•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Collective Agency Project : quand des aînés passent derrière l’objectif

Photographie d'un oeil qui regarde à travers le trou d'une feuille.

Photo de Mickey McCaffrey, une des aînées qui participe à l'exposition « Collective Agency Project »

Photo : Mickey McCaffery

Des aînés vancouvérois proposent leur vision du monde en photo dans l'exposition Collective Agency Project présentée à la galerie Pendulum du centre-ville de Vancouver.

Neuf artistes âgés de 60 ans et plus ont créé leurs oeuvres après avoir participé à une formation sur l’art photographique offerte gratuitement par la Ville de Vancouver dans le cadre de son programme d’art public.

Si vous pensez voir des photos de jardins et de petits-enfants, ravisez-vous! C’est bien plus que ça!, s’exclame en riant une des participantes, Mickey McCaffrey, au sujet de l'exposition.

Un autobus quitte un abribus d'une rue commerciale. Sur cet abribus, il y a une photo d'une dame âgée en train de se maquiller devant un miroir.

Cette photo de Mickey McCaffrey affichée dans les abribus du centre-ville de Vancouver montre sa mère se maquillant devant un miroir.

Photo : Lyne Barnabé

L'exposition met en lumière une vingtaine d'oeuvres, fruit des explorations photographiques des aînés. Les photographies sont également affichées dans sept abribus du centre-ville de Vancouver permettant ainsi à un plus grand nombre de personnes d'en saisir la diversité et la créativité.

J'avais peur que mon travail ne soit pas à la hauteur, confie Mickey McCaffrey. Mais finalement, je suis très fière du résultat. Jamais je n'aurais cru qu'une telle occasion se présenterait à moi, dit l'artiste de 67 ans qui expose deux photos dans le cadre de ce projet.

Le collectif de photographes a également créé une fresque panoramique qui recouvre les fenêtres de la façade du centre communautaire Hillcrest, près du parc Queen Elizabeth.

Trouver sa voix

Le programme de formation sur l’art photographique, qui était destiné aux citoyens du troisième âge, s’est échelonné sur deux ans.

Deux photos. Celle de gauche est un collage de photos d'enfants créant un gâteau de fête. Celle de droite est celle d'un homme âgé dont la moitié du visage est pixelisée.

Photos de Schula Leonard et Keith Anthony Martin

Photo : Lyne Barnabé

Les participants ont ainsi suivi chaque semaine des cours donnés par Christos Dikeakos et Birthe Piontek, deux photographes professionnels de Vancouver.

En plus de leur enseigner les rudiments techniques de la photographie, les formateurs ont initié les participants aux divers courants d’art photographique afin qu’ils puissent développer leur propre pratique artistique.

L’important, c’était de soutenir les intérêts et les forces de chacun, confie la formatrice Birthe Piontek. Apprendre l’aspect technique était important, mais le but était aussi de les aider à trouver leur propre voix comme artiste, précise la photographe qui enseigne également à l’université Emily Carr.

Une jeune femme marche sur une rue commerciale. Elle passe à côté d'un abribus sur lequel est affichée une photo d'un homme qui se cache le visage avec un masque.

Cette photo de Greg Helem est affichée dans un abribus de la rue Granville, au centre-ville de Vancouver.

Photo : Lyne Barnabé

Jamais trop tard pour apprendre

Selon Birthe Piontek, ce projet démontre bien le pouvoir bénéfique que peut avoir l'art sur les gens en général, et les aînés en particulier.

Dans notre société, on est très obsédé par la jeunesse, explique Birthe Piontek. Il y a encore cette croyance qu’il y a un temps pour accomplir certaines choses. C’était très inspirant d’être impliquée dans un projet qui nous rappelle qu’il n’est jamais trop tard pour découvrir des choses, affirme-t-elle.

« Ce projet a démontré que l'art est un puissant moyen de connexion et d'expression et qu'il n'y a pas de limites d'âge pour ressentir ça. »

— Une citation de  Birthe Piontek, photographe et enseignante au Collective Agency Project

Pour la participante Annemarie Etsell, le projet était une occasion d’essayer quelque chose de nouveau.

Plutôt que de voir notre monde rapetisser et d’avoir des programmes qui soutiennent ce fait de restreindre de plus en plus notre vie, il faut avoir des programmes [comme celui-ci] qui stimulent et encouragent l’exploration d’autres choses, lance Annemarie Etsell.

Une dame âgée regarde droit devant à travers un cadre rond, tenu par une main, et qui encadre son visage.

Birthe Piontek a photographié plusieurs participants tels Annemarie Etsell pour l'exposition Collective Agency Project.

Photo : Gracieuseté : Birthe Piontek

L’artiste de 77 ans poursuit en disant que cet atelier lui a aussi permis d’apprécier davantage l’art photographique.

C’est un nouvel éveil face à mon environnement. J’en suis plus consciente et puis je vois des détails auxquels je ne prêtais pas attention avant, dit cette Suissesse d’origine.

Ce projet m’a permis de découvrir que je suis une artiste, se réjouit Mickey McCaffrey qui ne tarit pas d’éloges envers l'initiative. Être encouragée et reconnue comme artiste a été l’un des plus beaux cadeaux de ce projet, confie-t-elle.

Une dame avec des lunettes se fait envelopper dans du tissu.

Mickey McCaffrey est une des participantes du projet Collective Agency Project.

Photo : Keith Anthony Martin

Mickey McCaffrey confie qu'au fil du temps, elle s’est sentie devenir de plus en plus invisible dans la société.

Mais nous avons une voix. Nous avons une grande expérience de vie qui nous permet de créer des œuvres riches et diversifiées, affirme-t-elle.

« En vieillissant, il est important de s’impliquer dans quelque chose de créatif et de ressentir qu'on peut encore être passionné par quelque chose. »

— Une citation de  Mickey McCaffrey, participante du Collective Agency Project

Une bouée en temps de pandémie

Le projet a aussi permis aux participants de mieux vivre les aléas liés à la pandémie.

Ce projet m’a permis de me concentrer sur quelque chose de positif et de créatif pendant le confinement, confie Mickey McCaffrey.

Birthe Piontek abonde dans le même sens.

Pendant la pandémie, ces rencontres hebdomadaires sur Zoom sont devenues une bouée de sauvetage pour eux et pour moi! Ces rencontres étaient un lieu sécuritaire où les participants ont pu s’ouvrir, commencer à jouer et à prendre des risques, dit-elle.

Une exposition de photos dans un hall d'une tour à bureaux.

L'exposition « Collective Agency Project » est présentée à la galerie Pendulum de Vancouver jusqu'au 13 mai.

Photo : Lyne Barnabé

Même si le projet est officiellement terminé et les fonds épuisés, les neuf artistes, aujourd'hui devenus amis, comptent bien poursuivre l’aventure.

On pense se retrouver à l’automne. On a déjà quelques idées pour les étapes suivantes, conclut Annemarie Etsell avec des étoiles dans les yeux.

L'exposition Collective Agency Project est présentée à la galerie Pendulum de Vancouver jusqu'au 13 mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !