•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport aérien régional : Québec offrira des vols à 500 $ et moins

Chargement de l’image

Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a dévoilé son plan de transport aérien régional à Mont-Joli.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Chargement de l’image

La nouvelle stratégie de Québec en transport aérien régional vise à offrir, dès le 1er juin, des allers-retours à un coût maximum de 500 $ pour près d'une trentaine de liaisons provinciales.

De passage à Mont-Joli mardi matin pour dévoiler son plan d'aide au transport aérien régional, le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a confirmé un investissement de 261 millions de dollars pour les 5 prochaines années.

Cette somme permettra de dédommager les transporteurs aériens qui rendront disponibles des billets allers-retours entre différentes régions du Québec à un coût maximal de 500 $ dès l'été 2022. Ce programme est offert à l'ensemble des transporteurs canadiens.

Plus d'une vingtaine de liaisons seront admissibles, dont celles du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, des Îles-de-la-Madeleine et de la Côte-Nord.

Nombre limité de billets

Il y aura toutefois un nombre limité de billets à 500 $ ou moins. Les quantités disponibles seront réparties sur un an en fonction de l'achalandage prévu selon le mois. De plus, ces billets seront disponibles pour les particuliers seulement, et non pour les entreprises ou les organismes.

« Notre objectif, avec le plan que nous dévoilons, c'est de stimuler la demande en s'assurant que tous les Québécois puissent voyager vers l'ensemble des régions éloignées pour un montant maximum et n'importe quand au cours de l'année. »

— Une citation de  François Bonnardel, ministre des Transports

Ces ententes seront signées pour une durée d'un an avec chaque transporteur, afin de réévaluer annuellement l'impact des prix offerts sur la demande.

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, indique pour sa part que son équipe prépare une campagne de promotion massive localement et à l'international pour inciter les Québécois et les étrangers à choisir le Québec comme destination de vacances.

Chargement de l’image

Un nombre limité d'allers-retours seront offerts à 500 $ ou moins. Une fois ces billets écoulés, les clients devront payer les tarifs habituels.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Le gouvernement de François Legault prévoit également renouveler les programmes d’aide d’urgence jusqu'au 31 mars 2023 afin de soutenir les transporteurs aériens régionaux et les administrations aéroportuaires.

Fin de la limite annuelle des tarifs réduits

De plus, Québec prévoit abolir l'aide maximale annuelle comprise dans le Programme de réduction des tarifs aériens (PRTA) qui permet actuellement aux résidents permanents de certaines régions, dont celle de l'Est-du-Québec, d'avoir accès à un remboursement de 30 à 60 % du prix d'un billet d'avion, jusqu'à un maximum de 500 $ ou 3000 $ par année, selon la région.

Dans la nouvelle version du PRTA, cette limite annuelle par personne n'existera plus. Les résidents des régions ciblées pourront donc en profiter à chacun de leurs déplacements aériens au Québec.

Stimuler la concurrence dans les régions éloignées

Québec mentionne également qu'un soutien financier gouvernemental sera disponible afin d’assurer une fréquence minimale des vols vers les régions isolées.

Le gouvernement pourrait donc conclure une entente avec certains transporteurs afin d’assurer une desserte adéquate pour les destinations desservies par un seul transporteur ou dont le niveau de service est jugé insuffisant.

C'est le dernier volet qu'on pourrait utiliser si on considère que la société aérienne, qui est seule sur une desserte X, n'a pas de fréquence adéquate pour l'ensemble des usagers et des résidents, explique le ministre Bonnardel.

Dans ces conditions, on pourrait aller en appel d'offres pour améliorer la concurrence et s'assurer d'avoir plus de prévisibilité pour les futurs voyageurs, ajoute-t-il.

Ce plan de relance du ministre Bonnardel était attendu depuis près de deux ans.

Les Québécois vont avoir accès à des rabais pour visiter les régions du Québec en avion cet été. Dès le 1er juin, le gouvernement Legault assure que les billets aller-retour ne coûteront pas plus de 500 dollars. Reportage de Jean-François Deschênes.

Une annonce très attendue par les régions

Le président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), Jacques Demers, salue le plan dévoilé par Québec.

« Ça fait partie de nos besoins. Si on veut occuper notre territoire au Québec, il faut absolument être capables d'y voyager pour pouvoir par la suite l'habiter réellement. »

— Une citation de  Jacques Demers, président de la Fédération québécoise des municipalités

On veut emmener des fonctionnaires en région, on veut emmener du monde, on veut les occuper, ces régions-là. Une fois qu'on a des infrastructures comme l'Internet et le cellulaire, l'aérien fait partie de nos façons de voyager qui sont essentielles pour des entreprises, peu importe où on se trouve, souligne-t-il.

Visiter notre Québec à 500 $, je pense que tout le monde va avoir le goût d'essayer cette nouvelle façon de faire, ajoute M. Demers.

Chargement de l’image

Les billets à 500$ ou moins seront offerts aux particuliers, comme les visiteurs du Québec et d'ailleurs, mais pas aux entreprises ni aux organismes (archives).

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

De son côté, le président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) et maire de Gaspé, Daniel Côté, se dit satisfait du plan du ministre Bonnardel, qui répond en bonne partie à ses attentes.

Le pari que fait le gouvernement, c'est de stimuler la demande en favorisant des prix beaucoup plus accessibles. S'il y a une stimulation de la demande, il risque d'y avoir de plus gros avions, plus de transporteurs, donc plus d'offres. Et s'il y a plus d'offres, plus de concurrence, ça devrait avoir un effet durable, explique-t-il.

« Certains s'attendaient à une réforme en profondeur et on était de ceux-là au départ [...] mais on fait confiance à ces mesures-là et j'ai hâte de voir la suite. »

— Une citation de  Daniel Côté, président de l'Union des municipalités du Québec et maire de Gaspé

M. Côté dit avoir bien hâte de voir les résultats de ce pari et espère également que les entreprises de location de voitures saisiront l'occasion pour augmenter leur flotte.

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, se réjouit lui aussi de ce qu'il qualifie de belle annonce.

« L'essentiel pour les citoyens, c'est que le prix diminue et qu'il y ait des trajets disponibles lorsqu'ils en ont besoin. Et que ça commence rapidement, c'est un bon signe. Cette annonce était attendue et je suis plutôt satisfait. »

— Une citation de  Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

Il estime que la stratégie dévoilée par Québec rendra l'avion plus accessible pour les Québécois ainsi qu'aux visiteurs étrangers qui atterrissent à Montréal, mais qui ont également envie de voir la Gaspésie, par exemple.

Ça n'empêche pas les différentes organisations de faire des propositions au ministère des Transports, ajoute M. Bérubé en référence à la coopérative d'aviation TREQ, qui espérait que Québec opte pour une voie plus innovante.

Le président de l'UMQ est lui aussi d'avis qu'il y a de la place pour une coopérative régionale dans le modèle proposé par le ministre Bonnardel.

Avec des informations de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !