•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De jeunes Franco-Albertains retrouvent la scène après deux ans de pause

Steve Jodoin parle devant un groupe de jeunes assis.

Steve Jodoin donne des explications sur les techniques d'art de la scène à un groupe de jeunes Franco-Albertains.

Photo : Radio-Canada

Le centre de développement musical de l’Alberta accueille 130 jeunes artistes dans un camp intensif de trois jours consacré au théâtre et à la musique. Ce week-end marque le retour de l'événement après deux ans d'interruption causée par la pandémie de COVID-19.

De jeunes francophones de toute la province intéressés par la musique et le théâtre se rassemblent pour la première fois depuis deux ans au Centre Gull Lake, près de Red Deer.

Les jeunes de la 7e à la 12e année des écoles francophones de l'Alberta participent à l'évènement conjoint de la Chicane albertaine et du festival théâtre jeunesse de l’Alberta (FTJA).

La Chicane est un festival de musique pour les jeunes franco-albertains présenté en partenariat avec le Festival Théâtre Jeunesse de l’Alberta de L’Unithéâtre.

Au cours de la fin de semaine, les groupes participants suivent des ateliers et assistent à des spectacles musicaux et théâtraux tout en rencontrant d’autres jeunes de la province qui ont les mêmes intérêts.

Depuis plusieurs années, le Centre de développement musical (CDM) et l’Unithéâtre œuvrent ensemble pour que la Chicane et le festival du théâtre jeunesse se déroulent en même temps.

Le directeur artistique par intérim de l'Unithéâtre, Steve Jodoin, voit dans cette présentation conjointe une occasion, pour les jeunes, de s’encourager les uns, les autres.

Ça a tellement bien marché, s’enthousiasme-t-il. Les jeunes musiciens viennent encourager les jeunes en théâtre et les jeunes en théâtre encouragent les jeunes en musique.

La Chicane, une joute musicale en français

Pour le volet musical, la seule règle, c’est que ce soit en français, souligne le directeur général du CDM, Paul Cournoyer. Il faut que les paroles soient en français. Ça permet de renforcer cette identité francophone avec des activités intéressantes.

Chaque groupe participant à La Chicane montera sur scène pour présenter deux chansons originales.

Beaucoup de groupes sont inscrits, mais Paul Cournoyer aimerait que plus de jeunes tentent aussi de performer seuls.

On a de la difficulté à attirer des artistes en solo, précise-t-il. On n’a jamais eu de rap.

Paul Cournoyer donne des explications.

Paul Cournoyer donne des directives à une artiste en herbe, lors d'un atelier musical de la Chicane albertaine.

Photo : Radio-Canada

Une relève théâtrale aussi

Pour le directeur artistique de l'Unithéâtre, Steve Jodoin, l’énergie est palpable après ces deux ans de pause forcée causée par la pandémie.

Les jeunes sont là à créer des personnages, à écrire des textes, à faire de la technique de scène aussi, explique-t-il.

Ce camp artistique offre aussi une occasion, pour les artistes en herbe, de participer à différents ateliers.

On est aussi là en tant qu’artiste, pour les aider à se dégêner avec de petits trucs, ajoute-t-il. Comment se placer sur scène? Comment mémoriser du texte? À quoi penser si tu deviens trop nerveux ou si tu as un trou de mémoire?

Le camp se déroule au Centre Gull Lake jusqu'au 24 avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !