•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux nouvelles arrestations pour des menaces envers des écoles de Gatineau

Plan rapproché d'une voiture du Service de police de la Ville de Gatineau.

Le Service de police de la Ville de Gatineau indique qu'il poursuit son enquête dans quatre autres dossiers de menaces proférées envers des établissements scolaires sur son territoire (archives).

Photo : Radio-Canada / Stu Mills

Radio-Canada

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a procédé à deux nouvelles arrestations en rapport avec des menaces proférées envers des établissements scolaires sur son territoire.

Au cours des dernières 48 heures, les policiers de Gatineau ont procédé à deux nouvelles arrestations en rapport avec les menaces proférées envers l'École secondaire du Versant et l'École polyvalente de l'Érablière, a indiqué le SPVG dans un communiqué de presse diffusé vendredi matin.

Un adolescent qui fréquente l'École secondaire du Versant a été arrêté le mercredi 20 avril en après-midi. Une adolescente qui fréquente l'École polyvalente de l'Érablière a quant à elle été interpellée le jeudi 21 avril en après-midi.

Les enquêteurs ont rencontré les deux adolescents, qui ont été libérés sur une promesse de comparaître assortie de conditions.

Des dossiers d'accusation pour avoir proféré des menaces seront soumis au directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) en Chambre de la jeunesse, précise le SPVG.

Trois arrestations; l’enquête se poursuit

Au total, trois arrestations ont été effectuées pour des menaces proférées à l’endroit d’établissements scolaires de Gatineau.

Mardi, le SPVG avait déjà annoncé avoir procédé à l’arrestation d’un adolescent, élève à l'École secondaire du Versant, pour des propos menaçants envers son établissement scolaire.

Six écoles auraient été visées par des menaces, selon le SPVG, y compris l’École secondaire de l’Île, dans le secteur de Hull.

Le SPVG indique poursuivre son enquête dans quatre autres dossiers de menaces envers ces autres établissements scolaires sur son territoire et invite toute personne qui détiendrait de l'information à communiquer avec sa ligne info au 819-243-4636, option 5. Le SPVG précise que les informations seront traitées de manière confidentielle.

La police de Gatineau fait savoir que des agents demeurent présents aux abords des écoles visées et dans les environs de l'ensemble des établissements d'enseignement sur son territoire.

Graves conséquences

La police rappelle que le fait de proférer des menaces est une infraction criminelle qui peut mener à des accusations.

Même si les menaces ont été prononcées dans le but de faire une blague ou si les paroles ont été dites sans intention réelle, on considère qu'une infraction a été commise si ces propos ont eu pour effet de susciter un sentiment de crainte ou de peur, explique le SPVG.

Dès qu'un adolescent fait l'objet d'une intervention en lien avec la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents, un dossier d'adolescent est créé. On parle ici d'un "casier judiciaire", mais pour adolescent, indique la police. Les informations contenues dans un tel dossier demeurent accessibles pour une période de temps variant de quelques mois à plusieurs années en fonction de la conséquence imposée, et ce, même si l'individu concerné atteint l'âge de la maturité (18 ans) durant cette période d'accessibilité.

Selon la police, cette période d'accessibilité pourrait donc compliquer, voire contrecarrer, les démarches d'un adolescent ou d'un jeune adulte qui souhaiterait obtenir un emploi ou s'inscrire à un programme d'études pour lequel une vérification d'antécédents judiciaires est requise.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.