•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changement de propriétaires à l’horizon pour le Titan d’Acadie-Bathurst

Sur la glace, les joueurs du Titan se préparent pour les séries éliminatoires pendant que l'avenir de la concession se joue en coulisses.

Homme souriant

Steve Leal est en pourparlers avec les propriétaires du Titan d'Acadie-Bathurst pour devenir actionnaire majoritaire de la concession.

Photo : Facebook / Fix-Auto

Le visage du Titan d'Acadie-Bathurst va bientôt changer. Des sources au fait des pourparlers confirment à Radio-Canada Acadie que le président et propriétaire de Fix-Auto, Steve Leal, est en négociations avec le groupe de propriétaires et pourrait bientôt détenir jusqu'à de 60 % des actions de la concession.

Pour l'instant, tout est encore à l'état de pourparlers et rien n'est conclu.

Steve Leal est président et chef de la direction de Réseau Fix Monde, qu'on connaît sous le nom de Fix-Auto, une grande entreprise de réparation de carrosserie.

Des messages laissés à son intention au siège social de la compagnie à Blainville, au Québec, n'ont pas été retournés, jeudi soir.

Serge Thériault, président du Titan d'Acadie-Bathurst.

Serge Thériault, président du Titan d'Acadie-Bathurst.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Du côté du Titan, le président de l'équipe confirmait à Radio-Canada Acadie, un peu plus tôt, que des négociations sérieuses sont en cours, avec au moins un investisseur qui donnerait un nouveau souffle à l'organisation dans la région.

C'est une personne avec une corporation, explique Serge Thériault, sans donner plus de détails sur l'identité de l'investisseur potentiel. Il ajoute que cette personne est originaire de l'extérieur de la région.

Ce serait comme actionnaire majoritaire, avec les pourparlers qu'on a tout de suite. [Notre groupe actuel] ne tient pas mordicus à tout vouloir contrôler, souligne-t-il.

Serge Thériault assure que ce n'est pas une vente. Si une entente est conclue, il s'agirait de l'ajout d'un nouveau partenaire et d'une réorganisation administrative.

« Ce qu'on veut, c'est d'avoir une chance de sauver la concession à Bathurst. Comme propriétaires, de la façon dont on est structuré présentement, on ne pourra pas tenir cette concession à bout de bras éternellement. »

— Une citation de  Serge Thériault

Au fil des ans, il y a eu de l'intérêt pour investir ou acheter le Titan, mais ces démarches n'ont pas abouti à des offres formelles.

Cette fois-ci, on sent que les propriétaires actuels sont à la croisée des chemins. D'ailleurs, au cours de l'entrevue, le président du Titan dit que les recherches se poursuivent et que nous sommes en contact avec des gens qui ont montré de l'intérêt.

Il pourrait y avoir des changements au sein du groupe de propriétaires du Titan d'Acadie-Bathurst de la LHJMQ. Pour donner un nouveau souffle au club, des négociations sont en cours avec un investisseur.

Pour les partisans, il y a un danger de donner un plus grand contrôle à une personne de l'extérieur de la région Chaleur.  M. Thériault admet que c'est une possibilité, mais il réitère que le but de l'opération est de garder l'équipe à Bathurst.

Certains observateurs prêtent l'intention à Steve Leal de déménager le Titan sur la Rive-sud à Montréal. Mais une source près du dossier nous confirme que, pour l'instant, aucun amphithéâtre dans cette région ne répond aux normes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Un contexte plus que difficile

partisan tenant affiche Go Titan Go.

Le Titan a un bon bassin de partisans, mais la moyenne de vente de billets n'est pas suffisant pour la rentabilité de l'équipe.

Photo : Facebook/Titan Acadie-Bathurst

On ne se le cachera pas, la pandémie est venue ajouter un fardeau financier quand même assez important, souligne Serge Thériault.

Il cite en exemple les limites imposées au nombre de spectateurs permis lors des parties.

Quand tu es limité à 30 % de la capacité, mais que tu as un aréna de 3500 sièges, ce n'est pas beaucoup, rappelle le président.

De plus, lorsque la saison a été suspendue, il n'y avait pas de revenus, mais l'équipe continuait de payer les factures et les salaires du personnel.

En deux ans, le Titan chiffre ses pertes financières à plus de 1 million de dollars. Le club ne reçoit pas d'aide du gouvernement provincial. L'an dernier, chaque équipe du Québec a reçu un million de dollars en subventions.

De son côté, la ville de Bathurst donne, cette année, une somme de 175 000 $ au Titan, qui espère renouveler cette entente pour les années à venir.

Avant la pandémie, les propriétaires épongeaient annuellement un déficit de plus de 200 000 $.

Un long parcours

Ça fait maintenant 9 ans que le Titan appartient à des intérêts locaux. Après l'enthousiasme du départ, le groupe a trimé dur pour maintenir le bateau à flot.

Il y a eu des succès, comme la conquête de la coupe Memorial et de la coupe du président en 2018.

Les joueurs agglutinés autour de la coupe crient de joie en levant les bras.

Les membres du Titan d'Acadie-Bathurst ont célébré leur victoire en entourant la coupe Memorial après avoir vaincu les Pats, à Regina, en 2018.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Il y a eu un regain de popularité au guichet durant cette période, mais la moyenne de spectateurs est retombée à environ 1500 personnes par match.

Pour être rentable, le Titan a besoin d'une moyenne de 2200 spectateurs.

« Pourtant, sur le terrain, on parle avec beaucoup de monde et l'intérêt est là. Ils demandent comment va l'équipe. Mais, on dirait que ces mêmes personnes ne prennent pas le temps d'acheter des billets et d'aller voir quelques matchs, dans l'année. »

— Une citation de  Serge Thériault

Sur la glace, le Titan a les atouts pour aspirer aux grands honneurs.

En coulisses, les propriétaires espèrent qu'un nouveau partenaire aura une stratégie gagnante pour assurer la survie de l'équipe à Bathurst.

Ce sont les gens qui vont le décider. Nous, comme propriétaires, depuis maintenant, on a quand même amené de beaux produits sur la glace. Cette année, on a vraiment une belle équipe de hockey. Le produit est là.

Il espère qu'un partenaire majeur avec des moyens financiers différents, aussi, pourrait faire la différence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !