•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après la cour, c’est l’aide juridique de la Péninsule qui déménage à Bathurst

La fermeture du bureau de l'aide juridique à Tracadie soulève d'autres questions sur l'accès à la justice.

Chargement de l’image

Le palais de justice de Caraquet est fermée depuis le début de cette année

Photo : Radio-Canada / René Landry

Chargement de l’image

Dès le mois de mai, le bureau des services de l'aide juridique de la Péninsule acadienne située à Tracadie fermera ses portes et les dossiers de cette région seront traités à Bathurst.

Cette nouvelle fermeture soulève davantage de questions sur un accès équitable au système de justice pour les résidents de la Péninsule acadienne.

Chargement de l’image

Le palais de justice de Tracadie a été transformé en tribunal satellite en début d'année.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Déjà, en début d'année, le palais de justice de Caraquet a fermé ses portes, tandis que celui de Tracadie est devenu un tribunal satellite.

L'effet domino

Le député libéral de Tracadie-Sheila, Keith Chiasson, constate avec désolation un effet domino dommageable pour la région qu'il représente.

La fermeture du bureau de l'aide juridique à Tracadie est le résultat direct de la fermeture des deux palais de justice, celui à Caraquet et de celui de Tracadie, estime-t-il. Même si celui de Tracadie est ouvert une journée par semaine, je considère qu'il a été fermé.

« On rend l'accès à la justice encore plus compliqué pour les gens »

— Une citation de  Keith Chiasson, député de Tracadie-Sheila
Chargement de l’image

Le député provincial de Tracadie-Sheila, Keith Chiasson, déplore la fermeture du bureau des services d'aide juridique dans sa région.

Photo : Radio-Canada

Jason Godin, ex-maire du village de Maisonnette, est aujourd'hui avocat dans la Péninsule acadienne.

Il considère que la fermeture du bureau de services juridiques est un nouveau coup dur pour la région.

« C'est de la route, de l'essence, du temps et de l'énergie qu'on doit mettre pour que les gens aient accès à la justice. »

— Une citation de  Jason Godin, avocat
Chargement de l’image

Aujourd'hui avocat dans la Péninsule acadienne, Jason Godin, constate avec désolation la diminution des services dans sa région.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Il raconte une anecdote significative qu'il ne trouve pas drôle du tout.

Récemment, j'ai participé à un procès à Bathurst, relate-t-il. C'était un juge de la Péninsule, un procureur de la couronne de la Péninsule, un client de la Péninsule et des témoins de la Péninsule. Donc, on était tous des gens d'ici, incluant des officiers de la police, qui devaient voyager pour prendre part à la procédure judiciaire à Bathurst.

Comme un cortège en route vers Bathurst

Le hasard a voulu que tous ces participants au procès se suivent sur l'autoroute en direction de Bathurst, avec le policier dans son auto-patrouille, ce qui donnait l'allure d'un cortège.

Les services d'aide juridique, tant pour les dossiers familiaux que criminels, ça passait beaucoup par le bureau de Tracadie, souligne-t-il. Les gens qui ont besoin de ces services-là doivent maintenant se rendre à Bathurst pour rencontrer l'avocat, signer des documents, faire ouvrir un dossier.

Tout comme le fait le député Keith Chiasson, Jason Godin allègue que c'est également l'économie régionale qui en paie le prix. Il parle d'employés liés au système judiciaire qui sont bien rémunérés et qui contribuaient aux entreprises locales, notamment les restaurants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !