•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau 3e lien bien accueilli par les gens d’affaires

Maquette de deux petits tunnels côte à côte sous l'eau, vis-à-vis la ville de Québec.

Le troisième lien consistera en un tunnel bitube. (Archives)

Photo : site du Réseau express de la capitale

La nouvelle mouture du projet de troisième lien, présentée jeudi par le ministre des Transports, est généralement bien accueillie par les gens d’affaires de la grande région de Québec et par les élus qui œuvrent à l’extérieur de la capitale.

Le gouvernement Legault propose un projet plus modeste. Il comprend deux tunnels de plus petite taille et quatre voies au lieu de six. Une voie serait réservée au transport en commun aux heures de pointe.

François Bonnardel parle derrière un lutrin.

François Bonnardel lors de la conférence de presse

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Le vice-président d’Ameublements Tanguay faisait partie, en mai dernier, d’un collectif de 167 acteurs économiques de la région de Québec signataires d’une lettre ouverte en appui au Réseau express de la Capitale (REC). Le 3e lien en est la pierre angulaire.

Besoin criant

Jacques Tanguay souligne encore aujourd’hui combien il est important que le nouveau lien entre Québec et Lévis se réalise rapidement.

Le besoin est criant. Je vais laisser aux spécialistes le choix du format. Moi, je n'appelle pas ça un troisième lien, mais plutôt un deuxième. Actuellement, c'est difficile pour le transport de marchandises notamment. Pour l'avenir, c'est absolument nécessaire. Ça presse, lance-t-il.

De nouveaux résidents

Le maire de la Municipalité de Beaumont, située à l'est de Lévis, admet qu'il ne croyait pas vraiment à l'idée de creuser l'un des plus gros tunnels du monde. Mais les deux tunnels, c'est très bien. Je crois que ça va aider énormément les deux côtés de la Rive-Sud et décongestionner les deux ponts. J'appuie mes collègues de Bellechasse, indique David Christopher.

L'église de la municipalité de Beaumont.

La municipalité de Beaumont.

Photo : Radio-Canada

Pour Beaumont, ce troisième lien permettrait de diminuer la congestion pour ses résidents qui travaillent à Lévis, notamment. Selon le maire, ce lien permettrait également d'attirer de nouveaux résidents et augmenter les revenus fonciers de la Municipalité. On est une petite Municipalité. Le développement économique, c'est important. Tout coûte plus cher. On vit avec les taxes des gens.

Contrairement au maire de Québec, il dit ne pas craindre l'étalement urbain et le dézonage de secteurs agricoles. Ici à Beaumont, c'est contrôlé, notamment en raison de nombreuse zone agricole, croit-il. On n'a pas demandé la permission d'avoir de nouvelles constructions parce qu'on a assez de place.

Coûts plus acceptables

Les chambres de commerce de Québec et de Lévis saluent également le projet, dont les coûts ont été réduits. Ils sont maintenant évalués à 6,5 milliards de dollars. Les gens d'affaires croient que la réduction de la facture favorisera l'adhésion de la population au projet.

Nous saluons la décision du gouvernement de réduire les coûts de ce grand projet porteur et nous espérons que les prochaines étapes s'enchaîneront rapidement afin d’amorcer les travaux sans délai supplémentaire, affirme la vice-présidente et directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis, Marie-Josée Morency.

Une enseigne «Nous embauchons» dans la fenêtre d'une entreprise. (archives)

Une enseigne «Nous embauchons» dans la fenêtre d'une entreprise (archives)

Photo : Radio-Canada

Recrutement et développement

Pour les acteurs du secteur économique, le troisième lien va favoriser le recrutement de travailleurs, dans une région où la pénurie de main-d'œuvre est majeure.

On a de grandes entreprises chez nous, que ce soit IPL, Prévost, Volvo, Exceldor, Olymel ou Teknion. Elles ont de grands besoins. Ce serait d'avoir accès à un bassin de population et de main-d'oeuvre encore plus grand, estime le directeur général de Développement économique Bellechasse, Alain Vallières.

C'est un projet qui date de plusieurs années, une vision de développement économique pour toute la région de Québec. J'espère qu'il va se réaliser et le plus tôt sera le mieux, ajoute le préfet de la MRC de la Côte-de-Beaupré, Pierre Lefrançois.

Le maire de Québec, Bruno Marchand.

Le maire de Québec, Bruno Marchand (archives)

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Étalement urbain

Le maire de Québec, Bruno Marchand, craint que le troisième lien favorise l’étalement urbain et réclame des mesures pour le freiner.

Des propos qui font bondir Alain Vallières. Il rappelle que des mécanismes existent déjà pour limiter l’étalement urbain et que la Commission de protection du territoire agricole exerce une surveillance.

On ne parle pas ici d'un étalement urbain sauvage. Est-ce qu'on est en train de dire aux entreprises dans les milieux plus ruraux : parce que vous risquez de provoquer l'agrandissement du périmètre urbain, vous devrez déménager en ville? Hors de la ville, point de salut? Il faudrait changer le discours un peu, lance Alain Vallières.

Pierre Dolbec.

L’homme d’affaires et maire de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, Pierre Dolbec

Photo : Radio-Canada

Pas le meilleur projet

L’homme d’affaires et maire de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, Pierre Dolbec, est aussi d’avis qu’un troisième lien doit être construit.

Par contre, il n’est pas convaincu que le projet présenté par la CAQ soit le meilleur.

C’est certain qu’il doit y avoir quelque chose. Par contre, je ne suis pas certain que le tunnel soit la seule et la meilleure solution. Il y en aurait possiblement de plus intéressantes, avec plus de transport en commun, mentionne Pierre Dolbec.

Il craint que le trafic lourd en provenance de l’est affecte la fluidité de la circulation à Québec, en plus d'endommager une plus grande partie du réseau routier.

Dépassements de coûts

Pierre Dolbec se dit persuadé qu’il y aura des dépassements de coûts.

D’ici à ce que le projet se fasse, je suis convaincu que les coûts vont exploser. Il y a déjà des hausses prévues pour le tramway. Si on fait le parallèle avec la rénovation d’une maison, c’est pareil : il y a toujours des imprévus, des surprises, explique-t-il.

Plusieurs inconnues demeurent concernant le projet, notamment les endroits et la façon dont seront aménagées les entrées et les sorties des tunnels.

Des gens d’affaires et des élus de Chaudière-Appalaches comptent rencontrer des responsables du projet sous peu, afin d’obtenir des réponses à ces questions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !