•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fans de District 31 en Acadie attendent avec tristesse et fébrilité la finale

Denis Rioux qui tient sa tasse devant la télé qui affiche District 31

L'adepte de la série télévisée québécoise District 31, Denis Rioux, est bien fier de sa tasse à l’effigie du Service de police du Grand Montréal que l'on retrouve dans l'émission.

Photo : Gracieuseté de Denis Rioux

Chargement de l’image

Les adeptes de District 31 seront rivés à leur télévision jeudi soir pour visionner le 720e et dernier épisode de la série québécoise, qui a connu du succès durant les six dernières années. Des Acadiens et fidèles de la série font part de leurs attentes envers cette finale, mais parlent aussi de leur amour pour l’émission quotidienne.

Lise Guignard, de Dieppe, au Nouveau-Brunswick, a l’habitude de visionner chacun des quatre épisodes de 20 minutes le soir même de leur diffusion, soit du lundi au jeudi. Elle confie toutefois qu’elle réécoute souvent les quatre épisodes les fins de semaine et qu’elle est bien triste que la série tire à sa fin.

Chargement de l’image

Lise Guignard écoute parfois les épisodes de la télésérie District 31 plus d'une fois.

Photo : Gracieuseté de Lise Guignard

C’est dommage parce que je trouvais que c’était une émission en français qui était vraiment bien, explique-t-elle.

Elle s’est attachée aux personnages, dont le commandant, les lieutenants et même certains personnages qu’elle n’aimait pas au début et qu’elle a appris à aimer avec le temps, comme Nancy Riopelle et Mélissa Corbeil.

Je ne sais vraiment pas à quoi m’attendre [ce soir] parce que Luc Dionne nous a déjà surpris. J’avais peur de voir mourir peut-être un ou plusieurs personnages [...] Ça serait amusant de voir boucler les dossiers avant la fermeture du district, confie-t-elle.

Lise Guignard espère pouvoir mettre la main sur une tasse à l'image de la police de Montréal, que les policiers utilisent dans l’émission, en guise de souvenir d’une série qu’elle a beaucoup aimé.

Accroché dès les premières secondes

Jacques André Lévesque, de Moncton, est devenu adepte de District 31 dès le premier épisode, sorti en 2016. La série lui a aussi permis de se sentir moins seul pendant la pandémie.

Chargement de l’image

Jacques André Lévesque est devenu adepte de la série District 31 dès qu'il a visionné le premier épisode, en 2016.

Photo : Gracieuseté de Jacques André Lévesque

J’avais l’impression de retrouver mes amis dans des aventures que, moi, je ne pouvais pas vivre, explique-t-il.

Jacques André n’a pas d’attente quant à l’épisode de ce soir puisqu’il sait que Luc Dionne a bien l’habitude de terminer les saisons avec des éléments grandioses et inattendus.

Chose certaine, la série a laissé une trace dans sa vie.

« Ç’a été toute une aventure, ces six saisons-là. J’ai pleuré. Moi, ces personnages-là, je me suis tellement attaché. »

— Une citation de  Jacques André Lévesque

Une série qui s’écoute à plusieurs

Denis et Lisa Rioux visionnent fidèlement District 31 ensemble en soirée. Ils s’assurent de commencer les épisodes 10 minutes après le début pour pouvoir sauter les annonces publicitaires.

Chargement de l’image

L'adepte de la série télévisée québécoise District 31 Denis Rioux est bien fier de sa tasse à l’image du Service de police du Grand Montréal que l'on retrouve dans l'émission.

Photo : Gracieuseté de Denis Rioux

C’est à ce point-là. Alors si le téléphone sonne, il n’y a personne qui répond et s’il y a quelqu’un qui cogne à la porte, on n’ouvre pas la porte, précise Denis Rioux en riant.

Selon lui, il n’y aura pas de drame qui se passera pendant l’épisode final.

On a vu assez de drame au District 31, des morts, des décès des personnages principaux, alors je pense que Luc Dionne va nous laisser sur une note plus positive, ajoute-t-il.

Le travail du scénariste Luc Dionne souligné

Anika Lirette, de Grand Barachois, a surtout été touchée par l’écriture, les dialogues et le jeu des comédiens.

Chargement de l’image

Anika Lirette aime écouter les épisodes de District 31 en rafale les fins de semaine.

Photo : Gracieuseté d'Anika Lirette

Ça me passionne, comment il est capable de ficeler des histoires [...] Il fait des liens, il nous ramène, il nous surprend tout le temps. Pour moi, on ne sait jamais à quoi s’attendre et je trouve que ça, c’est du génie, explique-t-elle.

Elle s’attend à une belle fin et est bien reconnaissante d’avoir pu écouter cette série qui lui a permis d’en apprendre un peu sur le milieu policier grâce aux scénarios. Elle retient qu’une personne qui ment une fois peut mentir à nouveau.

Dans la vie, je trouve que ç’a été très utile pour moi. Si quelqu’un est capable de me mentir pour une petite chose, il est peut-être capable de me mentir pour plusieurs choses, souligne-t-elle.

Les six saisons de la télésérie District 31 sont disponibles sur TOU.TV (Nouvelle fenêtre). L’épisode final sera diffusé jeudi à 20 h, heure de l'Atlantique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !