•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’inflation forcera-t-elle la Ville de Québec à revoir certains projets ?

Maison Pollack

La Maison Pollack qui doit accueillir la Maison de la Diversité ne sera pas inaugurée avant au moins trois à quatre ans

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

« Tout va rondement cette année », selon le maire Marchand qui s'attend toutefois à devoir faire des choix plus difficiles l'an prochain si l'inflation continue à ce rythme.

C'est que l'opposition officielle a demandé des comptes à l'administration Marchand lors de la séance du conseil municipal lundi soir.

Québec d'abord pense qu'il est temps d'avoir une discussion sur les effets possibles de l'inflation sur les projets d'infrastructures de la Ville de Québec. Le parti de Claude Villeneuve réclame la tenue d'un comité plénier pour débattre de la question.

Cette sortie arrive à point nommé, alors que l'on apprend que le taux d'inflation a atteint un nouveau sommet en mars au pays, pour s'établir à 6,7%. C'est un point de plus que le mois précédent. C'est la hausse la plus marquée depuis 1991.

Plan quinquennal d'infrastructures

La Ville de Québec a des projets pour près de six milliards de dollars au cours des cinq prochaines années, dont le tramway qui accapare une bonne partie du montant. L'inflation, les coûts des matériaux ainsi que la pénurie de main-d'œuvre pourraient jouer les trouble-fêtes.

Est-ce que ça va vouloir dire que l'on devra emprunter davantage pour faire les mêmes projets ?, se questionne Claude Villeneuve. Il rappelle que les citoyens ont des attentes élevées et que, tôt ou tard, il faudra peut-être faire des choix.

Québec d'abord donne l'exemple de la SEPAQ qui vient de renoncer à son projet de pavillon des prédateurs marins. La facture est passée de 55 millions de dollars à près de 86 millions de dollars en raison de l'inflation.

Claude Villeneuve lors d'un point de presse à l'hôtel de ville de Québec.

Claude Villeneuve s'inquiète des effets de l'inflation sur les projets en cours. (archives)

Photo : Radio-Canada

Pas d'inquiétude

Même s'il juge pertinente la question du chef de l'opposition officielle, le maire de Québec s'est montré rassurant. Pour l'instant, le calendrier des travaux se déroule comme prévu cette année. Bruno Marchand reconnaît que certains projets, sans les nommer, vont connaître quelques retards, mais la Ville est en contrôle.

Les économistes ne s'entendent plus sur la suite des choses, rappelle Bruno Marchand. Au début de 2022, la plupart évaluaient que l'inflation s'essoufflerait dans la deuxième moitié de l'année. En ce moment, il n'y a plus de certitude. Les enjeux seront davantage en 2023, 2024 ou 2025, explique le maire.

« Dans le budget que l'on va présenter à l'automne, il y aura une certaine notion de choix. »

— Une citation de  Bruno Marchand, maire de Québec

Ensemble

Québec forte et fière promet de tenir compte de l'opinion de tous les élus si des choix deviennent nécessaires. Le vice-président du comité exécutif responsable des finances, Pierre-Luc Lachance, s'est même engagé à rencontrer chacun d'entre eux au cours des prochains mois. Je veux discuter ouvertement avec vous, cibler vos priorités et, parfois, faire des choix.

Il rappelle toutefois que la Ville a une capacité d'emprunter limitée. La rigueur budgétaire dictera ses décisions.

Par ailleurs, l'administration Marchand cherche de nouvelles façons de solliciter les fournisseurs. Dans les derniers mois, la Ville s'est retrouvée parfois avec un seul soumissionnaire pour des projets importants, et d'autres fois sans fournisseur du tout.

Cette situation l'amène à revoir ses pratiques sur le marché d'appel d'offres afin de demeurer compétitive.

Avancement

Les élus de Québec d'abord en ont profité pour réclamer des mises à jour sur certains projets importants. Si la Ville avait peu à dire sur la bibliothèque Gabrielle-Roy ou encore sur la bibliothèque Étienne-Parent à Beauport, la Ville a confirmé que les 90 % des contrats avaient été octroyés pour la nouvelle centrale de police.

L'automne dernier, la Ville a fait savoir que certains appels d'offres n'avaient pas trouvé preneur. La situation semble s'être résorbée. On est en contrôle des coûts, a affirmé le conseiller responsable du dossier, Steeve Verret.

Bruno Marchand lors d'un point de presse à l'hôtel de ville de Québec.

Bruno Marchand se fait rassurant pour le moment (archives)

Photo : Radio-Canada

La Maison de la Diversité

Quant à la Maison Pollack, sur la Grande Allée, les travaux d'urgence annoncés l'automne dernier ont été faits comme prévu. Le bâtiment qui doit accueillir la Maison de la Diversité ne sera pas inauguré avant au moins trois à quatre ans, selon Québec forte et fière.

Jean-François Gosselin a pris la parole pour dire à quel point il trouvait surprenant de voir l'inquiétude à deux vitesses de ses collègues. Quand il s'agit du projet de tramway, Québec d'abord n'a pas les mêmes inquiétudes, estime M Gosselin. Il n'y a pas de problème quand il est question de dépassement de coûts, a-t-il fait valoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !