•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un travail d’équipe pour créer des places en garderie dans l’ouest d’Avignon

Un vue de survol de Saint-Alexis-de-Matapédia.

Le secteur Matapédia–Les Plateaux , qui regroupe cinq municipalités, ne compte plus que trois services de garde en milieu familial et l'un d'eux fermera ses portes cet été (archives).

Photo : Capture d’écran - YouTube / Drone Cowboy Mr.A.Douglas Shaw

Des intervenants communautaires, municipaux et scolaires s’allient pour tenter de concrétiser deux projets de services de garde en communauté qui permettrait la création de 24 places dans le secteur Matapédia–Les Plateaux.

Les élus municipaux, la MRC Avignon, le CPE Aux joyeux marmots, le Centre de services scolaire René-Lévesque, le CISSS de la Gaspésie, de même que plusieurs organismes communautaires se sont rencontrés jeudi pour faire le point sur deux projets de service de garde non conventionnels actuellement en développement.

Le gouvernement du Québec a récemment ouvert la voie à des projets-pilotes de services de garde en communauté qui permettent à des responsables de services de garde de prendre soin des bambins hors de leur propre résidence.

Le CPE Aux joyeux marmots compte déposer d’ici la fin du mois un projet-pilote au ministère de la Famille pour créer 12 places dans les locaux de la Municipalité de Saint-François-d ’Assise. Deux responsables travailleraient de concert auprès des enfants.

Un autre service de garde similaire pourrait voir le jour à l'intérieur de l’école des Deux-Rivières à Matapédia. Le but est aussi d’allier les services de deux responsables et d’y accueillir 12 bambins.

Il faut voir si le local correspond aux normes du ministère de la Famille, mais on ne pense pas qu’il y aura de gros enjeux parce le Centre de services scolaire respecte déjà des normes élevées, explique le préfet de la MRC Avignon, Mathieu Lapointe. Le Centre de services scolaire est très ouvert à travailler pour offrir des locaux dans leur école, ajoute-t-il. C’est bon dans Avignon-Ouest, mais aussi pour l’ensemble du territoire du centre de services scolaire.

L'intérieur d'un local de garderie.

Les projets-pilotes permettraient de créer des services de garde similaires à ceux offerts en milieu familial, mais hors des résidences privées des responsables (archives).

Photo : Radio-Canada

Les recherches vont aussi bon train pour trouver la main-d’œuvre pour opérer les deux services de garde en communauté.

À Saint-François, on a déjà deux personnes qui seraient intéressées et qui avancent dans le projet, souligne M. Lapointe. À Matapédia, le CPE travaille là-dessus, il y a déjà des gens qui ont démontré leur intérêt.

Bien que le développement du projet de Matapédia soit moins avancé que celui de Saint-François-d’Assise, la mairesse est optimisme.

« Tout le monde se sent concerné à mettre en place un service de garde : le CISSS, le monde municipal, le CPE. Il y a beaucoup d’ouverture et d’intérêt à collaborer. »

— Une citation de  Nicole Lagacé, mairesse de Matapédia

Partenariat pour les repas

Le préfet indique que des discussions sont en cours pour tenter de trouver un organisme qui pourrait assurer la préparation des repas pour les enfants et alléger la tâche des responsables de ces futurs services de garde.

Le CISSS a un service de repas au CHLSD à Matapédia, donc peut-être qu'un partenariat pour fournir des repas aux futurs services de garde serait possible, indique Mathieu Lapointe. Tous les partenaires sont vraiment en mode solution et travaillent dans ce sens-là.

Un bambin à l'heure du dîner, assis à table.

La préparation des repas est une lourde tâche pour les responsables de service de garde (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean Arel

M. Lapointe explique que la préparation des repas, l'utilisation d'une résidence personnelle pour recevoir les enfants et le fait de travailler seul sont les principaux défis soulevés par les responsables de services de garde.

Les projets de service de garde en communauté pourraient donc s’avérer une voie plus attrayante pour créer de nouvelles places de garderie, croit le préfet d'Avignon.

Développement à Nouvelle et Carleton-sur-Mer

Du côté de Carleton-sur-Mer, les locaux de la salle municipale Charles-Dugas seront pris d’assaut dès le mois de mai par des bambins, le temps que l’agrandissement prévu à l’installation du CPE Aux joyeux marmots se réalise.

En plus d’accélérer la création de 13 nouvelles places, l’endroit permettra de relocaliser les 39 enfants qui fréquentent déjà le CPE durant les travaux.

L'entrée des installations de Carleton-sur-Mer du CPE Aux Joyeux Marmots.

Les installations de la rue de la Montagne seront agrandies cet été (archives).

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

À Nouvelle, le projet de création d’une installation de 34 places, refusé cet hiver par le ministère de la Famille, sera revu à la baisse.

On continue à travailler sur ce projet-là pour redéposer un projet dans l’espoir d’avoir de nouvelles places, souligne le préfet d’Avignon, Mathieu Lapointe. Selon le ministère de la Famille, il y a 24 places disponibles pour Nouvelle, on va donc redéposer un projet d’installation de 24 places.

La municipalité de Nouvelle

Le CPE Aux joyeux marmots compte diminuer de 10 places son projet d'installation à Nouvelle (archives).

Photo :  Denis Gauthier Drone gaspesie vue du ciel

Bien que le CPE Aux joyeux marmots estime que les besoins réels soient plus élevés, le préfet estime qu’il est peut-être plus sage de présenter un projet qui s’arrime avec les calculs ministériels.

Les places qui ont été octroyées récemment au Québec correspondaient vraiment aux besoins calculés par le ministère, est-ce que c’est pour ça que le projet de Nouvelle a été refusé? questionne Mathieu Lapointe. On ne le saura jamais, mais si on veut mettre toutes les chances de notre côté, on va y aller avec le nombre de places que Québec nous alloue pour pouvoir avancer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !