•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une autre tuile tombe sur Medicago et son vaccin

Une seringue et un vaccin se font manipuler en laboratoire.

Actuellement, seul le Canada a autorisé le Covifenz, rappelle le CIQ.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) a publié mardi ses directives sur le vaccin Covifenz de Medicago et affirmé que les vaccins à ARNm établis, soit ceux fabriqués par Pfizer et Moderna, se sont révélés plus efficaces.

Ce vaccin à protéines recombinantes fabriqué au Canada est le seul vaccin à base de plantes contre la COVID-19 sur le marché, mais il a du mal à trouver preneur.

Santé Canada a autorisé Covifenz en février pour les adultes de 18 à 64 ans, mais l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pas accepté sa demande d'utilisation d'urgence, car la société de cigarettes Philip Morris détient un cinquième de la compagnie Medicago. L'OMS a depuis déclaré qu'elle revoyait ses politiques.

Par communiqué, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec a déclaré mardi que les vaccins Pfizer et Moderna sont préférables en raison de l'expérience cumulée qui démontre qu'ils ont une efficacité légèrement plus élevée dans la plupart des situations.

« L’expérience accumulée avec les vaccins à ARNm est bien plus grande qu’avec le vaccin Covifenz et leur efficacité semble légèrement plus élevée. »

— Une citation de  Extrait de l'avis scientifique du CIQ

Selon Marc Dionne, chercheur en immunisation au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec, cet avis est strictement motivé par un manque de données. Ce n'est pas un désaveu envers le vaccin de Medicago; c'est une reconnaissance qu'il y a beaucoup plus de données pour les vaccins à ARN messager, résume-t-il.

Un bon plan B

Les données disponibles permettent toutefois de conclure que le vaccin Covifenz pourrait être utilisé dans certaines situations, nuance le CIQ. Ainsi, le Comité recommande que le vaccin de Medicago soit utilisé pour les personnes âgées de 18 à 64 ans qui ne peuvent pas obtenir un vaccin à ARNm ou qui craignent d'y avoir recours.

Dans tous les cas, les doses de Covifenz devraient être offertes à la fin de mai, souligne-t-on.

En attendant, le Nuvaxovid de Novavax, un autre vaccin à protéines recombinantes avec adjuvant, représente une solution de rechange, rappelle le CIQ dans son avis scientifique intérimaire, daté du 24 mars dernier.

Le Covifenz et le Nuvaxovid devraient par ailleurs être privilégiés aux vaccins à vecteur viral comme le Vaxzevria (AstraZeneca), le Covishield (Serum Institute of India) et le JAN COVID-19 (Janssen), conclut le Comité dans son avis scientifique.

Ces trois vaccins, tous autorisés au Canada, ne devraient être proposés que lorsque les vaccins à ARNm et les vaccins à protéines recombinantes sont tous deux contre-indiqués ou refusés, indique le CIQ.

D'autres études cliniques à réaliser

Medicago n'a pas voulu accorder d’entrevue sur le sujet, mardi.

Mais dans une déclaration écrite transmise à Radio-Canada, la compagnie a fait remarquer que, le vaccin n'ayant pas été testé en tant que dose de rappel, il est logique qu’il soit privilégié [...] pour la protection de personnes n’ayant pas reçu de doses de vaccin contre la COVID-19, peu importe la raison.

Cela dit, Medicago prévoit démarrer une étude clinique visant à démontrer l’efficacité de son vaccin contre la COVID-19 en tant que dose de rappel au cours des prochains mois.

À ce sujet, le MSSS confirme dans son communiqué que les données disponibles concernant la coadministration du Covifenz avec d'autres vaccins demeurent manquantes pour l'instant.

Il souligne aussi que, si l'essai clinique randomisé a conclu à une bonne efficacité d’une série primaire de deux doses du vaccin Covifenz contre les variants Delta et Gamma, l'efficacité du vaccin contre le variant Omicron n'a pas été démontrée.

Québec comptait mardi 2281 personnes hospitalisées aux prises avec la COVID-19, soit 101 de plus que la veille.

Avec les informations d'Alexane Drolet et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !