•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grippe aviaire dans deux élevages de volaille de la Saskatchewan

Poule.

La Saskatchewan a imposé un ordre de contrôle de la santé animale pour limiter la cohabitation des volailles et réduire le risque d'exposition. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La souche H5N1 de grippe aviaire a été détectée dans deux élevages de volailles en Saskatchewan quelques jours après l'instauration par la province d'une zone de contrôle de santé animale visant à protéger les poules contre le virus.

Jeudi, la grippe aviaire a été détectée dans une ferme à l’est de Weyburn. Samedi, elle a été détectée dans un élevage commercial à Loreburn, au sud de Saskatoon.

On se doutait un peu que cela allait arriver, a déclaré Graham Snell, directeur général de Chicken Farmers of Saskatchewan, qui représente 72 élevages de poulets dans la province.

Selon cet expert, l’industrie alimentaire doit s’adapter à la présence de grippe aviaire non seulement au Canada, mais partout dans le monde.

La Saskatchewan a imposé un ordre de contrôle de la santé animale pour limiter la cohabitation des volailles et réduire le risque d'exposition.

Selon l'ordonnance, en vigueur jusqu'au 14 mai, les oiseaux sont interdits dans les expositions, les ventes aux enchères ou d'autres événements au cours desquels ils seraient transportés dans plusieurs endroits.

La Saskatchewan a déclaré que cette souche de grippe aviaire ne présente pas de risques pour la sécurité alimentaire, mais que les précautions habituelles doivent être respectées pendant la préparation du gibier sauvage.

Risques de contagion

La souche de grippe aviaire H5N1 est composée de gènes d’Eurasie et d’Amérique du Nord, affirme Trent Bollinger, de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de la Saskatchewan.

Trent Bollinger explique que la gravité de la maladie dépend de l'importance des élevages. Les petits poulaillers sont plus vulnérables au virus parce que les mesures de sécurité sont moins strictes. En revanche, les plus grands élevages ne sont pas à l’abri.

La dernière fois que la grippe aviaire est apparue dans des élevages commerciaux ou des oiseaux sauvages dans la province, c’était en 2007. Il avait fallu euthanasier les 50 000 volailles de la ferme Pedigree Poultry, à Regina Beach, lorsqu'une souche de la grippe y avait été découverte.

À l'heure actuelle, toutes les provinces connaissent le même afflux d'oiseaux vers les laboratoires de diagnostic et enquêtent sur des morts similaires à celles que nous observons en Saskatchewan, dit Trent Bollinger.

Nous ne savons pas encore combien ont été infectés et ont survécu, mais il s'agit d'un niveau de mortalité inhabituel pour les souches du virus de la grippe aviaire en Amérique du Nord. En général, elles sont moins virulentes que cela, ajoute-t-il.

Il conseille de soumettre les carcasses des oiseaux morts au laboratoire, car, si les animaux peuvent mourir de la grippe, il peut également s'agir d'autres problèmes, comme le choléra aviaire.

Dans tout le Canada, environ 260 000 volailles ont été euthanasiées ou tuées à cause de la souche H5N1 de la grippe aviaire depuis la fin de 2021.

Avec les informations de Dayne Patterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !