•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déjà à l’agonie, le château Dubuc est encore plus abîmé par la dernière tempête

Le château Dubuc penche dangereusement sur la plage.

La tempête qui a soufflé dans la nuit de mardi à mercredi laisse le château Dubuc, à Chandler, dans un piteux état.

Photo : Radio-Canada / Louis Pelchat-Labelle

Perrine Bullant

Le château Dubuc de Chandler sera bientôt à la merci de la mer. La tempête qui a soufflé dans la nuit de mardi à mercredi laisse la bâtisse patrimoniale dans un piteux état. Les vagues qui ont déferlé sur la côte ont brisé des piliers de soutien.

Le château Dubuc penche dangereusement sur la plage. Les piliers qui retenait sa structure ont été emportés par la mer.

La bâtisse patrimoniale commence à s'affaisser dangereusement sur la plage.

Photo : Radio-Canada / Louis Pelchat-Labelle

Michel Saint-Pierre, propriétaire du château, se désole de voir ses prédictions devenir réalité. Ça fait un an que j’essaye de réveiller du monde pour sauver le patrimoine, personne ne s’est bougé. J’avais prédit que la maison partirait à la mer, rappelle-t-il.

« Ça prouve que tout le monde s’en fout du patrimoine »

— Une citation de  Michel Saint-Pierre, propriétaire du Château Dubuc

Pour l’instant, le bâtiment est encore debout, mais une partie de la structure a commencé à ployer sous son poids. Elle commence à s'affaisser dangereusement sur la plage.

Michel Saint-Pierre assiste donc impuissant à l’agonie du château.

Michel Saint-Pierre aux côtés des pilotis du Château Dubuc, qui sont généralement pourris.

Les pilotis de bois qui maintenaient le Château Dubuc en place ont été emportés par la mer, dans la nuit de mardi à mercredi (archives).

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Il se dit désabusé face au manque de volonté du gouvernement de sauver le bâtiment. Avec de l’argent, on peut tout faire et on peut encore le sauver, assure le propriétaire, qui dit avoir déjà investi un million pour les travaux de réfection, au cours des dernières années.

Le château Dubuc penche dangereusement sur la plage. Les piliers qui retenait sa structure ont été emportés par la mer.

Une partie du château Dubuc a commencé à ployer sous son poids.

Photo : Radio-Canada / Louis Pelchat-Labelle

La tempête coupe l'herbe sous le pied du comité de sauvegarde

Les éléments devancent les ambitions du comité embryonnaire de citoyens qui se montraient prêts à envisager la création d’un organisme sans but lucratif (OSBL) pour la sauvegarde et la mise en valeur du château Dubuc. Au début du mois d'avril, les membres du comité avaient entamé des discussions avec la Ville de Chandler pour trouver un terrain sur lequel ils pourraient déménager la bâtisse patrimoniale.

De toute évidence, la menace des vagues compromet le projet. Dès qu’il va y avoir une grosse marée, l’eau risque de rentrer, s’inquiète Joanie Fortin, porte-parole du comité.

Pour l’heure, le comité de sauvegarde affirme ne pas avoir encore sollicité les autorisations pour disposer du bâtiment auprès des propriétaires, Michel Saint-Pierre et son ancienne conjointe.

Selon les estimations de Michel Saint-Pierre, un investissement de 140 000 dollars serait nécessaire pour sauver le bâtiment. Seul le gouvernement du Québec a avancé une somme de 40 000 dollars.

Avec les informations de Pierre Chapdelaine de Montvalon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !