•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un coût médian inférieur à la moyenne nationale favorise le marché immobilier albertain

Quartier résidentiel d'Edmonton vu d'en haut.

Le taux de croissance des prix des maisons demeurera positif selon les prévisions de la SCHL. Ces facteurs feront augmenter la pression sur l’abordabilité de l’accession à la propriété.

Photo : Radio-Canada / David Bajer

La croissance des prix des maisons albertaines devrait demeurer inférieure à la moyenne nationale d'ici 2024, selon le dernier rapport sur les perspectives de l'habitation de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Le prix moyen d’une propriété à Edmonton s’affichera entre 398 000 $ et 437 500 $, selon les prévisions de la SCHL pour 2022. Les prix moyens à Calgary varieront entre 513 000 $ et 538 000 $. Les augmentations devraient se poursuivre jusqu’en 2024.

Pendant ce temps, le coût moyen d’une habitation dépasse le million de dollars dans d’autres grandes villes canadiennes, comme Vancouver et Toronto.

L'analyste Taylor Pardy, de la SCHL, constate que l'inventaire de biens immobiliers n'est pas suffisant pour répondre à la demande, à Edmonton.

Selon lui, la forte demande sur le marché de la revente devrait soutenir le dynamisme constant des ventes et la hausse des prix moyens en 2022.

La vigueur de ce marché et la faiblesse des stocks de logements neufs se traduiront par une augmentation importante des mises en chantier d’habitations à court terme, ajoute-t-il.

Nous nous attendons à une amélioration continue de l’emploi et de l’activité économique en général jusqu’en 2024. Elle se déroulera à mesure que les répercussions de la pandémie diminuent et que la vigueur des prix du pétrole se maintiendra.

Un autre analyste de la SCHL, Michael Mak, affirme quant à lui que les prix des maisons continueront d'augmenter de 5 %. Il s'attend toutefois à un ralentissement au cours des deux prochaines années.

Bien qu’on observe un déplacement vers la périphérie à Calgary surtout dans le segment des maisons en rangée et des maisons individuelles, il y a aussi des terrains plus près du centre-ville, indique-t-il. Ils pourraient être densifiés pour créer des logements abordables et moins coûteux pour les acheteurs d’une première demeure.

Calgary a connu d’importantes mises en chantier en 2021 et, à mesure que ces logements en construction entreront sur le marché, plus d’options seront disponibles pour les premiers acheteurs.

L'agente d'immeuble Nadine Faule pense aussi que l'augmentation des taux d'intérêt ralentira un peu le marché, mais que la valeur des maisons continuera d'augmenter.

L’augmentation du coût des maisons en Alberta rend le premier achat d’une propriété plus difficile, selon elle.

Elle rappelle en outre à ceux qui veulent devenir propriétaires que leur première maison ne sera pas celle de leurs rêves, mais qu'ils pourront la revendre quelques années plus tard pour acheter celle dont ils rêvent.

La SCHL prévoit une diminution de l’abordabilité des logements locatifs en raison de l’augmentation de la demande et de la faiblesse des stocks sur le marché locatif.

La SCHL prévoit par ailleurs une augmentation des taux d'intérêt à 2,25 % d'ici le troisième trimestre 2023.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !