•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des panneaux d’alerte de vitesse dans les villes : une option pour accroître la sécurité

Un panneau d'alerte de vitesse.

La Ville de Kapuskasing a récemment acheté deux panneaux d'alerte de vitesse.

Photo : Radio-Canada / Christophe Simard

La petite municipalité d’Opasatika, à l’ouest de Kapuskasing, demande au gouvernement ontarien d’installer des panneaux d’alerte de vitesse aux limites de certaines communautés de la province pour accroître la sécurité.

La municipalité indique qu’une telle mesure pourrait aider à faire face à l’augmentation du nombre d’accidents de camions semi-remorques sur les routes 11 et 17. Elle en a fait la demande dans une lettre envoyée à la ministre des Transports de l’Ontario, Caroline Mulroney.

Lors d’une rencontre avec des maires de la région, le maire de la municipalité, Denis Dorval dit avoir entendu que les municipalités étaient responsables de payer pour ces panneaux.

Je ne suis pas d’accord avec ça. La route c’est provincial, ce n’est pas municipal, affirme-t-il. 

« D’après moi, c’est la province qui devrait payer pour ces panneaux-là et ils devraient être [installés] partout, parce que c’est la sécurité du monde qui est en jeu. »

— Une citation de  Denis Dorval, maire d’Opasatika

Le maire Dorval estime qu’il s’agit d’une idée parmi plusieurs examinées par le nouveau groupe de travail pour les transports dans le Nord, qui a entamé ses travaux depuis quelques mois.

Je trouve que (les panneaux d’alerte) c’est très bon pour ralentir le trafic dans les municipalités. Nous autres, les transports roulent à planche dans le village. Ils ne respectent pas les limites de vitesse, déplore-t-il.

En novembre dernier, un camion-remorque a foncé dans un garage d'une résidence située en bordure de la route 11 à Opasatika.

Opasatika estime que deux panneaux d’alerte de vitesse coûtent environ 8 000 $ par communauté.

Ce n’est vraiment pas dispendieux pour sauver des vies. Si la province en achète en masse, c’est encore moins cher, affirme le maire Dorval.

Des villes comme Kapuskasing et Black-River Matheson ont récemment installé de tels panneaux d’alerte de vitesse.

Le maire de Kapuskasing, Dave Plourde, souligne qu’il s’agit de panneaux mobiles que la municipalité a achetés, et qui seront installés non seulement le long de la route 11, mais le long de certaines rues de la municipalité.

Tu peux savoir combien de véhicules ont passé et à quelle vitesse et ensuite, tu peux demander aux policiers d’aller faire des patrouilles, affirme-t-il.

Le maire Plourde dit avoir constaté que ces panneaux incitent les conducteurs à réduire leur vitesse.

Dans une réponse écrite à Radio-Canada, le ministère des Transports de l'Ontario dit qu'il est conscient des préoccupations soulevées par le canton d’Opasatika, concernant la vitesse excessive des véhicules qui traversent la communauté.

Nous nous engageons à travailler en collaboration avec le canton d’Opasatika et la Police provinciale de l’Ontario pour assurer la sécurité des voyageurs, ajoute la déclaration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !