•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une augmentation marquée des skieurs de l’extérieur à la station du Valinouët

Des skieurs au pied des pentes.

La station de ski du Valinouët est l'une des plus populaires au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Radio-Canada

La station de ski du Valinouët, à Saint-David-de-Falardeau, connaît officiellement la saison la plus enneigée de son histoire. Cette situation a notamment contribué à attirer de nombreux skieurs de l’extérieur de la région.

Selon les données fournies par la station dans une publication sur Facebook mercredi matin, 921 centimètres de neige sont tombés jusqu'à maintenant sur la montagne. L'ancien record de 915 centimètres avait été enregistré en 2020.

À titre de comparaison, la station météo de Bagotville a reçu environ 440 centimètres cet hiver.

D’ailleurs, les skieurs peuvent encore profiter de ces belles conditions parce que la station sera en opération les deux prochaines fins de semaine, soit les 22, 23 et 24 avril ainsi que les 29 et 30 avril.

L’assouplissement graduel des mesures sanitaires puis leur disparition, sauf pour le masque dans le chalet, auront permis une affluence constante tout au long de l’hiver.

Habituellement, on a des saisons de 70-75 000 jours/ski qu’on connaissait depuis les cinq ou six dernières années, cette année on a autour de 80 000 jours/ski, a révélé Stéphane Leblond, directeur du marketing et des communications pour Le Valinouët, lors d'une entrevue accordée au Téléjournal Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La station, qui fait sa renommée avec une neige 100 % naturelle, a vu une augmentation du nombre de skieurs de l’extérieur du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Ce qu’on a vu, c’est une explosion des visiteurs de l’extérieur, non seulement durant le temps des Fêtes et la semaine de relâche, mais même la semaine en tout temps. Il y avait beaucoup de gens de l’extérieur, de Montréal, de Québec, souvent qui partaient très tôt le matin pour venir vivre l’expérience de la poudreuse, faire les premières traces. On a longtemps été un secret bien gardé pour les skieurs locaux, mais là il y a des journées où il y avait plus de gens de l’extérieur que de locaux, a-t-il conclu.

Avec des informations de Vicky Boutin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !