•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 24 avril devient la Journée Ivanie Blondin à Ottawa

Chargement de l’image

Ivanie Blondin a remporté la médaille d'argent au départ groupé et la médaille d'or à la poursuite par équipes en patinage de vitesse sur longue piste aux Jeux olympiques de Pékin (archives).

Photo : Getty Images / Sarah Stier

Chargement de l’image

La Ville d'Ottawa a organisé une cérémonie afin de désigner officiellement le 24 avril comme étant la Journée Ivanie Blondin dans la capitale fédérale, dimanche après-midi. Le tout se déroulait au complexe récréatif Bob MacQuarrie d'Orléans, là où la carrière de l'olympienne a débuté avec les Concordes de Gloucester.

La Franco-Ontarienne était sur place avec ses deux médailles olympiques des Jeux de Pékin pour rencontrer ses partisans. Une soixantaine d'entre-eux se sont déplacés pour venir à sa rencontre, dont plusieurs jeunes patineurs et patineuses de vitesse de la relève.

De rentrer à la maison et voir toutes les personnes qui sont ici aujourd'hui et inspirer les jeunes qui s'en viennent dans le sport, pour moi c'est très important, a insisté Ivanie Blondin.

Nous sommes très fiers d'Ivanie et c'est une occasion pour moi, en tant que maire d'Ottawa, de dire merci de la part de tous les citoyens et citoyennes. C'est une célébration très spéciale, elle a gagné deux médailles, a rappelé le maire Jim Watson.

À Pékin, l'athlète de 32 ans avait d'abord remporté l'or à la poursuite par équipe avant de mettre la main sur celle d'argent au départ groupé.

Enfin de retour à la maison après une autre saison marquée d'interruptions en raison de la pandémie, Ivanie Blondin a pris le temps de signer des autographes et de prendre des photos avant de recevoir sa plaque des mains M. Watson, dimanche.

Après la joueuse de soccer Vanessa Gilles, l'an dernier, à la suite des Jeux olympiques de Tokyo, voilà qu'une autre olympienne francophone d'Ottawa se voit attribuer une journée à son nom.

C'est quand même très spécial. Je ne m'attendais vraiment pas à ça. En premier je pensais que c'était une blague, mais je suis vraiment contente et très fière d'être de la région, a souligné la principale intéressée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !