•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fondation hospitalière d’Amos rend hommage à l’un de ses fondateurs

Guy Dansereau avec une moustache

La Fondation hospitalière a reconnu son apport inestimable en le nommant membre émérite en 1998.

Photo : Gracieuseté

La Fondation hospitalière d’Amos rend hommage à l’un de ses membres fondateurs.

Guy Dansereau est décédé au cours des dernières semaines à l’âge de 95 ans. Il a été le premier directeur général laïque de l’hôpital Hôtel-Dieu d’Amos, fonction qu’il a occupée de 1972 à 1986. Il a alors largement contribué au développement du centre hospitalier amossois.

Il a ensuite aidé à jeter les bases de la Fondation hospitalière d’Amos, dans l’objectif d’acheter un tomodensitomètre (scanner) pour l’hôpital d’Amos.

« C’était un fervent défenseur du projet. La décision politique à l’époque, c’était d’installer le scan à Rouyn de manière fixe. Il dénonçait ça. Il y avait un besoin criant à Amos pour l’orthopédie, entre autres, alors il s’est battu pour ça », rappelle le 1er vice-président de la Fondation, François Dion.

Guy Dansereau a agi pendant neuf ans à titre de secrétaire exécutif. Il a alors structuré l’organisation et effectué toutes les démarches administratives et légales pour créer une fondation publique, puis il en a assuré la gestion quotidienne jusqu’à son départ, en 1995.

Un membre émérite

La Fondation a d’ailleurs reconnu son apport inestimable en le nommant membre émérite en 1998.

Il a travaillé en étroite collaboration avec un autre monsieur important pour la fondation, le docteur Joseph-Adrien Letendre, ainsi que Jacques Hardy, qui a été président de la Fondation pendant plusieurs années. Il a travaillé en équipe avec chacune de ces personnes et bien d’autres, naturellement, mais il fait partie de ceux qui ont fait en sorte que la Fondation est ce qu’elle est aujourd’hui, fait valoir François Dion.

Depuis 1986, la Fondation hospitalière recueille des fonds dans la communauté afin de soutenir financièrement le réseau de la santé du secteur d'Amos et ainsi améliorer la qualité de vie des patients.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !