•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le froid inquiète les producteurs de cerises britanno-colombiens

Vue de cerises dans un arbre.

La vague de froid inquiète les producteurs de cerises de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Benoît Livernoche

Radio-Canada

Les températures inhabituellement basses de la saison menacent la récolte des cerises en Colombie-Britannique avant même que le fruit n’ait commencé à se former.

Pour faire face à la situation, certains producteurs utilisent des hélicoptères pour pousser de l’air chaud au-dessus des cerisiers.

Selon le président de l’Association des producteurs de cerises de la Colombie-Britannique, Sukhpaul Bal, les hélicoptères créent un courant d'air plutôt que de laisser l'air frais s’accumuler au-dessus des vergers, ce qui pourrait endommager les bourgeons en attente de floraison.

Il explique que les producteurs de cerises et d’autres fruits ont connu des difficultés en raison des conditions météorologiques qui sont à l’origine des feux de forêt, des inondations et du dôme de chaleur de l’été dernier.

Malgré la fraîcheur, Sukhpaul Bal note que les producteurs britanno-colombiens n’ont pas dû faire face à la neige, comme cela a pu être le cas pour certains de leurs confrères américains. Il affirme donc avoir bon espoir qu’il pourrait y avoir une bonne récolte.

Dave Wray, météorologue à Environnement Canada, affirme que les températures actuelles, inférieures aux normales de saison, sont dues à une dépression en altitude. Il s’agit d’une masse d'air froid qui s'est installée sur la province.

Il affirme qu’il a fait jusqu’à 7 degrés de moins que la normale la semaine dernière, mais que le mercure devrait atteindre des températures plus proches de la normale d’ici la fin de semaine.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !