet de 3e lien. (Archives)

Photo : Radio-Canada

M. Gariépy juge en outre que le ministre des Transports fait fausse route lorsqu’il affirme du même souffle que la densification urbaine est une mode.

Il s'agit plutôt d’une tendance observable à travers le monde et un élément incontournable de toute stratégie de réduction des gaz à effet de serre et de préservation des milieux naturels et agricoles, rétorque l’urbaniste.

« Les déclarations des ministres Charette et Bonnardel sèment la confusion et brouillent les cartes : il s’agit d’une façon de faire qui nuit à un débat public éclairé et qui va à l’encontre de l’intérêt collectif. »

— Une citation de  Sylvain Gariépy, président de l’Ordre des urbanistes du Québec

Sylvain Gariépy soutient que le gouvernement caquiste a été incapable jusqu’ici de démontrer l’utilité du troisième lien à l’aide de données scientifiques vérifiables. Il ajoute que le projet ne réussit toujours pas à rallier un seul expert indépendant en aménagement, en transport, en développement régional ou en économie.

François Bonnardel lors d'une entrevue dans les studios de Radio-Canada, à Québec. Il porte un complet et se tient debout devant un écran projetant une infographie du projet de tunnel entre Québec et Lévis.

François Bonnardel a récemment affirmé que « c'est une mode, de densifier des secteurs ». (Archives)

Photo : Radio-Canada / Erik Chouinard

Au contraire, ceux-ci se montrent de plus en plus inquiets à mesure que le projet avance et que plusieurs questions primordiales restent sans réponse, souligne le président de l’Ordre des urbanistes.

La ministre discrète

Il regrette enfin la discrétion du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation et de sa titulaire, Andrée Laforest, dans le dossier du troisième lien, qui risque selon lui de structurer le développement [dans la grande région de Québec] pour des décennies à venir.

Le Ministère, poursuit M. Gariépy, devrait être au cœur du débat sur le projet d’infrastructure afin d'assurer la cohérence des actions des mandataires du gouvernement sur le territoire.

C’est doublement incompréhensible à la veille du dépôt de la Politique nationale d’architecture et d’aménagement du territoire. La ministre Andrée Laforest doit affirmer son leadership avec plus de vigueur dans ce dossier, insiste l’urbaniste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !