•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inauguration de la version agrandie et améliorée de l’Hôpital général de Hawkesbury

Une femme tient des ciseaux et coupe un ruban bleu.

La ministre Caroline Mulroney (au centre) a participé à la cérémonie d'inauguration du nouvel Hôpital régional à service complet de Prescott-Russell, jeudi.

Photo : Radio-Canada / Emannuelle Poisson

Radio-Canada

Après une petite escapade à Alfred-Plantagenet, le temps de faire une annonce électorale, la ministre des Transports et des Affaires francophones, Caroline Mulroney s’est déplacée un peu plus à l’est de la province, jeudi avant-midi, pour inaugurer les nouvelles installations de l’Hôpital général de Hawkesbury (HGH).

Après de nombreux retards dans les projets de construction et de rénovation, le nouvel HGH change de nom et devient l’Hôpital régional à service complet de Prescott-Russell.

Bravo, a lancé la ministre Mulroney sous les applaudissements du gratin politique réuni pour l’occasion. Dorénavant, les patients de l'est de l'Ontario auront accès à des soins spécialisés à proximité de leur demeure offerts dans des installations beaucoup plus spacieuses.

Dans son discours, la ministre a vanté le caractère francophone du nouvel hôpital régional à service complet, agrandi et amélioré.

Nous savons tous à quel point le fait de pouvoir communiquer dans sa langue maternelle peut s’avérer d’une nécessité vitale en situation de vulnérabilité. En élargissant la portée de son offre, l'HGH, établissement désigné sous la Loi des services en français, pourra prodiguer davantage de soins de proximité auprès des francophones de la région, a-t-elle déclaré.

« L’accès à des services de qualité en français est un enjeu crucial pour la francophonie ontarienne. Le domaine de la santé ne fait pas exception. Notre gouvernement l’a très bien compris. »

— Une citation de  Caroline Mulroney, ministre des Transports et des Affaires francophones

À deux semaines du déclenchement de la campagne électorale, la ministre Mulroney n’a pas manqué l’occasion de rappeler la contribution généreuse de son gouvernement dans la réalisation de ce projet.

Le réaménagement de l’HGH a nécessité un investissement public de plus de 146 millions $  en infrastructures, en équipements médicaux et en technologies de pointe, a-t-elle indiqué. Au total, la facture s’élève à 200 millions $.

Le nouvel hôpital comprend deux nouveaux édifices. L’HGH double ainsi sa superficie en ajoutant 165 000 pieds carrés de nouveaux espaces.

L’ancienne infrastructure a complètement été débâtie et rebâtie de façon à ce qu’on ait au bout de la ligne un nouvel hôpital complet et non pas une vieille partie aboutée à une nouvelle partie, a précisé le directeur général de l'établissement, Marc Leboutillier. On a reconstruit l'infrastructure qui était préexistante.

La maquette du nouvel Hôpital régional à service complet de Prescott-Russell

Le nouvel Hôpital régional à service complet de Prescott-Russell anciennement connu sous l'Hôpital général de Hawkesbury (HGH) et district.

Photo : Gleb Gomberg

Ce réaménagement permet d'augmenter les capacités de plusieurs unités médicales, dont les services d’urgences, les soins intensifs, le centre familial des naissances et l’imagerie médicale. Le projet de construction permet aussi d’accueillir une toute nouvelle unité de traumatologie.

Les patients de l’est de l’Ontario auront désormais accès à plus de 40 spécialités médicales et chirurgicales aux cliniques de soins ambulatoires.

Habituellement, certains de ces services ne sont disponibles seulement qu’en centre tertiaire à plus d’une route d’ici, a déclaré Dre Julie Maranda, médecin-chef sortante, visiblement contente de son nouvel hôpital.

« Pour une communauté comme Prescott-Russell, il est essentiel d’être capable d’offrir des services médicaux pour une variété de problèmes de santé localement. »

— Une citation de  Dre Julie Maranda, médecin-chef sortante

Grâce à ces rénovations, le nombre de lits de l’HGH augmente de 69 à 100. Plus de 400 nouveaux employés, dont une centaine de médecins, pourront se joindre à l’équipe hospitalière.

La période de construction et de rénovation des édifices s’est étendue de 2015 à 2022.

Des membres du personnel d'un hôpital transportent un patient sur une civière.

Des membres du personnel d'un hôpital transportent un patient sur une civière.

Photo : iStock

Nombre élevé de patients québécois

L’HGH a fait les manchettes plusieurs fois au cours des dernières années en raison du nombre élevé de patients québécois — principalement de l’Outaouais — qu’il soigne chaque année.

Les responsables du Réseau local d'intégration des services de santé (RLISS) de Champlain se sont régulièrement plaints de la situation, car ils craignaient les répercussions de cet afflux sur les temps d'attente aux urgences.

À un moment donné, le volume va être tel qu'on ne pourra pas continuer à voir des améliorations, et même on va voir un recul, avait même déclaré Chantal Leclerc, présidente-directrice générale à l’époque du Réseau local d'intégration des services de santé (RLISS) de Champlain.

Jeudi, le directeur général de l'HGH a refusé de dire si l’agrandissement de l’établissement allait permettre de mieux gérer tous ces patients québécois qui continuent de se présenter aux urgences de son hôpital.

« Le réaménagement et le développement de l’hôpital ont été faits en fonction des besoins de la communauté de Prescott-Russell. C’est pour satisfaire les besoins de la clientèle ontarienne.  »

— Une citation de  Marc Leboutillier, directeur général de l'Hôpital général de Hawkesbury.

L’HGH a, depuis une longue date, une bonne réputation et cela particulièrement auprès des Québécois qui, pour toutes sortes de raisons, se présentent aux portes, a déclaré M. Leboutillier. L’HGH doit demeurer conforme à la Loi canadienne sur la santé, dit-il. Nous traitons tous les gens qui se présentent à l’hôpital.

Ce dernier évalue que les Québécois représentent entre 15 % et 40 % de sa clientèle, selon les programmes.

Avec les informations de Emmanuelle Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !