•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Orchestre métropolitain : Elisapie et d’autres femmes au programme de la saison 2022-2023

Un chef d'orchestre sur son podium dirige une douzaine d'instrumentiste dans une salle de concert.

Yannick Nézet-Séguin est le directeur artistique et le chef d’orchestre principal de l’Orchestre métropolitain.

Photo : François Goupil / OM / Antoine Saito

Radio-Canada

L’Orchestre métropolitain (OM) a dévoilé mercredi la programmation d’une saison 2022-2023 marquée par l’inclusion et la diversité culturelle, qui sera inaugurée avec une composition de l’artiste québécoise Elisapie. Le flûtiste franco-suisse Emmanuel Pahud, l’une des grandes vedettes internationales de la musique classique, sera quant à lui le soliste en résidence.

Le directeur artistique de l’OM, Yannick Nézet-Séguin, a tenu à remédier à l’apport historiquement minimisé des compositrices dans les grands orchestres du monde. Il a inscrit au programme pas moins de 12 œuvres composées par des femmes, dont la Symphonie no 3 de l’Afro-Américaine Florence Price et une création de la Québécoise Keiko Devaux.

Rappelons que le chef montréalais a remporté plus tôt cette année un prix Grammy dans la catégorie de la meilleure prestation par un orchestre classique pour l’enregistrement de deux symphonies de Florence Price, dont la troisième, pour la maison Deutsche Grammophon.

Des femmes sur le podium

L’OM a également invité quatre cheffes d’orchestre de différents horizons culturels, et la parité a été atteinte du côté des interprètes. Parmi celles-ci, la soprano afro-américaine Angel Blue, lauréate en 2020 du prestigieux prix Beverly Sills Artist, qui prêtera sa voix à deux œuvres de Samuel Barber, Knoxville: Summer of 1915 et l’opéra Antony and Cleopatra.

Une femme en peignoir, assise sur le bord d’un lit, chante sur scène, tandis qu’un homme en camisole, couché sur le lit, la regarde.

Angel Blue lors d’une répétition pour l’opéra «Fire Shut Up In My Bones» présenté au Met en septembre 2021

Photo : afp via getty images / TIMOTHY A. CLARY

« Ce sera une saison de renaissance, et de reconnaissance envers toutes ces femmes qui, souvent dans l’ombre, ont consacré leur vie à la musique symphonique et que nous sommes fiers de mettre en lumière. »

— Une citation de  Yannick Nézet-Séguin

La saison 2022-2023 sera lancée le 25 septembre à la Maison symphonique, à Montréal. Yannick Nézet-Séguin dirigera dans un premier temps une création originale de l’autrice-compositrice-interprète inuk Elisapie, qui porte sur l’esprit d’une nation en quête de réparation, et puis la version concert du ballet Daphnis et Chloé, de Ravel.

Première flûte du Philharmonique de Berlin depuis trois décennies, Emmanuel Pahud présentera en octobre et en janvier trois prestations de musique de chambre qui incluent des morceaux de plusieurs compositrices et compositeurs français, dont Debussy, Franck, Dalbavie, Chaminade et Farrenc.

C’est un honneur pour l’Orchestre métropolitain que d’annoncer une résidence avec cet artiste d’exception, a déclaré l’OM dans un communiqué au sujet de ce musicien lauréat de plusieurs concours internationaux, qui a enregistré une quarantaine d’albums sous l’étiquette EMI/Warner Classics.

Emmanuel Pahud et sa flûte sur fond de velours rouge.

Emmanuel Pahud

Photo : Radio-Canada

Symphonies majeures et temps des Fêtes

Si l’OM se montre particulièrement sensible à l’époque contemporaine avec la présentation de sept nouvelles œuvres au cours de sa prochaine saison, son programme est également généreux en ce qui concerne le répertoire classique, avec des symphonies et des concertos mythiques au menu.

Au mois de février, les mélomanes pourront entendre la Symphonie no 5 de Chostakovitch, l’une des œuvres les plus célèbres du légendaire compositeur russe, ainsi que la Symphonie no 7 de Dvořák. Le mois suivant, l’OM interprétera la Symphonie no 5 de Sibelius et le Concerto pour piano no 3 de Prokofiev.

Le 28 avril 2023, le violoniste prodige canadien Kerson Leong jouera l’immortel Concerto pour violon de Tchaïkovski au cours d’une soirée qui marquera le retour du chef d’orchestre britannique Alexander Shelley, directeur musical de l’Orchestre du Centre national des Arts du Canada, à Ottawa, qui avait collaboré une première fois avec l’OM en 2018.

Un chef d’orchestre regarde la salle et le public en souriant, avec une partie de son orchestre derrière lui

Alexander Shelley

Photo : Gracieuseté de l'organisation

Pour ce qui est des traditionnels concerts de Noël, Yannick Nézet-Séguin propose une facture audacieuse pour le premier, présenté le 3 décembre, qui allie jazz, musique traditionnelle et airs francophones et anglophones des Fêtes. Le chef sera soutenu par le Chœur Métropolitain et les chanteuses Kim Richardson et Mélissa Bédard.

L’autre concert de Noël, la Messe en si mineur, de Bach, aura lieu le 18 décembre, et mettra en vedette la soprano américaine Erika Baikoff, la mezzo-soprano écossaise Karen Cargill, le ténor allemand Werner Güra et le baryton-basse canadien Nathan Berg.

Un instrument singulier

Le public est convié le 10 février à entendre l’un des plus anciens instruments de musique électronique, le thérémine, à l’occasion d’un concerto conçu par le compositeur québécois Simon Bertrand. C’est le Néerlandais Thorwald Jørgensen, spécialiste de l’électroacoustique, qui jouera de cet instrument qui a notamment été popularisé par Led Zeppelin, les Beach Boys ainsi que de nombreux films de science-fiction des années 1950.

Enfin, l’OM enregistrera cette saison deux œuvres pour la maison de disques québécoise Atma Classique – qui a grandement contribué à l’essor de Yannick Nézet-Séguin au début de sa carrière – dont le Double concerto pour violoncelle et harpe, du compositeur québécois Denis Gougeon.

L’ensemble de la programmation 2022-2023 de l’Orchestre métropolitain est accessible en ligne (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !