•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vicky Payeur : plein d’astuces pour économiser et retrouver l’aisance financière.

Vicky Payeur sourit à la caméra

Vicky Payeur lance son livre « Faire plus avec moins ».

Photo : François Couture

Après avoir documenté sa quête vers le minimalisme, la blogueuse de Trois-Rivières Vicky Payeur poursuit sa démarche vers une indépendance financière qui la mènera vers une retraite précoce.

Inspirée par Pierre-Yves McSween et Jean-Sébastien Pilote, un des plus jeunes retraités québécois, Vicky Payeur constate que les moyens proposés par ces derniers peuvent paraître inaccessibles pour plusieurs. Il y a énormément de gens qui vivent d’un chèque de paie à l’autre. [...] Je trouvais qu’il manquait d'astuces pour monsieur et madame Tout-le-monde.

C’est à partir de cette réflexion qu’elle publie son deuxième livre Faire plus avec moins aux Éditions de L’Homme.

Livre de Vicky Payeur intitulé Faire plus avec moins

Le livre de Vicky Payeur est publiés aux Éditions de l'Homme.

Photo : Radio-Canada / Josée Bourassa

Dans son livre, elle s’attarde à nos pratiques quotidiennes : où peut-on économiser, dans quel secteur peut-on réduire ses dépenses, peut-on en arriver à vivre en dessous de ses moyens? Parfois les gens dépensent, ils ont leurs habitudes de consommation, puis ne se sont jamais posé de questions. Des fois, ils pensent qu'ils ont des dépenses qui sont essentielles, alors qu'elles ne le sont pas vraiment, résume Vicky Payeur.

La blogueuse cible l’habitation, les transports et l’alimentation comme étant les postes budgétaires qui coûtent le plus cher et qui mériteraient d’être réévalués.

L’habitation

La blogueuse soutient que revoir ses besoins par rapport à l’habitation peut faire une grande différence. Ça peut être d’habiter dans plus petit. On le sait le minimalisme, vivre avec moins, ça réduit le nombre d’objets que l’on a à la maison, donc ça va nécessiter un moins grand espace pour se loger. Dans son livre, elle explore des modes de vie différents qui, selon elle, procurent plus de liberté en fin de compte.

Le transport

Elle propose la même démarche de réflexion à entreprendre pour se véhiculer. Autant on peut dépenser 25 000 $ par année pour une voiture, autant on peut dépenser 5000 $ ou 2000 $. Elle relève que lorsqu’une dizaine de milliers de dollars sont en jeu, il vaut la peine de se pencher sur nos choix et nos priorités.

L’alimentation

En appliquant différentes techniques, comme regarder les spéciaux, cuisiner ce que l’on a sous la main, réduire le gaspillage alimentaire, on se rend compte qu’on peut réduire énormément ses dépenses, explique-t-elle.

Quelques astuces de Vicky Payeur

  • Consulter les circulaires et construire son menu de la semaine à partir des spéciaux.
  • Acheter les articles en liquidation à l’épicerie. Ce sont des aliments qui approchent leur date de péremption, mais qui sont encore bons.
  • Pour réduire le gaspillage alimentaire, chaque fois que l’on jette un aliment à la poubelle, faire l’exercice de visualiser la somme d’argent que l’on a dépensé pour l’acheter.
  • Un seul objet peut avoir de multiples utilités. Il n’est pas nécessaire de posséder beaucoup de gadgets en cuisine.
  • On oublie trop souvent le co-voiturage et les modes de transport alternatifs.

Gagner en liberté

Pour atteindre une plus grande aisance financière, il faut d’abord se débarrasser de la notion de privation et mettre son énergie à trouver des solutions alternatives, selon Vicky Payeur. En changeant de mode de vie, on peut vraiment devenir libre de son temps. On ne vit plus d’un chèque de paie à l’autre. Pour elle, cela est applicable à tous les postes budgétaires, même pour les loisirs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !