•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Croisières aux baleines : « beaucoup d’optimisme » du côté des bateliers

 Les Entreprises Essipit proposent des croisières aux baleines dans l’estuaire du Saint-Laurent.

Les premières traversées touristiques devraient commencer à la mi-mai ou en juin selon les entreprises (archives).

Photo : Marc Loiselle

Les premières observations de mammifères marins commencent dans l'estuaire du Saint-Laurent, signe que la saison des croisières aux baleines est imminente en Haute-Côte-Nord, où les bateliers mettent la main à la pâte depuis janvier pour se préparer à prendre la mer.

Deux baleines sont arrivées! Deux baleines sont officiellement dans le secteur, s'enthousiasme la responsable des opérations pour Croisières Essipit, Catherine Moreau Tremblay.

Dans la communauté innue d'Essipit, les premières traversées sont prévues pour le début du mois de juin.

C'est depuis le temps des fêtes que les équipes vérifient que tout l'équipement nécessaire aux traversées soit fonctionnel.

Le plus gros, c'est d'avoir la machinerie, les quais, les bateaux prêts, explique Mme Moreau Tremblay.

Catherine Moreau Tremblay sourit à la caméra, au quai des Escoumins.

Catherine Moreau Tremblay s'attend à une hausse de l'achalandage touristique pour les croisières de baleines cette année après de deux ans de pandémie.

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

Difficile de prévoir combien de visiteurs embarqueront sur les bateaux de croisières cet été, mais Catherine Moreau-Tremblay s'attend tout de même à un été achalandé.

On sait que nos hébergements commencent à être remplis. Si les hébergements sont pleins, il va y avoir des gens pour les activités, se réjouit la responsable des opérations.

« On s'attend à une année encore plus forte que les deux dernières. On s'attend à une bonne saison, autant du point de vue des mammifères marins que des visiteurs. »

— Une citation de  Catherine Moreau Tremblay, responsable des opérations pour Croisières Essipit

Elle calcule que Croisières Essipit comptait près de 19 000 visiteurs annuels avant la pandémie alors que l'entreprise a eu 15 000 visiteurs annuels dans les deux dernières années.

L'excitation face aux allègements des mesures sanitaires est aussi palpable auprès de la vice-présidente développement et affaires publiques chez Croisière AML, Lucie Charland.

L'entreprise offre des observations de baleines entre autres à Tadoussac.

C'est dans moins d'un mois que les touristes pourront profiter des embarcations nautiques avec cette entreprise, vers la mi-mai.

Après deux ans de pandémie, je peux vous dire qu'on entrevoit la prochaine saison avec beaucoup d'optimisme si on se compare aux situations qu'on a vécues précédemment, avance Mme Charland.

Lucie Charland se réjouit de la saison à venir.

Lucie Charland, vice-présidente développement et affaires publiques chez Croisière AML

Photo : Gracieuseté Lucie Charland

Contrairement aux deux derniers étés, il sera beaucoup plus facile pour les vacanciers québécois de voyager à l’international pour la saison estivale à venir. Cela ne fait pas peur aux bateliers, qui s'attendent même à une hausse des visiteurs cet été avec le retour des touristes internationaux.

Pour AML, ce sont autant les touristes québécois, ontariens, américains et internationaux qui sont attendus.

En 2020, AML dit avoir fait seulement 30 % de son chiffre d'affaires comparativement à 2019. En 2021, son chiffre d'affaires a grimpé à 50 %.

Pénurie de main-d'œuvre

L'ombre au tableau reste toutefois la pénurie de main-d'œuvre. Je crois que la plupart des employeurs ont ce défi-là, du point de vue des embauches. Mais ça va encore bien du côté du recrutement, on est positifs, met de l'avant Catherine Moreau Tremblay.

Une embarcation de Croisières Essipit

La pénurie de main-d'œuvre n'épargne pas les entreprises de croisières aux baleines (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Il faut aller chercher dans d'autres bassins de clientèle de main-d'œuvre. Il faut intéresser ces gens-là à parfois revenir au travail [comme] des jeunes retraités qui viennent de quitter, renchérit Lucie Charland.

Elle assure que, malgré tout, aucune croisière ne sera annulée. Le bateau réussit toujours à quitter le quai!

Les mammifères marins ont été exceptionnellement nombreux à affluer dans les eaux du parc marin Saguenay–Saint-Laurent l'été dernier.

Plusieurs baleines en action dans la baie de Tadoussac.

Des baleines offrent tout un spectacle aux curieux en croisière sur la baie de Tadoussac (archives).

Photo : Ivanoh Demers

L'été dernier c'est près d'une vingtaine de spécimens différents qui sont venus nous visiter, affirme Catherine Moreau Tremblay.

La chef des opérations prévient qu'il est difficile de prévoir pour chacune des traversées quels mammifères marins pourront être observés.

Elle ajoute que la façon d'observer les mammifères marins a changé avec les années. Par exemple, les bateaux vont rester à une plus grande distance des bélugas puisqu'ils sont en voie d'extinction.

De son côté, Lucie Charland se ravit qu'avec les automnes de plus en plus chauds, la saison peut s'allonger tant et aussi longtemps que les touristes sont au rendez-vous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !