•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des défenseurs de l’environnement déterminés à vous inspirer

De gauche à droite : Omri Haiven, Cheryl Ng, Josée Hémond et Gabriel Reygondeau.

Engagés dans la communauté, Omri Haiven, Cheryl Ng, Josée Hémond et Gabriel Reygondeau font leur part pour l'environnement.

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic/Camille Vernet

Leurs approches sont différentes, mais leur but est le même : sensibiliser à la protection de l’environnement. En ce Jour de la Terre, malgré les prévisions climatiques catastrophiques, quatre Vancouvérois témoignent de leur engagement pour affronter la crise.

Si le défi peut parfois sembler immense, ils n’en demeurent pas moins déterminés à inspirer leur communauté.


L’art d’aimer la nature

Josée Hémond, enseignante, essaie toujours de sensibiliser ses élèves à l'environnement.

Josée Hémond enseigne les arts visuels à l'École Jules-Verne, à Vancouver, mais elle se plaît souvent à dire qu’elle enseigne la philosophie à travers cet art.

Il suffit de passer la porte de sa classe pour comprendre que c’est une amoureuse et une défenseuse de la nature, persuadée des bienfaits des plantes, qui remplissent la pièce.

Josée Hémond s’est donné comme mission de sensibiliser les jeunes à l'environnement. Chaque année, elle propose à ses élèves un thème en rapport avec la nature. Cette année, il s’agit de la biophilie, le fait d’aimer la nature.

« Mon but cette année, c'était de sensibiliser les jeunes [...], de leur faire aimer la nature. Je me suis dit : s'ils aiment la nature, automatiquement, ils vont vouloir en prendre soin. »

— Une citation de  Josée Hémond

D'un océan à l'autre

Gabriel Reygondeau développe des outils pour étudier le fonctionnement et l'évolution des écosystèmes marins.

Chercheur à l'Université de Colombie-Britannique (UBC), Gabriel Reygondeau étudie les effets des changements climatiques sur les océans.

Passionné de biodiversité, Gabriel Reygondeau est spécialisé en biogéographie et macroécologie. Il travaille sur les interactions entre les organismes marins et l’environnement à l'échelle mondiale. Il crée des outils statistiques pour étudier le fonctionnement, la composition et l'évolution des écosystèmes marins.

« Il ne nous reste plus beaucoup de temps. Les trois prochaines années vont décider des 50 prochaines. »

— Une citation de  Gabriel Reygondeau

À l'échelle du quartier

Cheryl Ng sourit à la caméra

Les discussions de coin de rue sont une bonne façon de parler des changements climatiques selon la coordinatrice du programme Cheryl Ng.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

La coordinatrice du programme « Les champions du climat », Cheryl Ng, combat les changements climatiques par l'entremise d’engagements communautaires. 

Formé à l'Université de la Colombie-Britannique (UBC), le groupe propose des ateliers dans plusieurs quartiers de Vancouver pour inciter la population à poser des gestes concrets pour l’environnement.

Depuis 2020, le programme a séduit pas moins de 80 champions du climat, qui ont mis au point des plans d’action pour changer les choses ans la communauté.

« Il est facile de se sentir dépassé par la situation, mais il est important de se concentrer sur les solutions et pas sur les problèmes. »

— Une citation de  Cheryl Ng

Des forêts pour s'enraciner dans la communauté

Omri Haiven sourit à la caméra.

Le Vancouver Urban Food Forest Foundation utilise les parcs urbains pour communiquer l’importance des connaissances autochtones pour contrer la crise climatique explique Omri Haiven.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Omri Haiven est membre du conseil d'administration du Vancouver Urban Food Forest Foundation, un organisme qui élabore des projets de forêt nourricière dans plusieurs parcs en plein cœur de Vancouver.

Ces forêts permettent la culture d'aliments locaux et de plantes autochtones. Elles encouragent le public à imaginer une production alimentaire fondée sur des principes écologiques.

Elles offrent également un lieu où les membres de la communauté peuvent se rassembler et approfondir leur connaissance de la culture autochtone.

« On doit avoir des initiatives qui ne sont pas seulement intellectuelles, on doit avoir quelque chose de concret, quelque chose où on peut mettre les mains. »

— Une citation de  Omri Haiven

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...