•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces arbres qui feront revivre Notre-Dame de Paris

Plus de 1000 chênes ont été coupés pour fournir les poutres nécessaires à la reconstruction de la charpente et de la flèche de Notre-Dame de Paris.

Chargement de l’image

Ce chêne qui doit être transformé en poutre pèse sept tonnes.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Chargement de l’image

À l’extérieur de la scierie, tous les yeux sont rivés sur l’immense chêne qui s’apprête à être traité.

Cet arbre qui pèse sept tonnes et qui mesure un peu plus de 12 mètres de long doit d’abord être soulevé à l’aide d’une machine avant d’être scié sur chacun de ses côtés.

Une fois transformé, ce chêne deviendra une poutre qui sera utilisée dans la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, grandement endommagée par un incendie il y a trois ans.

« La pression se fait vraiment forte. On n'a pas le droit à l'erreur. »

— Une citation de  Philippe Seynave, propriétaire de Wood sur mesure

Spécialisé dans le traitement de grands arbres, l’entreprise Wood sur mesure, sise dans le nord de la France, a été sélectionnée pour le contrat d’une vie. Elle doit fournir les poutres qui seront utilisées pour recréer la flèche emblématique de la cathédrale, ajoutée au monument au 19e siècle avant d’être emportée par les flammes en 2019.

Chargement de l’image

Un chêne en train d'être scié pour devenir une poutre.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Le propriétaire de la scierie, Philippe Seynave, reconnaît que la pression est grande compte tenu de l’importance du chantier à approvisionner.

Ça peut arriver à tout le monde de rater un bois, mais là, on n'a pas le droit, explique-t-il avant d'ajouter qu’il faut toujours être derrière la lame, toujours regarder au plus juste possible. Pour s’assurer du bon déroulement des opérations, l’entrepreneur a investi quelques milliers d’euros en équipement, et ce, avant même d’avoir officiellement obtenu le contrat.

Chargement de l’image

Philippe Seynave, propriétaire de la firme française «Wood sur mesure», est menuisier ébéniste depuis près de trente ans.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Jusqu’à maintenant, 48 poutres ont été sciées, et l’entreprise dirigée par le menuisier ébéniste doit en terminer une trentaine d’autres d’ici la fin du mois d’avril.

Les travaux liés à la charpente et à la flèche doivent débuter en 2023 avant l’ouverture de l’édifice au public, toujours prévue pour 2024.

Le toit de Notre-Dame en chantier de construction avec des échafaudages et des grillages de protection autour des tourelles.

Le toit de la cathédrale Notre-Dame de Paris a, lui aussi, été endommagé par un incendie dévastateur, il y a deux ans.

Photo : Reuters / Benoît Tessier

Des poutres qui font la fierté d’une région

Au cours des dernières années, plus de 1000 chênes ont été coupés dans diverses régions de la France, dans des forêts publiques et privées, dans le but de contribuer à l’effort de reconstruction de la cathédrale parisienne.

Chargement de l’image

C'est dans la forêt commune d'Hirson qu'a été coupé un chêne donné à Notre-Dame de Paris.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Lors de notre passage à la scierie Wood sur mesure, le chêne au centre de l’attention des employés avait une importance particulière : il a été coupé dans la forêt communale d'Hirson, une ville située à quelques kilomètres à peine.

Le maire de la municipalité qui a fait don de cet arbre, Jean-Jacques Thomas, tenait donc à assister à l’opération.

L’élu rappelle que ce chêne âgé d’environ 180 ans a survécu aux deux guerres mondiales, des conflits qui ont touché sa région.

Chargement de l’image

Le chêne tiré de la forêt communale d'Hirson a environ 180 ans.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Le fait que cet arbre laisse un jour sa trace au cœur de Paris suscite la fierté des concitoyens.

« Il y a un formidable mouvement de fierté et c'est l'occasion de dire : "Vous voyez comme notre forêt est belle." [...] C'est un peu une partie d'eux-mêmes qui va se retrouver dans la capitale. »

— Une citation de  Jean-Jacques Thomas, maire d'Hirson
Chargement de l’image

Le maire d'Hirson, Jean-Jacques Thomas, explique que le don d'un arbre à Notre-Dame de Paris suscite la fierté de sa communauté.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

La fierté est d’autant plus grande pour Philippe Seynave, qui se consacre depuis longtemps à ce projet et qui pratique le métier de menuisier ébéniste depuis près de 30 ans.

C’est valorisant, c’est le graal, lance-t-il, visiblement ému.

Chargement de l’image

Philippe Seynave, propriétaire de l'entreprise «Wood sur mesure».

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

On aura notre nom là-bas, nos petits-enfants penseront à nous, ajoute l’entrepreneur en expliquant que son travail contribuera à une structure qui devrait encore être en place dans des centaines d’années.

Lorsqu’il sera de passage à Paris, Philippe Seynave, comme plusieurs habitants de la région, lèvera le regard pour admirer cette flèche qui, du haut de ses 96 mètres, se distinguera de nouveau dans le panorama du centre de la capitale.

Chargement de l’image

Dans les locaux de la firme «Wood sur mesure» se trouve un rappel de la contribution de l'entreprise à la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !