•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guerre en Ukraine : des centaines de millions de dollars d’équipement militaire pour Kiev

Un convoi de chars militaires sur une route.

Un convoi de chars russes sur la route de Marioupol

Photo : Reuters / CHINGIS KONDAROV

Radio-Canada

À quelques jours du deuxième mois de la guerre en Ukraine, les pays occidentaux livrent de plus en plus d’armes lourdes à l’Ukraine pour faire face à la Russie, qui se concentre maintenant sur la région du Donbass. Sur le plan diplomatique, le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU) se rendra dans les deux pays pour tenter de favoriser une solution politique au conflit.

  • Tour d’horizon de l’aide militaire à l’Ukraine : à eux seuls, les États-Unis ont fourni 4 milliards de dollars d'aide et de fournitures à l’Ukraine, des gilets pare-balles aux drones en passant par les missiles. La dernière livraison de Washington, de 800 millions de dollars américains (1 milliard de dollars canadiens), est constituée entre autres de 144 000 obus et de 121 drones suicides. En plus de l’aide substantielle déjà fournie, la Grande-Bretagne a promis une aide supplémentaire de 416 millions d’euros (573 millions de dollars canadiens). Depuis février dernier, le Canada a fourni 94 millions de dollars américains (120 millions de dollars canadiens). Ottawa enverra également 4 obusiers M777 ainsi que des véhicules blindés. Du côté européen, la France a livré plus de 100 millions d'euros (138 millions de dollars canadiens) d'équipements militaires. L’Allemagne a elle aussi envoyé des dizaines de milliers d’équipements de toutes sortes. Les pays baltiques que sont l’Estonie et la Lituanie ont fourni plus de 427 millions d’euros (588 millions de dollars canadiens); quant à la Lettonie, elle a indiqué avoir fourni des dizaines de millions d’euros, sans donner de précision. L’Italie a préféré maintenir ses livraisons secrètes. De son côté, le Japon a envoyé des générateurs électriques et des drones.
  • Toujours sur le plan militaire, le Pentagone a invité 40 pays alliés à une rencontre en Allemagne, mardi prochain, pour discuter des besoins sécuritaires à long terme de l'Ukraine. Des ministres de la Défense et des hauts généraux de 20 pays, membres ou non de l'OTAN, ont déjà accepté l'invitation du ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, de se retrouver sur la base américaine de Ramstein, à l'ouest de l'Allemagne, a annoncé vendredi le porte-parole du Pentagone, John Kirby. Selon lui, la rencontre permettra de se pencher sur la question de l'aide qui pourrait être apportée par les partenaires de l'Ukraine pour renforcer sa puissance militaire une fois la guerre terminée.
  • En revanche, la diplomatie semble être en panne pour trouver une issue à la guerre en Ukraine. Selon le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, les négociations « patinent » après une nouvelle session de discussions entre les délégations des deux pays. Par ailleurs, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, se rendra la semaine prochaine en Russie, où il sera reçu par Vladimir Poutine, avant de se rendre deux jours plus tard en Ukraine, où il s'entretiendra avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky.
Antonio Guterres, la bouche ouverte, s'adresse aux journalistes.

Le danger d'une escalade «menace l'humanité tout entière», a affirmé le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, au cours d'une conférence de presse à l'ONU le mois dernier.

Photo : Reuters / ANDREW KELLY

  • Un marin est mort et 27 autres sont toujours portés disparus après le naufrage la semaine dernière du croiseur Moskva, a déclaré le ministère russe de la Défense, reconnaissant pour la première fois des pertes et affirmant que les autres personnes se trouvant à bord, au nombre de 396, avaient été évacuées. Le ministère de la Défense apporte tout le soutien et l'assistance nécessaires aux familles et amis du défunt et des disparus, a-t-il ajouté. Le Moskva, navire amiral de la flotte russe en mer Noire pouvant officiellement compter jusqu'à 680 membres d'équipage, a coulé le 14 avril. Les Ukrainiens ont revendiqué une attaque aux missiles qui a causé le naufrage du navire.
Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !