•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les producteurs de patates de l’Î.-P.-É. amorcent la saison des semences avec optimisme

Chargement de l’image

La plantation des pommes de terre commence habituellement dans l’est de l’île, car il s’agit de la région où la terre s’assèche plus rapidement après la fin de l’hiver.

Photo : Radio-Canada / Shane Hennessey

Radio-Canada

Les producteurs de pommes de terre de l’est de l’Île-du-Prince-Édouard amorcent leur saison des semences, après plusieurs mois d’incertitude causés par la suspension des exportations vers les États-Unis.

Pour Randy Visser, un producteur de pommes de terre de l’île, le secteur peut maintenant aller de l’avant avec cette saison des semences, après un hiver très difficile.

« Si la frontière n’avait pas été rouverte avant le début de la plantation, on aurait réduit drastiquement la production ou l’on se serait même tournés vers d’autres cultures. »

— Une citation de  Randy Visser, producteur de pommes de terre

La découverte de cas de gale verruqueuse dans des champs a entraîné la suspension des exportations des pommes de terre en novembre 2021.

La plantation devrait battre son plein dans toute la province à la mi-mai.

Chargement de l’image

Pour Randy Visser, à droite, et son neveu, Ben Visser, à gauche, l’annonce de la reprise des exportations vers la fin mars a permis aux producteurs de planifier la saison 2022.

Photo : Radio-Canada / Shane Hennessey

Randy Visser explique que l’hiver dernier a été très difficile pour le secteur, notamment à cause de la destruction d’une partie de la récolte.

Je ne pense pas que j’aurais pu détruire des quantités moins importantes de pommes de terre, mais je pense qu’il faut juste avancer et repartir d’où nous nous sommes arrêtés, dit le fermier, qui n’a pas voulu dévoiler la quantité de pommes de terre qui ont été détruites dans sa ferme.

Durant la période de suspension des exportations, les agriculteurs de la province ont dû détruire environ 300 millions de livres de ce tubercule.

Les premiers camions de pommes de terre de l’île se sont dirigés vers les États-Unis le 4 avril, après plus de quatre mois de pause.

Sachant que la frontière est ouverte, il y a beaucoup d’optimisme dans le secteur, ajoute Randy Visser.

Chargement de l’image

Plusieurs livres de pommes de terre de l'île, qui n'ont pas été vendues aux États-Unis, ont été envoyés à des banques alimentaires de partout au pays, comme la Mission Bon Accueil de Montréal. (Archives)

Photo : Gracieuseté - Welcome Hall Mission

La reprise des ventes

Selon le Conseil de la pomme de terre de l’île, les ventes vers les États-Unis ont été fortes dans les trois premières semaines qui ont suivi la reprise des exportations.

Plus de 18 millions de livres de pommes de terre ont déjà été envoyés au marché américain, y compris à l’île de Porto Rico.

En avril, plus de 360 camions transportant le produit insulaire ont repris le chemin vers les États-Unis.

Chargement de l’image

Selon Greg Donald, directeur général du Conseil de la pomme de terre de l'Île-du-Prince-Édouard, certains producteurs de pommes de terre de semences devront se tourner vers d’autres cultures, au moins pour cette saison. Les exportations de ce type de produit demeurent interdites (archives).

Photo :  CBC

De l’aide pour les producteurs de semences

Bien que les exportations des pommes de terre destinées à la consommation ont repris, celles des pommes de terre de semences demeurent suspendues.

Avec la saison de plantation en cours, les producteurs dans le secteur des semences sont confrontés à de gros défis, selon le directeur général du Conseil de la pomme de terre de l’île, Greg Donald.

« Ce seront des décisions vraiment difficiles à faire, parce que la plupart des opérations, leur infrastructure, leur équipement, leur entreposage, tout est axé sur la production de semences. »

— Une citation de  Greg Donald, directeur général, Conseil de la pomme de terre de l’île

Certains producteurs de pommes de terre de semences devront se tourner vers d’autres cultures, au moins pour cette saison.

Ils se tourneront vers une autre culture, notamment celle d’une céréale, ou d'un oléagineux, ou du maïs, et d’autres cultures qui peuvent générer des revenus, a déclaré Greg Donald.

Les producteurs de pommes de terre de semences de l’île ont déjà reçu une partie de la compensation financière offerte par l’Agence canadienne d’inspection des aliments, indique le directeur général du Conseil.

L’organisme tente tout de même de mettre en place un programme pour venir en aide aux producteurs de ce secteur jusqu’à la réouverture complète des marchés.

Avec des informations de Nancy Russell, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !