•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tramway divise dans le secteur Saint-Charles-Garnier

Des citoyens sont attablés en groupes de discussions sur le tramway au Collège Saint-Charles-Garnier.

Les citoyens étaient amenés discuter de l'intégration du tramway dans le secteur au moyens d'ateliers en groupe.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Vigeant

La Ville de Québec a proposé trois scénarios pour l'insertion du tramway sur le boulevard René-Lévesque à proximité du Collège Saint-Charles Garnier. Aucun des trois scénarios n'a toutefois fait l'unanimité lors d'une consultation publique organisée mercredi soir qui a réuni une centaine de citoyens du secteur.

Au cœur de cette discussion organisée par la Ville : l'insertion du réseau de transport structurant entre l'Avenue Thornhill et l'Avenue Cardinal-Bégin. Trois plans ont été présentés aux citoyens, qui étaient invités à en débattre.

  • Le scénario 1 prévoit la mise en place d'une station avec rue partagée, avec diverses mesures potentielles permettant de diminuer la vitesse de la circulation automobile dans le secteur.
  • Le scénario 2 consiste à ne pas construire la station prévue devant le Collège Saint-Charles-Garnier.
  • Le scénario 3 fermerait le segment entre les avenues Louis-Fréchette et Joffre à la circulation automobile.

Les trois scénarios prévoient l'abattage d'arbres, puisque le boulevard René-Lévesque devra être élargi pour laisser passer le tramway. Le scénario 1 fait moins bonne figure en la matière, nécessitant la coupe de 32 arbres.

Des arbres longent le boulevard René-Lévesque près du Collège Saint-Charles-Garnier.

Les rencontres permettront également à la Ville de déterminer combien d'arbres devront être abattus près du Collège Saint-Charles-Garnier.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Beaumont-Drouin

Divisions

Malgré une faible tendance vers le premier scénario, aucune des trois options ne fait l'unanimité. La préservation des arbres et les craintes de l'impact sur la circulation automobile divisent les citoyens.

Le scénario 3 déplaît à Marie-Pier Lagassé, une mère de famille de Québec, qui a plutôt opté pour le scénario 1. Avec les enfants, les écoles, si on doit dévier le trafic vers les rues avoisinantes... ça craint légèrement, a-t-elle indiqué.

[Les arbres] repoussent non d'un chien, c'est comme les cheveux! a lancé Serge Sokolski, un citoyen favorable au scénario 2.

D'autres, comme Benjamin Gosselin-Cliche, étaient contre le projet dans son entièreté.

Moi la coupe de 1584 arbres, c'est suffisant pour être contre le projet, a-t-il mentionné en référence aux coupes nécessaires à la construction du tramway.

Cette absence de consensus ne décourage pas le maire de Québec Bruno Marchand qui a qualifié cet exercice de fantastique au point de vue démocratique afin de connaître l'opinion des citoyens.

Une importance « capitale »

La Ville de Québec compte sur ces consultations pour trancher. Aucune option ne serait favorisée à l'avance, selon la Ville.

On n'a pas de position présentement sur la démarche de consultation pour l'insertion dans le secteur, a indiqué mercredi après-midi la présidente du RTC, Maude Mercier-Larouche. Faudra voir quelle est la réponse des citoyens.

Une citoyenne discute avec Maude-Mercier Larouche.

La présidente du RTC Maude Mercier-Larouche (à droite) discute avec une citoyenne lors de la consultation du 20 avril au Collège Saint-Charles-Garnier.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Beaumont-Drouin

L'administration municipale se base sur les résultats du questionnaire de la Ville de Québec sur le tramway, qui sera en ligne du 22 avril au 8 mai prochain.

« Pour nous, c'est capital de répondre au sondage en ligne. Parce que ce sont des données, nous on fonctionne avec les données par la suite pour continuer d'avancer. »

— Une citation de  Maude Mercier-Larouche, présidente du RTC.

Une autre séance de consultation virtuelle, cette fois-ci, aura lieu jeudi soir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !